Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Petites Histoires du Sport

Angleterre - Nouvelle-Zélande : un match comme un symbole

7 Novembre 2010 , Rédigé par Pierre Ammiche Publié dans #Rugby : résumés des matchs

 

Un match dans un stade mythique, Twickenham. Deux équipes championnes du monde. Deux équipes redoutables. Deux styles de jeu antagonistes. Le Haka légendaire face au fameux et insupportable « swing low sweet chariot ».

Le décor est planté : un effectif en rodage coté anglais chercherait à prendre la mesure d’au moins trois formations du sud parmi les Australiens, les NZ, les Fidjiens et/ou les Sud’af.  Et c’est Martin Johnson qui le dit… Coté NZ, la tournée européenne est l’occasion de se rassurer après une défaite inattendue contre les Australiens à Hong Kong ainsi que d’intégrer des petits nouveaux comme Sonny Bill Williams. Autant dire que personne ne veut perdre ce match.

Après un traditionnel Haka couvert par un stade de Twickenham entonnant son air préféré, l’entame se fait sur un rythme démentiel. Pas un arrêt de jeu avant la 4ème minute.  La première chose qui nous fait croire en la capacité anglaise à déstabiliser le Léviathan, c’est leur envie énorme d’envoyer du jeu. Seulement on le sait, les néo-zélandais sont rompus au jeu a tout va, et il faut le dire, on craint tout de suite de voir les anglais exploser physiquement en cours de match.

 

Un quart d’heure d’absence :

 

Les anglais jouent tout à la main. Ils relancent de partout, jouent les pénalités (certainement à tort) à la main même dans le camp adverse et cherchent à imposer du rythme. De l’autre coté, comme rarement, les blacks sont plus ou moins en difficultés. Jamais débordés, la débauche d’énergie est grande pour ne pas être trop à la faute dans les 10 premières minutes. Et puis d’un coup, la pression s’inverse totalement : les insulaire de l’autre bout du monde remettent la main sur la balle et envoi du jeu. Et l’infériorité des arrières anglais est alors flagrante : chaque attaque met au supplice les ¾ des sujets de sa majesté. Chaque ballon négocié par l’axe 10/12/13 crée des brèches dans la défense britannique. Les limites de l’équipe de Martin Johnson est alors claire : Flood, Tindall et le néo-anglais Hape souffre mille mort face au duo Carter-Nonu mais surtout SBW et Gear. Cette souffrance est illustré malheureusement pour les supporters anglais dès la 5ème minute et sur une percée tout en puissance du Maori Gear , repris à quelques mètres de la ligne par Cueto. Ca n’est que partie remise puisque sur un lancement de jeu en première main, Carter profite du faux appel de Nonu dans l’axe pour lancer Williams dans l’intervalle. SBW passe les bras et au moment de passer au sol, il libère a l’aveugle pour Kaino qui lui transmet à Gear qui marque en coin. L’essai pourtant litigieux est accordé après vidéo.

 

Sur le renvoi, les blacks obtiennent une mêlée. Toujours en première main, Carter lancé dans l’intervalle raffute le demi de mêlée Youngs, s’engage dans l’intervalle puis trouve sur l’extérieur Muiliana qui passe la gonfle sur l’extérieur a Gear qui avale l’espace avant de taper à suivre. Ashton en dernier rempart doit concéder la mêlée à 5m. Sur la mêlée, le pack néo-zélandais prends le dessus pour l’une des rares fois du match et Read vient défier la défense Anglaise sans succès. Mais après un pick-and go au ras de Gear, Read avec le soutient de Kaino est propulsé dans l’en-but. 14/0 après 21 minutes. La crainte, une nouvelle fois est grande de voir l’Angleterre prendre 40 grains.

 

Mais à la mi-temps le score n'est "que" de 17 à 3. Flood loupe une pénalité largement dans ses cordes et la dernière action de cette première mi-temps est très symbolique : une énorme phase de jeu de plus de 2minutes conclue par un essai en coin de Foden… refusé logiquement pour un en avant de Foden.  

Les anglais payent cher une absence de 15minutes et malgré un score un peu sévère, ils sont loin d’être ridicules.

 

Un changement de stratégie important :

 

Après avoir envoyé du jeu a tout va des deux cotés, la seconde mi –temps est l’occasion pour les Anglais de revenir à des valeurs plus britannique : la conquête et le jeu à 0 passes. Le grain de folie apporté par Ashton mais surtout par Foden compensé par une rigueur en mêlée et en touche est efficace. En face les NZ gérent le match en relancant moins et en jouant de manière plus organisée.

Suite à une attaque blacks, survient un turnover dont profite le XV de la Rose : à quelques centimètres de son propre en-but, Foden relance et tape loin a suivre. Ashton, pourtant en position de hors-jeu grille la politesse à le défense Nz. Le soutient du très remuant Croft permet au ballon de rebondir. Nous sommes sur les 10m NZ et Youngs libère la balle pour le tout nouveau entrant Hartley qui explose la défense, est arrêté a quelques centimètres de l’en but et dans un ultime effort tend le bras pour aplatir. L’essai est accordé malgré un hors-jeu, un en avant de passe entre Youngs et Hartley et une faute au sol de Hartley qui, tenu, ne lache pas la balle et continu sa progression au sol. Mais l’envie Anglaise est récompensée.

