Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Petites Histoires du Sport

France - Pays de Galles : le XV Gallois

17 Mars 2011 , Rédigé par Pierre Ammiche Publié dans #Tournoi des VI Nations 2011

 

 

C'est déjà le dernier match du tournoi. Tous les Jones et les Davies du pays vont traverser le Chanel. Ils vont boire des pintes dans leurs habits de gala, poussant leur équipe de la voie tout de rouge et de jaune vêtus. Les feu d’artifice et les flammes de Cardiff ne vont pas les accompagner ici mais pourtant ils vont tenter d'embraser le ciel de Saint-Denis. Les bleus vont se faire attendre : l’entrée des locaux doit se faire à l'anicenne, avec les 5 minutes de Bronca de politesse. Les bleus vont jouer dans un stade à l’ambiance pathétique, devant un public n'attandant que la moindre erreur pour réclamer la tête du sélectionneur...la pression sera encore plus térrible pour eux. 


Un match comme un fol espoir de rédemption :  


Le match du dernier espoir. Voilà qui résume assez bien la situation, similaire et pourtant tellement opposée, dans laquelle se trouvent les deux équipes. Les gallois peuvent espérer gagner le tournoi en cas de très large victoire contre les bleus et de défaite des Anglais face à l'Irlande. les bleus eux espèrent juste relever la tête, ne pas être totalement ridicule.

Car le ridicule n’est pas loin. Non pas que perdre en Italie soit insultant : les italiens se sont montrés plus fort et plus réalistes. C’est bel et bien le niveau d’intention et d’envie affiché qui est purement et simplement indigne d’une équipe sensé incarner la nation rugby dans son entière et démesurée passion.

 

Heureusement, dans la semaine, nous avons vécu un grand moment d’ovalie. L’interview surréaliste de Lionel Nallet et une déclaration comme je les aime : « pour moi un match abouti c’est un match ou j’ai mis des coups de tronche ». Une déclaration en forme de mea-culpa pour le grand leader de combat des tricolores.

On sent que, pour la première fois depuis longtemps, les bleus sont passés complètement à côté de leur tournoi. Ils n’ont pas respectés l’adversaire, le jeu, le tournoi, le rugby. Ils ont laissés filer un match, ils se sont fait enfoncer, ils se sont cachés. Ils ont perdu logiquement en Italie, logiquement en Angleterre, on gagné avec réussite en Irlande et sans convaincre contre l’Ecosse. Oui, l’équipe de France va mal.

 

Mais Lievremont a raison : l’équipe de Flaminio l’a trahi. Les 18 participants à ce match se sont menti. Ils se sont vus trop beau, trop bon, trop intelligent. Le résultat ? Une claque que les supporters espèrent salutaire. Lievremont à aussi tort : non il ne doit pas regretter ses propos, oui il doit devenir plus « con », oui il doit remettre ses joueurs dans le droit chemin, quitte à le faire à coup de pompe dans le cul.

Lievremont démission ? LievRaymond ? Lievremont incapable ? Non : juste Lievremont à bout de force. Il s’est épuisé seul : où sont les membres de la fédération, où sont les directeurs sportifs, les porte-paroles, les managers et autres conseillers spéciaux ? Lievremont est abandonné. Purement et simplement. Qui s’est présenté seul devant les médias à chaque défaite ? Lievremont. Qui a endossé seul la responsabilité de la déroute Australienne ? Lievremont. Qui doit faire face à la déferlante, Midi Olympique en tête, des médias qui brulent leurs idoles ? Lievremont encore et toujours. Il est désavoué par ses joueurs, lâché par son encadrement, par sa fédération (il a fallut attendre une semaine pour voir Camou soutenir son entraineur national !)… Courage Marc, la mise a mort est pour bientôt : tout le monde réclame ta tête, on parle de politique et de complot, on parle de manque de ceci ou de trop de cela, on conteste le moindre de tes choix. Quand on veut faire tuer son chien, on dit qu’il à la rage. Quand on veut le laisser crever, on le laisse tout seul. 

