Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Petites Histoires du Sport

France - Ecosse : les notes du Match

5 Février 2011 , Rédigé par Pierre Ammiche Publié dans #Tournoi des VI Nations 2011

Après cette victoire à la fois logique mais poussive par moment, les français vont regagner Marcatraz avec le sentiment du travail accomplit. Certain plus que d’autre, quelques uns d’entre eux ayant livrés une grosse prestation.

Voici les notes de l’équipe de France de rugby et comme toujours c’est partial, subjectif, petit et méchant par moment. Et comme dirait tout bon proctologue qui se respecte : « détendez vous, ca n’est qu’un petit moment désagréable à passer ».

 

1) Domingo : Solide, actif et présent au soutient, il revient vraiment en très grosse forme. Il a mit au supplice le brave Murray pendant plus d’une heure avant de faiblir (logiquement) en fin de match.

     L’action a retenir : Son soutient du bout du monde sur une percée de Servat où il vient exploser le neuf écossais (qui se relevait déjà d’un caramel a retardement de Bonnaire quelques secondes auparavant)… Le pauvre… 

     Le bémol : Pas grand-chose a dire de négatif sur son match. Il domine en mêlée, est solide en touche, a joué presque tout le match (sortie définitive à la 70ème). En plus il réalise la bagatelle non négigleable de 5 plaquages. Un gros match pour lui

     La note : 7,5/10

 

2) Servat : parfait sur ses lancers (une balle cafouillée mais suite à un mauvais lift), puissant en mêlée, le toulousain a été une fois de plus très solide.

     L’action a retenir : Son accélération qui dépose son vis-à-vis avant de servir intérieur un soutient (Dusautoir si je ne m’abuse) qui lui même retrouvera Domingo… Ah c’est beau le rugby moderne !

     Le bémol : Moins perforant et même moins performant que d’habitude, le talonneur incontournable de l’époque Lièvremont va probablement peser davantage sur les matchs a venir.

      La note : 6/10



3) Mas : L’autobus a été encore une fois très bon. Puissant et véritable machine en mêlée, le catalan a porté la conquête française pendant 50min. Sorti puis revenu, il est encore une fois indispensable a cette équipe.

     L’action a retenir : un essai de pénalité obtenue en grande partie grâce à lui, mettant au supplice son vis-à-vis et en trichant un petit peu.

     Le bémol : une mobilité qui tranche un peu avec celle de ces deux partenaires de première ligne. Mais bon, on ne peut pas tout avoir. Il a été pénalisé une fois sur un ballon gardé au sol alors que l’action aurait pu aller au bout sans sa faute.

     La note : 7/10

 

4) Pierre : Le seul joueur du 5 de devant à avoir joué tout le match, il a été lui aussi en vue. Gros apport dans les rucks et bonne activité dans le jeu courant, il n’y a rien a redire a son match.

     L’action à retenir : pas de véritable action d’éclat pour le clermontois.

     Le bémol : il a loupé quelques plaquages en fin de match et notamment après quelques temps de jeu.

     La note : 6/10


5) Nallet : encore et toujours omniprésent pendant l’heure qu’il a passé sur la pelouse, il nous gratifie d’un match précieux dans toutes les phases statiques. Sa sortie coïncide étrangement avec l’effondrement de la mêlée bleue (2coups francs, 2 pénalités en 20minutes).

      L’action a retenir : cette percée magnifique sur une grosse 15aine de mètres qui amènera le 3ème essai de l’équipe de France.

     Le bémol : il n’est plus capable de faire tout un match ou en tout cas plus en étant aussi fort de la première à la dernière minute. On le sent dominateur, certes, mais plus de 60minutes cela est-il possible ?

      La note : 7/10

 

 

6) Dusautoir : Une entame de match moyenne et puis d’un coup, Dusautoir est revenu. 10 plaquages, une envie énorme, une vraie volonté de se proposer en tant que dynamiseur d’attaque dans les moments où l’équipe n’avait plus de vitesse, défenseur infranchissable lors des rares retours intérieurs… Un vrai match de black destroyer.

     L’action a retenir : Son magnifique soutient sur deux actions d’envergure (au relai de Servat une première fois, au relais de Trinh-Duc une seconde fois).

     Le bémol : Il a mit du temps à rentrer dans son match mais rien de dramatique. Sa tendance à vouloir remettre l’équipe dans le bon sens à parfois semblée de trop dans la mesure où il est incapable techniquement de faire jouer après contact. Mais vu qu’il avance à chaque fois, on lui pardonne.

