Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Petites Histoires du Sport

France - Argentine : la composition officielle des bleus

16 Novembre 2010 , Rédigé par Pierre Ammiche Publié dans #En route pour la coupe du monde 2011

Le Triumvirat Lièvremont-N’Tamack-Reutière a, ce matin 9H00, annoncé la composition de l’équipe qui allait débuter face aux redoutables et solides Pumas.

 

Sans véritable surprises, fidèle au projet initial qui était de donner du temps de jeu à tout le monde, l’équipe de France se déplace à La Mosson de Montpelier sans avoir pu construire de vrais repères, mais surtout avec quelques craintes. Petite analyse d’avant match :  

 

La composition ? :

 

XV de départ : Palisson ; Huget, Rougerie, Jauzion, Andreu ; (o) Traille, (m) Parra ; Dusautoir, Chabal, Bonnaire ; Pierre, Nallet ; Mas, Servat, Domingo.

 

Remplaçants : Guirado, Thion, Harinordoquy, Yachvili, Estebanez, Porical, Ducalcon.

 

23e homme: Schuster.

 

 

 

Ligne par Ligne :

 

 

1ère ligne : Domingo-Servat-Mas. Puissance et mobilité. L’homme en forme de ce début de saison, Servat, encadré par la puissance sauvage et Mas et la mobilité version 4x4 de Domingo. Une des premières lignes les plus redoutables du monde et une des rares certitudes pour l’équipe de France. A eux de ne pas décevoir si proche des échéances mondiales.

 

 

2ème Ligne : Nallet-Pierre. Une deuxième beaucoup moins lourde que contre les Fidjiens. Le déplacement semble être l’une des clef du match et la mobilité dont font preuve ses deux guerriers sera précieuse au pack tricolore.

 

 

3ème Ligne : Dusautoir©-Bonnaire-Chabal. Moins joueuse et moins virevoltante que la précédente troisième ligne, la puissance sera privilégiée à la mobilité. Dusautoir de retour, Bonnaire toujours auteur de gros matchs et Chabal qui cherche à se fixer en 3ème barre, soit autant de raison de croire au réveil de la conquête bleu pour ce match.

 

 

Charnière : Parra-Traille. L’association semble prometteuse et complémentaire. Parra de retour en tant que titulaire essayera de mettre de la vitesse et d’amener de l’énergie quand Traille cherchera a trouver ses repères et s’affirmer en tant que chef d’orchestre de l’attaque.

 

 

Centre : Jauzion-Rougerie. Très grands, très puissants, mais pas du tout dans le même registre, la paire de centre elle aussi fait saliver. La qualité d’attaquant de Jauzion et la vitesse de Rougerie, le jeu dans l’axe profond et la capacité à rester debout pour le Toulousain et la défense acharnée et les grattages de ballon de Rougerie, autant de raison d’espérer voir les Français prendre le dessus de leurs adversaires à un poste où les Argentins patinent depuis quelques temps.   

 

Ailes : Huguet-Andreu. Encore une fois deux registres très différents : la puissance et le gabarit bayonnais d’un coté, la fougue et la vitesse castraise de l’autre. Chacun devrait pouvoir s’exprimer de manière plus déterminante que Médard ou Arias. En tout cas on l’espère.

 

Arrière : Malgré un excellent match de la part de Porical, c’est Palisson qui honorera sa première cape au poste de 15. Aussi à l’aise à l’aile qu’à l’arrière son poste en club, le briviste aura pour mission principale d’assumer et d’assurer sur les ballons hauts qui risque de pleuvoir sur lui tout au long du match.

 

 

 

Le buteur ? Morgan Parra assurera le rôle du buteur. En cas de blessure ou de défaillance, Traille mais surtout Palisson pourraient assurer l’intérim.

 

 

Le capitaine ? Ce serale grand retour de Dusautoir en bleu. On espère beaucoup de lui et de ses plaquages pour mettre les bleus dans le bon sens : celui du combat et de la haine de la défaite. Le papa des lignes arrière sera Jauzion, le seul à avoir plus de 5 sélections à son poste. Quand au capitaine de la touche, en l’absence d’Imanol Harinordoquy, ca sera à Julien Bonnaire de faire les bon choix avec « seulement » 4 sauteurs (Bonnaire, Chabal, Pierre et Nallet).