 

Les percées coté blacks sont nombreuses et les anglais prennent le bouillon tout le match derrière comme en témoigne cette action de la 60ème. Muiliana perce plein champ et décide de fixer Foden aux environ de la ligne des 22m et de donner à l’aveugle à son ailier. L’essai est tout fait mais le retour d’Ashton du bout des doigts, sauve la patrie.

 

Une fin de match inattendue :

 

Longtemps la crainte de voir le XV à la fougère prendre le dessus dans le dernier ¼ d’heure a été présente. Mais étonnamment, c’est le XV de la rose qui va prendre l’avantage. En effet, en imposant un jeu à 0 passe pour resserrer la défense puis en écartant au maximum  l’équipe adverse en balayant le terrain, les anglais punissent comme rarement les blakcs. La troisième ligne aile mobile anglaise (Moody-Croft) associé à la puissance de Easter a posé beaucoup de problèmes à McCaw et compagnie. A tel point que, à la 71ème, Kaino se mettant une fois de trop à la faute est sanctionné d’un carton jaune. La fin de match est alors entierement à l’avantage des Anglais. Les NZ très efficace en défense ne va alors pas craquer et les anglais malgré un bon match et une conquête dominatrice notamment en mêlée échouent à « seulement » 10points des blacks. Score final : 17-27.

 

Les meilleurs :

 

Anglais :

      Devant :

 

Croft : ultra mobile, il a été le premier soutient sur presque tous les rucks et la concurrence qu’il y a entre lui et Haskell s’annonce terrible.  

 

Sheridan : il a littéralement explosé Woodcock pendant 55minutes.  Son retour va faire le plus grand bien aux anglais.

 

Loves : découverte du très haut niveau pour le deuxième ligne de Northampton. Et sa puissance à été précieuse dans toutes les phases de combat au sol. La paire qu’il forme avec Palmer s’est montré assez efficace en l’absence de Shaw, Borthwick ou Grewcock et après la retraite de Kay.

 

Easter : très puissant, il a presque toujours avancé, s’est beaucoup proposé et à fait vivre la balle après contact a de nombreuses reprises. Il est impluqé sur presque toutes les actions chaudes de la seconde mi-temps.

 

Derrière :

 

Flood : très bon animateur de la ligne d’attaque, il a soutenu la comparaison dans l’animation au moins, avec Carter. Il n’attaque pas énormement la ligne et n’a pas jamais franchit mais dans un registre purement distributeur, il a été très bon.

 

Ashton : pile électrique et  se multipliant sur le terrain, il a su remporter beaucoup de ses duels au cours du match. Il sort la tête haute de son match face à Gear malgré une première mi temps assez catastrophique pour lui.

 

Néo-zélandais :

 

Devant :

Thorn : Gros guerrier, il est l’un des rares avants à gagner ses duels dans le combat au sol.

 

McCaw : Toujours aussi pénible, systématiquement à la faute, il sort un match comme à son habitude plein et de bonne facture.

 

Mealamu : Monsieur « perfect », il sort un match sans faute et sans reproches, il avance presque toujours et couvre comme un 4ème 3ème ligne. Enfin si on omet sont coup de boule volontaire sur Moody au sol qui lui vaudra une citation logique.

 

Arrières :

 

Carter : quand on le voit pas beaucoup et que malgré tout il amène un essai, fait un 7/8 au pied et ne se troue jamais en défense, il sort encore un super match. Son duel avec Wilko n’a pas eu lieux mais de toute façon à l’heure actuelle, il joue à un niveau démentiel. Sa tendance a jouer « facile » lui a joué quelques tours dont une perte de balle évitable qui amène l’essai des Anglais quelques minutes plus tard.

 

Williams : on comprend ce qui fait de ce joueur un centre hors-normes… Il joue toujours après contact, remporte tous ses duels et donne une impression d’aisance technique telle que tous les autres joueurs ont l’air d’être des rustres bucherons. Quand on à Tindall en face on le comprend mais quand on à Carter à coté, ca en jette quand même…

 

Gear : Une première mi-temps de tueur. Il marque et fait marquer, il avance souvent et relance de partout. Son physique (sorte de copié collé de Rokocoko) risque de faire très mal pendant la tournée.

 

Muliaina : Quand un joueur joue 15 chez les blacks, a plus de 70 matchs internationaux dans les pattes et qu’il gagne tous ses duels, on comprend pourquoi il fait parti des meilleurs joueurs du monde.

 

 

Enfin un dernier mot sur l’arbitre de la rencontre, Mr Poite, qui sans être exceptionnel n’a pas commis de grosses erreur et dont les efforts en anglais et dans la prévention sont louables.