      La note : 7,5/10

 

7) Bonnaire : Le clermontois a été énorme. 14 plaquages, deux franchissements, des ballons gagnés en touche, des percussions, du soutient, des passes après contact. Tout le registre du 3ème ligne y est passé.

     L’action a retenir : premier français à franchir concrétement le premier rideau écossais sur une passe au pied, ce n’est pourtant pas l’action que je vais retenir de son match. Celle qui va retenir mon attention est celle qui m’a fait le plus rire : son énorme plaquage à retardement sur le 9 remplaçant qu’il explose après un coup de pied. Le pauvre 9 est sonné. Il met du temps a revenir à lui. Au moment où il se relève, Domingo le percute et l’envoi pété à au moins 2mètres de là.

     Le bémol : aucun. Un match de grande classe.  

     La note : 8/10

 

 

8) Harinordoquy : un seul mot : transparent. Il a été tout au mieux utile. Preneur de balle en touche et 5 plaquages. Et voilà… alors il marque un essai après une passe lumineuse de Trinh-Duc. Mais franchement c’est un peu adopter la technique de l’autruche que de se cacher la chose suivante : depuis 1an, Imanol n’a plus fait de vrai bon match en bleu.

     L’action à retenir : son essai. Après une superbe passe de Trinh-Duc entre les jambes, il hérite de la balle et prends sur un crochet (on dira plutôt un virage un peu serré) le deuxième ligne blond Gray. Il accélère ensuite sur 30 mètre pour aplatir entre les perches.

     Le bémol : rien ne permet de dire qu’il mérite plus d’être titulaire qu’un autre (Chabal, Chouly, Picamoles). Alors si son passage a vide n’était qu’épisodique, ok. Mais là ca commence un peu a durer…

     La note : 5/10

 

9) Parra : précieux au moins pour son jeu au pied et sa défense (le seul plaquage qu’il loupe ouvertement en se faisant renverser cul par-dessus tête par le pilier d’en face, l’action fini dans l’en but ce qui est assez triste au vue de sa prestation globale dans l’exercice défensif), le demi de mêlée des bleus à fait un match très moyen. Incapable de redynamiser le match dans les moments de temps faible, il est logiquement remplacé dès la 51ème minute.

     L’action à retenir : ce que je vais retenir de son match ne va pas être une action. En effet c’est l’impression globale que sa partie ma laissé. Il est vraiment très doué avec ses avants, il fait donner les gros sans forcer sa nature et maitrise parfaitement les zones de combats. Mais voila : la où le bât blesse, c’est que non seulement il n’alerte que trop rarement ses arrières mais surtout il le fait bien souvent dans des conditions très précaires. C’est un peu quand il ne sait plus quoi faire, quand il a épuisé ses gros sur 34456 retours petits cotés, quand il voit que Trinh-Duc commence à avoir des engelures au bout des doigts et que dans le public les moins courageux se barrent à la buvette, alors là, il donne le ballon au dela de la zone 1… C’est quand même rageant de le voir temporiser sur a peu près tous les ballons et pour à peu près toutes les raisons du monde.

     Le bémol : ses défauts récurrents (temporisation, retour petit coté) on été difficiles à percevoir sur le premier acte dans la mesure où les bleus on eu très peu le ballon. Mais dès que les français ont la maitrise… aie aie aie.

    La note : 4,5/10


 

10) Trinh-duc : Auteur d’un premier plaquage où il fait exploser la balle, ce qui amène l’essai, d’une superbe passe qui en amène un second et d’une flopée de bonnes passes/plaquages/choix, le retour du chouchou du staff à fait le plus grand bien au jeu de l’équipe de France. Bon c’est pas Byzance, d’accord, mais c’est quand même autre chose que Damien « retour intérieur-percussion » Traille.

     L’action a retenir : Le premier plaquage du match. Il met un bon carton au 12 adverse venu le défier en première main. Récupération de Dusautoir qui écarte pour Rougerie qui pousuit au pied. Essai de Médard. En 15 secondes le match bascule et l’équipe de France prends le score pour ne plus le lâcher.

     Le bémol : quelques plaquages loupés, quelques coups de pied de nain, quelques rares choix discutables. Mais cela n’enlève rien a son match tout simplement réussit.

     La note : 7,5/10

 

 

11) Médard : Un gros match pour le toulousain. Un essai, des grosses relances, un placement souvent très juste, quelques plaquages désespérés (sur Walker notamment). Sorti dans les derniers instants du match, il rend un copie propre.

