Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Petites Histoires du Sport

Conférence de Presse : Lievremont dresse un état des lieux.

28 Octobre 2010 , Rédigé par Pierre Ammiche Publié dans #En route pour la coupe du monde 2011

logoFFR

 

 

Après une annonce sans profondes surprises mais avec quelques nouveautés, Marc Lièvremont a consacré comme à son habitude une petite demi-heure à la presse. Sans détour, sans concession, sans éviter les sujets qui fâchent, le sélectionneur a répondu a toutes les questions. Il dresse alors un état des lieux à la fois encourageant mais froidement réaliste du rugby français et des internationaux présent mais plus encore absents. Retour sur une conférence riche en enseignements.

 

Première question : Les absences remarquées de Bastareaud, Poitrenaud et autre…

 

Marc va nous expliquer les raisons des absences aussi diverses que logiques de quelques internationaux.  

Bastareaud n’est pas assez sérieux, « il ne se donne pas les moyens » selon le sélectionneur. Son investissement est remis en question et Marc assène un coup de semonce en forme de rappel a l’ordre sévère auprès du monstre parisien. Mais comment s’en passer ? Là est la vraie question.

 

Pour les absences aux ailes et à l’arrière à savoir Clerc, Poitrenaud (absence remarquée) mais aussi Malzieu (dont on ne souligne pas assez l’absence dans le groupe lui qui a toujours été de la partie sous le maillot des bleus même quand il revenait de blessure), c’est le facteur efficacité et confiance qui a été avancé.

Admettons que pour Clerc et Malzieu, la réussite n’est pas au rendez-vous en ce début de saison. Mais il est évident que l’absence de Poitrenaud auteur de performances particulièrement brillantes sous le maillot toulousain ne peut pas s’expliquer à elle seule comme cela. On va dire qu’il s’agit surtout d’une façon de remettre Médard et Porical en selle a quelques mois du mondial.

Enfin Mermoz et Fall, tout comme Yann David ou Fabien Barcella, doivent leur absence aux blessures.

 

Enfin dernière idée mais peut-être la plus importante : il reste 3 mois à tout ces joueurs pour prouver qu’ils méritent de faire partie de l’effectif pour le tournoi et donc avoir 90% de chance de jouer le mondial.

Donc l'équipe de France du tournoi (sauf bléssures) sera celle du mondial. 

 

Deuxième question : Peut-on craindre une forme de raz le bol des joueurs non retenus ?

 

Lièvremont va alors en profiter pour une nouvelle fois aborder le sujet des joueurs qui ne sont pas loin mais encore un peu court, mais aussi justifier des choix qui s’imposent à ses yeux.

Sans revenir sur les cas Poitrenaud, Clerc ou Basta rocket que l’on a largement abordé, c’est plus l’absence de Wizniesvki Forrestier ou Picamoles qui ont été abordés. Ils ne sont pas loin : l’ouvreur du racing a été longtemps en balance avec Traille. De son coté, Picamoles et sa puissance ont souffert du gros retour en forme de Chabal en 8. Thion et Maestri sont eux aussi surveillés par le staff, Marconnet et Poux laissés au repos (« on connait leur valeur »). Idem pour Burban (« un des troisième lignes avec le plus de potentiel ») a un poste déjà vérouillé.

Puis les retours de Yachvili en grande forme et de Chabal sont abordés. Enfin le repositionnement de Rougerie mais surtout la difficulté qu’ont eu les sélectionneurs pour trancher entre Forrestier et Schuster et le retour de Ducalcon donnent des bons espoirs pour le poste de pilier.

 

En gros, il s’agit d’une figure imposée : celle de justifier un groupe où il y a des surprises. Ces surprises ne sont pas vis-à-vis des joueurs présents mais absents. Néanmoins, il est évident qu’il existe une hiérarchie dans les absents : les joueurs comme Thion ou Wizniesvki partent de très très loin. A l’inverse ont sent que des joueurs comme Burban, Maestri ou Forrestier sont très proches d’y être et d’en faire partie. Enfin les joueurs au repos dont on sait qu’ils seront présents si ils reviennent à leur meilleur niveau : Marconnet, Clerc et Poitrenaud notamment.

 

 

Troisième question : S’agit-il d’une ouverture du groupe et si oui, pourquoi ouvrir le groupe si proche de la coupe du monde ? 