 

 

 

 

  

  

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

mouton 07/11/2010 19:06


Pour ce qui est de la défense ça reste un normal qu'il subisse à l'impact face au 8 adverses, quand au raffut, s'il avait été mieux protégé on en serait pas là. Je suis pas d'accord avec toi, je
pense qu'il fallait poursuivre le plan de jeu car si les anglais sont plus adroits ils marquent au moins une fois de plus et ce n'est plus le même match. Pour le reste il est vrai que l'impact de
Care est à mettre à l'aune de son temps de jeu et de la fatigue de ses avants. Moi j'ai trouvé les centres angalis à chier non? Surtout Tindall


Pierre Ammiche 07/11/2010 20:10



Et bien alors chacun son avis :) 


 


Pour le plan de jeu : en jouant comme les NZ ==> 17/3 pour les NZ. En jouant comme il savent le faire ==> 14/10 pour les anglais. Alors oui il auraient pu, ils y étaient presque, et
"si seulement"... Mais au final ils se font plumés. Je pense que prendre les NZ à leur propre jeu est très dur, encore plus pour une équipe sans certitude comme l'Angleterre de Johnson. 


 


Quand a Tindall, c'est un gros défenseur mais il a des mains en bois... Il ne sait rien faire a part de péter dans la tronche et face a des joueurs un brin technique, tout de suite, il passe pour
un abruti... Mais oui, il a fait un match crade. Quand au néo-international, il a montré de bonne choses mais il a été archi-dominé par SBW. 


Mais a part ca, le plus dingue c'est que les Anglais sortent un de leurs meilleurs matchs, les Néo-zed un de leurs match le moins abouti est qu'au final il y a 10 pts d'écarts. Ca fout les jetons
pour la suite de la tournée. 



mouton 07/11/2010 16:13


Certes il est un peu brouillon mais je le trouve dynamique et je ne suis pas contre joué vite les pénalités surtout en première mi-temps car les blacks ont été une ou deux fois pas loin de rompre
sur ce genre d'action. Bon après il a fait des mauvais choix mais Care a trop oublié les gros et a bénéficié de l'influx de fin de partie à mon sens.


Pierre Ammiche 07/11/2010 18:25



Joué les pénalités à la main oui. Mais le faire alors qu'il n'y a pas un seul mec qui te regarde non. Les blacks n'ont pas été loin de rompre c'est vrai, mais ils ont joués 2 fois plus ballons et
ont mis 20 points aux Anglais en première mi-temps... On va dire que la gestion de Youngs est en partie responsable d'une première période où l'envie était énorme mais où surtout où la
maitrise leur a été fatale. Care n'a pas joué avec ses avants parce qu'il a joué 5 ballons... Il est entré à la 72ème et a du composer avec une grande fatigue du 5 de devant et surtout de
nombreux ballons rendus par les blacks au pied directement sur Foden. Quand aux ballons en touche ou en mêlée, il n'ont fait que dévier directement sur Care qui s'est reposé sur Flood pour
envoyer du jeu.


Youngs me fait penser a Ellis (l'anglais pas le NZ) : une grande capacité a dynamisé mais parfois un trop plein d'envie qui conduit a des pertes de balles stupides. Et puis tu as oublié la
performance défensives a chier de Youngs: il est double responsable sur le deuxième essai.


Enfin comme toujours c'est très subjectif et personnel. Quelque chose me dit que vouloir prendre les blacks à leur propre jeu était une consigne qu'il a parfaitement appliqué. Mais quand tu vois
que tu prends le bouillon, il faut savoir s'adapter et c'est là que je le trouve encore tendre. Il sera un très bon 9 a n'en pas douter mais sa prestation n'est pas magique ce samedi.  Je
pense que Care sera titulaire au prochain match. 


 



Mouton 07/11/2010 13:29


Petite erreur le crieur les NZ ont perdu à Hong Kong contre l'Australie, je trouve que tu aurais aussi du parler du 9 anglais, Yougs qui s'est pas mal débrouillé.


Pierre Ammiche 07/11/2010 15:48



Je corrige pour Hong Kong. 


 


Pour Youngs je suis désolé mais il ne m'a pas séduit : il a été un peu brouillon, est responsable sur le second essai NZ (il prend le raffut dans la tronche et se fait exploser dans l'en but par
le 8 NZ), il gache deux pénalités en jouant vite (en première mi-temps) conduisant une première fois à une touche (il transmet à son 8 qui se fait exploser) et une seconde fois à une action
pourrie. C'est un grand espoir, ca oui. Mais après je pense que Care est plus fort a l'heure actuelle. Tactiquement, l'intensité qu'il a donné au match était intéressante mais il aurait
du savoir faire donner les gros pour resserrer la défense. Si l'attaque anglaise a été systématiquement en infériorité numérique c'est que la fixation au ras a été plutot ratée. 


Comme toujours c'est subjectif mais il n'a pas fait un match inoubliable a mon sens.