     L’action a retenir : son énorme percée qui amène l’essai de Damien Traille.

     Le bémol : pas grand-chose à lui reprocher. Peut être une ou deux erreurs défensives sans gravités et encore… Ah si ! j’ai trouve ! Une passe mal assurée interceptée par Parks alors que Rougerie attendait l’offrande.

Elu talent d’or du match par France 2.

     La note : 7,5/10

 

 

12) Mermoz :  deux mots : chat noir… Il nous a fait 40 minutes plus que prometteuse avec une entente qui avait fière allure avec Rougerie, une défense solide (jusqu’à ce plaquage loupé où il se blesse bêtement) quelques grosses prises d’intervalles… Et puis crac, la tuile. L’épaule dans la boite a gant, on met le clignotant et on sort. Quand le sort s’acharne. Marty dans le groupe dès Lundi ? Dès que je dis ça, y’a pas à chier, c’est quand même moins sexy…

Non noté, j’avais pas le cœur.

 

13) Rougerie : Mr Rougerie a encore fait un match énorme. Les chiffres ? 11 plaquages, 2 franchissements. Les faits ? Il a étouffé la nouvelle pépite du rugby écossais Ansbro pendant une heure. Le résultat ? Il marque des points en vue de la coupe du monde.

     L’action à retenir : La combinaison en première main où suite à une redoublée Trinh-Dec-Mermoz, le capitaine des champions de France est servi dans l’espace. Il fixe alors son vis-à-vis et transmet à Traille qui envoi sur orbite Huguet. Ce dernier est passé mais se fait reprendre par le bout du short à 10 mètres de la ligne.

     Le bémol : il s’est peu à peu éteint au fur et à mesure du match et son entent avec Traille a été pour le moins malaisée.

     La note : 8/10 = = > Homme du match LPHS !

 

 

14) Huguet : plutôt a son avantage, la différence entre lui et d’autre ailier comme Cueto, Clerc, Ashton, Malzieu où le reste du gratin mondial est simple : eux, quand ils sont servis en 1 contre 1 à 10 mètres de la ligne avec un défenseur qui recule, ils marquent. Il n’a pas encore l’instinct de tueur qu’il lui permettrait d’être une solution à court terme en bleu. Mais son registre physique et dynamique, peu de joueurs sont aussi efficace il faut bien le reconnaitre.

     L’action a retenir : ce sera deux action. Les deux fois où ayant franchit le premier rideau, il est cueillit par le dernier défenseur. J’en rajoute peut être un peu trop mais le fait qu’il revienne toujours intérieur alors qu’il aurait la place pour faire la diff’ est un peu dommage.

     Le bémol : Huguet, c’est un peu le syndrome Christophe Lemaitre. C’est le meilleur européen, mais il y a au moins 16 mecs qui courent plus vite que lui sur 100 et 200 mètres… Alors oui, Huguet est super fort. Mais seulement y’a pleins de gars meilleur que lui rien qu’en France… Ca se voit que je suis sceptique ?

     La note : 6/10 

 

 

15) Traille : Bon ben voilà. Il est a chier en 10, très moyen en 12, vilain en 13 et franchement pas génial en 15. On l’a vu, on le sait, on l’affirme. Damien je m’adresse a toi : quand tu joues 15, laisser rebondir la balle 3 fois a chaque coup de pied, ou quand tu ne couvres pas le 3ème rideau, c’est pas une super idée. Quand tu joues 12, prendre une pommette de la mort par un mec, quand tu es sur ta ligne des 22m, c’est pas une super idée. Quand tu passes par hasard 10 et que tu pettes tout droit dans le mec d’en face c’est pas une super idée. Enfin moi je dis ça, je dis rien… Un symbole : premier ballon, il va tout droit dans la défense, se fait exploser, se fait arracher la balle et finit le nez dans le gazon.

     L’action à retenir : la seule action où il fait la différence est cette fameuse action en première main suite à une mêlée. A noter que les deux joueurs qui marquent ce soir sont peut être les deux plus mauvais sur l’ensemble du match.

     Le bémol : il ne faut pas s’évertuer à vouloir intégrer Traille n’importe où et dans n’importe quelle position… C’est pas Katsuni…

     La note : 4/10

 

 

16) Guirado : une entrée pas vraiment magique qui commence comme souvent avec le catalan par un lancer dégelasse (lancer pas droit). Après il se met un peu plus dans le match mais une nouvelle fois il semble que le Guirado de Perpignan a du mal a venir jouer au nord de la Loire… C’est son frangin ou un truc du genre qui vient jouer en fait ?