Alors certes, il ne fait pas que des bons choix, il n’accorde pas sa confiance aux joueurs que l’on voudrait voir en bleu mais il a fait l’erreur de croire en l’orgueil, de croire en la confiance, de croire dans les valeurs humaines qui font de notre sport un sport si particulier et où les liens d’amitiés sont autant de gage de réussite sportive. Il a voulu créer une bande de gars solidaire, il a voulu accorder sa confiance et a mis son sort entre les mains de quelques joueurs qui ont tout gâché. Pour se rattraper, il n’y a plus qu’une solution : faire un match de feu. Si je m’écoutais, au diable la stratégie ! Jouez avec leur cœur !

 

Pour en revenir aux Gallois, ils ont fait un tournoi plus qu’honorable : victoire en Italie et en Ecosse,  victoire contre l’Irlande, défait d’une courte tête contre l’Angleterre dans un match où les regrets seront terribles.  Ils ont connu des matchs compliqués, ils ne sont pas montrés aussi irrésistibles que les Anglais, aussi joueurs que les Ecossais, aussi courageux que les italiens et pourtant, ils se sont montrés d’une application et d’un opportunisme majeur.

 

Le Pays de Galles envoie du jeu, toujours de la même manière.  Ils défendent toujours pareil, ils attaquent toujours pareil. Mais ils le font avec une telle efficacité que cette équipe est toujours aussi redoutable.

 

L’attaque ? C’est simple : on balaye de droite à gauche en 3 temps de jeu maximum. Un premier temps au ras, un deuxième autour du 10 pour prendre le milieu de terrain très fort, un troisième pour jouer en Z3 (très loin de la zone de rucks) et étirer la défense. Et on repart : z0 (au ras), z1 (autour du 10), z3… Physiquement très exigeant, la clef est donc, nous le reverrons, d’imposer un combat immense dans les zones de rucks pour ralentir un maximum les sorties de balles.

Défensivement : une défense agressive (dite de rush-défense) avec des centres qui montent très vite et vont chercher leurs vis-à-vis haut. Les ailiers laissent volontairement de l’espace pour anticiper sur des jeux au pied (court ou long) et un premier rideau très dense et compact à l’intérieur du 10.

 

Mais avant de voir la stratégie à mettre en place (jouer avec le cœur c’est bien, mais pas suffisant), le pronostique et l’homme à surveiller de ce XV du poireau, la composition du XV gallois :

 

La composition :

 

Première ligne : Jones, Rees, James

 

C’est le talon d’Achille de cette équipe :  Jenkins absent, et malgré le retour de Adam Jones, c’est peut-être la première ligne la moins talentueuse du tournoi . Néanmoins : attention à Rees ! Puissant, dynamique, assez mobile et surtout bon lanceur, il est le meilleur première ligne gallois aujourd’hui.

La première arme de l’équipe de France (la mêlée) est aussi la faiblesse principale du Pays de Galles. Reste a savoir si l’arbitre s’en rendra compte…

 

Deuxième ligne : Barry Davies, AW. Jones

 

Deux vieux briscards rompus aux combats et aux affrontements sans limites. Davies est peut-être le meilleur deuxième ligne de tournoi avec Palmer et Gray. Mobile, actif, il a un profil très similaire à celui de Pierre. 

Son camarade, Jones, est lui le plus gros guerrier de cette formation. Il n’a que 26ans mais on le connaît depuis presque 10ans. Ancien troisième ligne reconvertit, son duel avec Nallet sera, je l’espère, un régal. 

 

Troisième ligne : Warburton, R. Jones, Lydiate

 

Warburton le coureur, Lydiate le puissant, Ryan Jones le régulateur perforateur. Voilà une troisième moderne, rapide mobile et puissante. Un petit défaut ? Aucun ne se révèle être un grand sauteur.

La touche n’est de toute façon pas l’arme fétiche de cette formation galloise qui va préférer s’appuyer sur un jeu de mouvement de grande envergure.