 

 

Le banc ? Un banc classique (4 avants et 3 arrières) avec 4 avants très lourds (Thion Guirado Ducalcon et Harinordoquy) et des arrières tous capables de mettre de points au pied. L’impact attendu par la vague de substitution inhérente à la 60ème minute sera comme souvent important. En cas de blessure, tous les postes sont couverts, Estebanez pouvant passer 10 ou centre, Palisson pouvant glisser à une aile permettant l’entrée de Porical en 15 et Ducalcon pouvant jouer a droite et à gauche.

 

 

La stratégie ? C’est bien sur LA grande difficulté face aux redoutables argentins. Avoir la possession de la balle n’est pas une garantie face à ces fameux joueurs de contre. Ne pas l’avoir et la rendre au pied c’est se mettre en danger face aux terribles relanceurs qu’ils sont. Vouloir les prendre devant c’est la garantie de se voir pourrir tous les ballons. Délaisser les phases de conquête, et c’est à coup sur la défaite. Dès lors reste la solution que semble avoir adoptée le staff : celle de mettre du rythme pour faire exploser les massifs avants sud-américains. En privilégiant le déplacement du combat, les expérimentés Ledesma, Scelzo et autre Roncero aime les phases statiques (touche, mêlée, ruck) mais n’aime pas vraiment courir pour défendre. Déplacer le combat et imposer beaucoup de temps de jeu en assurant les libérations de balles propres sera la grande clef du match. Celui qui contrôlera le combat dans le jeu courant gagnera le match.

L’autre grand paramètre sera que l’utilisation habituelle des chandelles sera une option discutable coté Argentin, car avec plus de 4 joueurs à plus de 1M90 en face(Traille, Jauzion, Rougerie et Huguet) la conquête des cieux sur le 3ème rideau sera très difficile.

 

 

Les Argentins ? On les sait tricheurs, accrocheurs, provocateurs, expérimentés et diaboliquement efficace. Si les anglais des années 80 avaient du sang latin, alors ils seraient argentins. C’est un jeu d’une dureté absolu, d’une efficacité presque mécanique et surtout d’un coefficient de « spectacularité » d’une faiblesse abyssale. Mais voilà, ils ne sont pas considérés parmi les meilleurs nations rugbystique du monde pour rien et leur mental en titane est à l’abri de n’importe quel événement. Si leurs schémas tactiques sont simplistes (chandelle, pression, conquête), la qualité de certaines individualités (Hernandez, Tiesi, Gurruchaga, Vergallo) est telle qu’ils peuvent se sortir de n’importe quelle situation en créant des choses jamais vu ou presque. En fait ils sont comme nous et c’est pour ca qu’on aime les détester.  

 

 

Notre pronostique ?  

 

Un match qui se décantera très vite en faveur des français, puis un gros creux en milieu de match et une fin de match à l’avantage des Argentins. Il y aura au moins 2 cartons jaunes. Le score : 25-13 pour les bleus après un essai de Bonnaire.

 

Remarque : La conférence de Presse de Lièvremont a donné l’occasion au staff de clarifier les choses vis-à-vis de « Fufu » Ouedraogo, de réaffirmer Chabal en 8, de parler de déplacement et de puissance physique et de laisser entendre que Skrela ne ferait plus d’aller et venu dans le groupe.

 

Demain, les argentins et leur grinta seront passés au crible.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Clément 16/11/2010 15:01


Belle analyse, j'attends vraiment de voir la paire de centres Jauzion Rougerie (après tout Rougerie doit pas être un mauvais joueur au centre pour être aligné en équipe de france ^^)
Je pense et j'espère que Palisson sera bien secondé par ses deux ailiers car le poids des chandelles sera trop lourd à porter pour un joueur grand par le talent mais petit par la taille!