 

 

17) Ducalcon : On le sait, j’aime beaucoup ce joueur. Mais aujourd’hui, ca été la croix et la banière pour Luc. Deux pénalités, des mauvais plaquages, des percussions en mode rétropédalage (percussion puis reculade de 3mètres)… Enfin un match a oublier. Marconnet voit sa chance de revenir en bleu plus importante que jamais après cette contre performance.

 

 

18) Thion : On ne l’a pas vu beaucoup mais il a été comme toujours généreux. En mêlée, il a été moins démentiel que sa réputation laisse présager. Une action : la percussion du ventre dont il nous a gratifiés.

 

19) Chabal : Il entre et met un caramel sans ballon au bout de 15 secondes. Le reste du match ne sera pas spécialement au diapason de cette action d’éclat, mais il fait un match solide. C’est le seul remplacent parmi les avants a ne pas avoir fait de la merde…

 

 

20) Yachvili : une bonne entrée, il a remis dans le bon sens toute l’équipe de France. Plusieurs bons plaquages (dont une jolie cathédrale) et surtout une capacité a faire jouer Trinh-Duc (lui qui commençait a sacrement s’emmerder).

 

 

21) Clerc : Il est entré, il se bavait dessus les yeux révulsés, on a vu de la volonté dans le regard et puis… Rien. Il n’a pas vu un ballon.

 

 

22) Poitrenaud : auteur d’un soutient décisif pour amener l’essai de Traille, le toulousain s’est montré comme toujours ou presque irréprochable.  

 

 

 

Coté écossais les meilleurs :

 

Gray : omniprésent, il a été l’un des moteurs de l’équipe. Sa crinière blonde au vent, il a couru, couru, couru encore. Et il fait 2m06…

 

Brown : plutôt efficace, il marque un essai (scandaleusement défendu par les avants français, Nallet s’envoyant comme un âne et Pierre restant planté comme un gland…) et surtout il fait très mal à la percussion

 

Ansbro : Véritable espoir écossais, ca fait facilement 10ans qu’on avait pas vu un joueur aussi talentueux dans le royaume de Wallace.

 

Walker : Ultra mobile, très puissant, il a été un poison pour l’équipe de France.  

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Cyrille B 09/02/2011 15:24


Pour les notes du pack je suis globalement assez d'accord, saluons vraiment la performance de Domingo, solide dans tous les registres... En revanche et si je peux me permettre, le jugement me
semble un peu sévère avec Harinordoquy- qui même un peu terne reste un joueur extraordinaire- et un peu généreux avec Bonnaire.
Générosité perdue pour Parra et Huget, ce dernier a fait un bon match à mes yeux, mais à nouveau retrouvée pour Traille à qui donner un 4 est encore trop gentil... M'enfin malheureusement ça sera
probablement mieux que dimanche contre les Irlandais, au centre... arf.

Pour les remplaçants je suis egalement assez d'accord, Guirado n'est définitivement pas digne du XV de France et ca se voit sur son visage , il fait toujours cette petite tete d'enervé qui ne
ferait meme pas peur à un bisounours, comme pour montrer sa frustration de ne pas etre au niveau.


Pierre Ammiche 09/02/2011 23:54



Pour Bonnaire, il nous sort un match à 14 plaquages donc match discret en attaque mais franchement de qualité en défense. Pour Parra, je le trouve de moins en moins performant en bleu depuis
presque 1an et contre l'Ecosse, il m'a une nouvelle fois rendu fou avec ses insupportables retours intérieurs... 


Huguet n'a clairement pas été mauvais. Mais il n'a pas non plus fait le match du siècle contre un joueur qui évoluait à un poste inhabituel pour lui (Evans est un centre de formation). Traille au
centre me semble un peu moins dangereux que partout ailleurs. Je le préfère en 12 qu'en 15 ou plus encore qu'en 10. 


 


Pour le banc, Ducalcon paie un peu son entrée bien pourrie en étant relégué en tribune. Mais après Guirado, il n'y a pas foule derrière : Noirot, Kayser et Roumieu sont clairement un peu justes,
Dimitri est blessé, Genevois et Bonfils sont trop jeunes... Le poste de talonneur n'est pas aussi fourni que le poste de centre ou de 3ème ligne.