Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Petites Histoires du Sport

France - Argentine : la composition officielle des Pumas

18 Novembre 2010 , Rédigé par Pierre Ammiche Publié dans #En route pour la coupe du monde 2011

 

Sans plus attendre et sans fioriture :

 

Le XV de départ Argentin : Rodriguez Gurruchaga ; Camacho, Tiesi, Fenandez, Amorosino ; (o) Contepomi (cap.), (m) Vergallo ; De Achaval, Fernandez Lobbe, Fessia ; Albacete, Galarza ; Scelzo, Ledesma, Roncero.

 

Remplaçants: Creevy, Ayerza, Guzman, Cabello, Galindo, Lalanne, Bosch.

 

 

 

Ligne par ligne :

 

Première ligne : Roncero-Scelzo-Ledesma. Du poids du vice de l’expérience et du talent. Pas loin d’être la meilleure première ligne du monde, le poids des années pèsent malgré tout sur les épaules solides de ces premières lignes. La Bajadita sera à nouveau de rigueur avec Ledesma au poste de talon.

 

Seconde ligne : Galarza-Albacete. Un « Pato » Albacete même amoindri reste l’une des figures de ce pack et surtout l’un des leaders de combat. Son pendant, Galarza, vient de signer un contrat de courte durée au Leinster… Quand on fait 2M04, qu’on est titulaire dans un pack rompu aux joutes et aux combat européens et qu’on est repéré dans son petit club de « universitario de La Plata », pas sur qu’on reste un inconnu bien longtemps.

 

Troisième ligne : De Achaval-Fessia-Fernandez-Lobbe. Une troisième ligne un peu plus puissante que mobile (315 kilos a eux trois contre 309 pour les bleus), ou le talent de Fernandez-Lobbe n’est plus a prouvé et où Fessia (passé par les Sharks) et De Achaval essayerons d’apporter surtout des plaquages et du dynamisme.

 

Charnière : Vergallo-Contepomi. Un 9 malin et talentueux qui doit faire oublier Pichot, un 10 créatif puissant et doté d’un jeu au pied long qui doit faire passer la pilule de l’absence de JM Hernandez. Voila en résumé la situation particulière dans laquelle se trouve ces deux super joueurs, pourtant toujours dans l’ombre d’un joueur encore meilleur. Mais pas de méprise : l’un est titulaire au RCT, l’autre en balance avec l’un des meilleurs 9 du monde (Kelleher) dans l’un des meilleurs club de la planète (Toulouse) : ils n’ont objectivement plus rien a prouver et font certainement faire très mal aux bleus.

 

Centres : Tiesi-Fernandez. Hernandez absent, Contepomi en 10, Bosh un peu a court, c’est a coup sur un pari risqué de la part de Phelan de mettre au centre un joueur qui revient tout juste de blessure, Tiesi (joueur ultra talentueux qui fait énormément de bien a Paris quand il joue) et un autre qui n’évolue pas a ce poste en club (Fernandez habitué a jouer ouvreur). Le talent offensif est présent mais quid de la défense ? Ils risquent de prendre un peu l’eau si jamais les repères ne sont pas tout de suite là. Attention : c’est peut être le plus gros point faible des argentins.

 

Ailes : Amorosino-Camacho. Les joueurs du Leinster et des Harlequins sont tous les deux jeunes (19 ans pour Amorosino !) et surtout assez talentueux. Plutôt vifs que puissants, Huguet devra se méfier pour sa première de ne pas laisser trop d’espaces au petit lutin argentin Camacho.  

 

Arrière : Rodriguez Gurruchaga. Un joueur au profil similaire et même presque identique a Hernandez : du talent plein les mains et les pieds, des gros plaquages, une belle gueule et un sang froid d’iguane… Il risque de se faire arroser de chandelle mais je ne le vois pas flancher. A Moins que…

 

 

Le buteur ? Felipe Contepomi devrait endosser ce rôle pour le plus grand plaisir des socios Argentins. Précis puissant et surtout régulier, il devrait apporter entre 12 et 15 points aux siens.

 

 

Le Capitaine ? Encore Contepomi ! Même si devant les papas que sont Roncero, Scelzo, Albacete, Ledesma, Fernandez-Lobbe n’ont plus besoin de capitaine depuis bien longtemps…

 

 

La stratégie ? On ne va pas en faire un mystère : les Argentins vont tout faire pour jouer dans le camp adverse, pour pousser l’adversaire à la faute, pour gagner des ballons en touche et en mêlée, pour pourrir et ralentir toutes les sorties et pour faire dégoupiller les bleus. En somme ils vont être pénibles, rudes, toujours à la limite. Ils vont être très dur a manœuvrer en raison de leur mental de psychopathe et de leur défense inversée presque insoluble.

Leur gros point faible ? Se reposer uniquement sur leur paquet d’avant et quelques coups de génies derrière. Ils sont redoutables en mêlée fermée mais se mettent parfois à la faute de manière stupide dans toutes les zones de combat en témoigne les points concédés par Roncero par match (9 pts selon les organisateur, 3 selon la police).

 

La clef pour les bleus ? Et bien c’est à la fois simple et compliqué : il faudra réussir le savant mélange entre mettre du rythme en forçant les argentins a déplacer le combat en sortant les ballons proprement et rapidement et en mettant de la vitesse en jouant large ET (et là attention les yeux) ne pas fuir le combat sous peine de se faire punir.

Le risque est de s’exposer aux contrer et aux interceptions du fait de la rush-défense des Pumas et de se faire exploser par la troisième ligne a chaque retour intérieur. Reste la solutions du jeu au pied par-dessus efficace contre une défense organisé de cette façon mais alors attention a ne pas en abuser sous peine de se voir punir Vergallo (qui couvre très bien), Fernandez-Lobbe (l’un des 8 les plus actif du continent) ou encore par le trio Gurruchaga Amorosino Camacho.

 

En conclusion ca sera un match hautement compliqué et la prestation très triste des Argentins contre l’Italie ne doit pas être un motif de soulagement : les Argentins feront comme toujours et se transcenderont face a nous. Une preuve ? 7 victoires sur les 10 derniers match dont un terrible 43-13 à Velez il y a 5 mois.   

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article