 

Selon Lièvremont, il l’avoue volontiers : « on tâtonne plus chez les ¾ que chez les avants ou le groupe est déjà presque bouclé ». La configuration du championnat ne permet pas de voir régulièrement briller les ¾ et c’est donc la forme du moment qui a primé. Huguet et Arias sont alors récompensés du fait de gagner presque tous leurs duels depuis le début de saison. 

Seulement, Traille qui revient d’une longue blessure ne répond pas vraiment à une question de forme. Mais pour le coach national, la présence de Traille s’explique par le fait que le troisième rideau est plutôt petit (Palisson Médard Andreu) et que la polyvalence 10/12/15 de Traille est très précieuse.  Idem pour le « Yach » qui doit son retour au premier plan autant pour son début de saison incroyablement constant que pour son association naturelle avec Traille.

 

Cette explication précise deux choses : cette tournée est belle et bien l’occasion d’ouvrir la porte pour quelques joueurs notamment à l’arrière. La seconde information cruciale (peut-être le plus importante de cette conférence) c’est que le groupe des avants est bouclé ou presque. La troisième ligne est pleine, le poste de seconde ligne est presque bouclé (Pierre remplaçant en club est en légère balance avec quelques joueurs comme Vilaceca, Maestri ou Thion). Reste uniquement le poste de pilier où la place notamment a gauche derrière Domingo et à droite derrière Mas est plus sujet à réflexion.

 

Quatrième question : Les objectifs de la tournée ?

 

Il s’agit là d’une façon d’impliquer le plus de monde possible. Cela n’a pas été possible pour le tournoi (avec plus de 13 blessés).

 

Cela annonce d’un turn-over important. Ce qui est un peu étonnant c’est qu’aucune question vis-à-vis du résultat envisagé face aux équipes de la tournée (Fidji, Afrique du Sud et Argentine) n'a été posée. Le résultat passe après l’effectif… Etrange que personne ne puisse dire que la victoire est non seulement importante mais crutiale pour marquer les esprits à seulement quelques mois de la coupe du monde face aux équipes qui nous réussissent moyennement.

 

Cinquième question : Existe-t-il une hiérarchie 9/10 ?

 

Réponse claire : oui. Parra et Trinh-Duc sont devant. L’association naturelle biarrote elle aussi s’impose comme une paire difficilement séparable. Mais ils peuvent tous jouer les une avec les autres.

 

Cela nous prouve, si quelques irréductibles pouvaient en douter, que FTD sera bien l’ouvreur de l’équipe de France pour le mondial.

 

Sixième question : L’évolution des règles changent-elles l’approche du jeu français ?

 

Oui ! Les nouvelles règles nécessitent plus de rythme, plus de conservation mais il existe des doutes vis-à-vis de la capacité des bleus à répondre aux exigences physiques lié a un tel jeu. Les bleus sont conscients de ne pas avoir les mêmes armes que des équipes comme les blacks. Dès lors le changement de règle va alors avoir deux conséquences : celle de conduire les bleus vers un jeu plus proche du projet de jeu initial à savoir beaucoup de jeu et des attitudes au contact importantes mais aussi de la circulation des joueurs en défense . La seconde sera de ne surtout pas renier les valeurs qui ont fait des bleus un récent vainqueur du grand chelem : la conquête et les fondamentaux.  

 

Septième question : Quel est le degrés de certitude vis-à-vis du groupe ?

 

75% du groupe est bouclé pour la coupe du monde. La charnière est presque intouchable et seul les arrières et ailiers sont encore en concurrence pure. Les autres joueurs apprécieront… ou pas.

 

Huitième et dernière question : Pas de tournée d’été ?

 

C’est une super nouvelle : on va gagner du temps de préparation et éviter les blessures à quelques jours a peine du mondial.

 

Nous sommes plutôt d’accord avec Lièvremont même si quelques matchs de préparation pour se rassurer (France 2007) ou au contraire se bouger un peu (France 1999) c’est pas plus mal non plus.

 

 

 

En conclusion, une conférence courte mais complète où la langue de bois n’a pas eu sa place. Lièvremont pour la première fois n’a pas appelé les joueurs écartés mais a annoncé vouloir les joindre après la conférence pour leur expliquer les choix qui sont les siens. Une belle initiative pour garder tout le monde dans la course jusqu'au mondial et créer un effet de synergie entre les différents prétendants. 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article