Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Petites Histoires du Sport

Football / Ligue des Champions féminine : P.S.G. - Francfort (2 -1)

10 Novembre 2011 , Rédigé par Pierre Ammiche

                    DSC02243.JPG

 

 

 

Quand on découvre l’envers du décor, qu’on passe de l’autre coté du miroir, et bien... c’est énorme. Fiers, et pour tout dire un brin émus, nous avons pour la première fois été « accrédité ».

Oui madame, oui monsieur ! Un morceau de plastique tout bête mais qui matérialise la frontière entre le journaliste et le spectateur.

 

Car une accréditation, c’est surtout tout le tremblement qui va avec ! Accès à la tribune presse, au terrain, aux prises qui ne marchent pas, à internet dans le stade, aux gâteaux Delacre à l’œil et aux bouteilles « Roches des écrins » gratuites. Photos, interviews, vidéo, résumé de match et prise de son en direct. En gros : une bonne vieille tuerie.

 

Mais pourquoi utiliser le « nous » ? Parce qu’à l’instar des mousquetaires, un journaliste n’est jamais vraiment seul. C’est donc en compagnie de certains de mes camarades de promo que nous nous sommes rendus à notre premier match « in the zone ».

 

Et puisque nous étions 4, le travail s’est réparti de façon naturelle : dans la tribune presse, l’œil acéré et la plume vive (et parfois l’inverse), le spécialiste du sport féminin, Bastien Achard Lombard.

Au bord du terrain, bondissant sans distinction et sans retenue sur les joueuses, les coachs ou même les supporters : Emmanuel Moine (comme un moine) et Greg Drouillat (comme un moine… A ben non du coup là ca marche pas…).

 

Enfin au bord du terrain, modestement équipé de son Sony DSLR-A230, votre humble et délicat serviteur : Pierre Ammiche (j’insiste sur le coté délicat). 

 

Le résumé du match : une victoire pour l'honneur (Bastien Achard Lombard)

 

Le P.S.G. accueillait mercredi à Charlety, et devant 1350 spectateurs, l'équipe de Francfort en 8ème de finale de Ligue des Champions. Défaites 3 à 0 il y a deux semaines en match aller face aux Allemandes, les Parisiennes devaient réaliser l’exploit pour se qualifier.

 

Mais les joueuses du coach Camillo Vaz démarrent mal le match et encaissent un but dès la 2ème minute de jeu par Ana Maria Crnogorcevic. La Suissesse, dos au but, réussit à se jouer de la défenseuse Nonna Debonne et vient crucifier d'une frappe croisée du gauche Véronique Pons.

 

                DSC02259.JPG

 

Les coéquipières de la capitaine Sabrina Delannoy, subissent un gros pressing des Allemandes, ce qui les obligent à jouer de longs ballons très vite perdus.

 

                DSC02281.JPG

 

Les joueuses de Francfort, une des équipes favorites de l'épreuve, multiplient les bonnes combinaisons avec notamment la star de l'équipe, Fatmire Bajramaje. L'internationale de la Mannschaft fait des misères à ses adversaires sur le côté droit de la défense Parisienne. Et au quart d'heure de jeu, le P.S.G. est même proche de la correctionnelle en encaissant un deuxième but. Heureusement, Delannoy réussit à dégager le ballon sur sa ligne.

 

Kenza Dali sonne la charge :

 

Touchées dans leur orgueil, les Parisiennes se réveillent. La première occasion du P.S.G. se fait par l'intermédiaire de Kenza Dali. La Française de Sainte-Colombe, déclenche une superbe frappe des 25 mètres qui va se loger sous la barre. Mais la gardienne allemande, Nadine Angerer, réalise une superbe parade et détourne le ballon en corner. Le stade reprend de la voix.

C'est encore Kenza Dali, après un superbe une-deux avec Elise Bussaglia, qui s'infiltre sur le côté droit de la surface Allemande et déclenche une grosse frappe. Nadine Angerer réussit là encore un superbe arrêt.

 

Les Parisiennes sont décomplexées. A la 40ème minute, un long dégagement de Véronique Pons prend à défaut la défense centrale Allemande. Cela profite à Ella Masar qui prend de vitesse ses vis-à-vis et se présente face à Angerer. Le ballon rebondissant, elle tente un lob qui passe, au grand dam des supporteurs, de peu à côté. Les joueuses Allemandes sont cependant toujours dangereuses, à l'image de ce corner qui trouve la tête de Kerstin Garefrekes. Véronique Pons est battue mais le ballon heurte la transversale et sort en six mètres.

 

Et alors que la mi-temps s'approche, Kenza Dali, décidemment intenable, centre côté droit. La défense allemande, en difficulté, dégage mal le ballon qui revient sur Alexandra Long. L'américaine en profite et égalise d'une magnifique demi-volée du gauche. Les deux équipes rentrent alors au vestiaire sur le score d'un partout.

 

Doublé de l'attaquante américaine :

      

De retour sur la pelouse, le match perd quelque peu en intensité. Les occasions se font plus rares pour les deux équipes. Mais les coéquipières de l'internationale Elise Bussaglia vont quand même chercher la victoire. A la 73ème, Laure Boulleau, sur son côté gauche déclenche un centre parfait au second poteau qui vient trouver la tête d'Alexandra Long. Les Parisiennes exultent. Malheureusement, plus aucun but ne sera marqué.

 

Les joueuses de la Capitale sont donc éliminées en ne perdant qu'un seul match dans toute la compétition (3 victoires, 1 défaite)… Pour leur première participation, et face à une équipe triple vainqueur de la Ligue des Champions, les joueuses de Camillo Vaz n'ont pas à rougir.

 

Espérons que nous reverrons l'équipe Parisienne en Ligue des Champions l'année prochaine. Cela passe par le championnat et le match de ce weekend à domicile face à Vendenheim.

 

Composition : Pons – Boulleau, Dellanoy, Debonne, Lepailleur – Thomas (Coton-Pelagie 54ème), Bussaglia Pizzala, Dali ( Conforti 68ème) –  Masar, Long (Poulain 85ème)
Joueuses non entrées en jeu : Sapowicz, Blanc, Le Garrec, Soyer
Avertissements : Debonne (28ème)

 

L’Interview inattendue : Bruno Bini (Greg Drouillat et Emmanuel Moine)

 

Dans les tribunes, au hasard des travées du stade Charlety, le microphone à la main, mon duo d’interviewers préféré à fait une rencontre. Et pas des moindres : Bruno Bini, le sélectionneur de l’équipe de France féminine. Vous ne me croyez pas ? La preuve : 

 

 

 

POUR CONCLURE : UN GRAND MERCI A BERANGERE SAPOWICZ GRACE A QUI CE TRAVAIL A ETE POSSIBLE : MERCI BERANGERE ET REMETS-TOI VITE !!!! 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie 10/11/2011 21:44


Très bien la sauce à pris vous vous etes bien complétés et c un article très sympa


Pierre Ammiche 10/11/2011 22:16



Merci pour eux :) 


 


Je n'ai été là que pour mettre en forme leur travail.