 

Charnière : Phillips, Hook

 

L’hégémonie Jones est donc terminée. En tout cas pour un temps. Hook, futur ouvreur de l’Usap a montré qu’il était un 10 de grand talent et pas juste un 13 ou un 15 de bon niveau.

Phillips, le demi de mêlée géant lui confirme sa place. Parfois portant trop le ballon, mais pesant souvent sur la défense au ras, il reste le meilleur 9 du pays de Galles.

Cette charnière joue juste, joue souvent bien les ballons rapides et sait trouver les espaces aussi bien au ras qu’au large. Tenir Hook à l’œil, lui qui joue en attaquant beaucoup la ligne sera crucial pour limiter les franchissements.

 

Centres : Davies, Roberts

 

On a connu des duos plus intelligents. Mais quelle énergie, quelle puissance. Roberts est le Jauzion Gallois. Davies, plus joueur est dans un registre plus proche de celui de Fritz. A eux deux, une paire redoutable. Mais sans Shanklin, il manque un je ne sais quoi d’animalité à cette paire de centre…

 

Ailiers : Halfpenny, North

 

Shayne Williams va donc rater ce qui aurait du être le dernier match de sa carrière dans le tournoi. Quelle déception de ne pas voir le lutin magique fouler une dernière fois la pelouse du stade France. Son clone, le petit Halfpenny sera là pour animer la ligne par ses courses improbables. North lui remplace Stodarth dont la main cassé au premier match lui a posé quelques problèmes. Agé de 18ans a peine, il va revêtir la tunique frappé du poireau pour la première fois de sa vie. On l’annonce comme un petit phénomène, a lui de le prouver. 

 

Arrière : Byrne

 

Il est rapide, rugueux, à un jeu au pied énorme en longueur est solide sous les ballons hauts et est capable de casser le premier rideau assez facilement. C’est une excellente recrue pour Clermont et un des meilleurs gallois depuis des années. Il faudra se montre très vigilant quand il apportera le surnombre en s’intercalant dans la ligne.

 

 

La stratégie Galloise :


Simple voir simpliste : faire 15 temps de jeu sur chaque possession en alternant de manière presque mathématique jeu au près-jeu au large. Hook va attaquer la ligne très fort pour faire jouer après contact, va essayer de mettre Roberts dans les intervalles lancés (et ça fait mal quand ca marche) et va faire jouer ces ailiers autour de lui sur les premiers temps de jeu. La zone intérieur sera au fur et à mersure du match déserté pour probablement finir (si ils sont menés) par du large large. Il faudra éviter de leur laisser l’usage du ballon et surtout la dictée du tempo sur les dernières minutes.

 

La stratégie tricolore : 


Les bleus devront faire attention a trois choses : ne pas se laisser dicter le match, ne pas subir sur les 2 premiers temps de jeu, ne pas se laisser prendre par l’euphorie du match et se mettre à faire ce qu’elle ne sait pas faire.

La solution à ces trois maux ? Mettre énormément d’intensité dans les rucks et dans les phases d’affrontement et aller jouer loin chez eux. Au diable les ballons écartés, il faut leur rentrer dans la courge. Lievremont l’a compris en alignant les deux centres les moins doués ballon en main possible : Marty Traille. Le message est clair : il veut du cœur, pas de la technique. Les ailiers ne verront pas un ballon, mais vu ce qu’on espère voir pendant ce match, on aurait pu jouer avec Burban et Picamoles aux ailes.

 

L'homme à surveiller : Hook ! si il avance, si il trouve les espaces en attaquant la ligne, alors les gallois vont nous piétiner. 

 


Le pronostique en bois :

 

Ce sera un match haché, nul à regarder, affligeant de stérilité et orphelin d’intentions offensives incalculées. Mais par contre ca sera probablement (en tout cas je l’espère) un match pour amoureux des peintures de Picasso (Guernica, vous connaissez ?). Le japon à coté ca sera Disneyland. Il faut que ce soit la guerre. Et alors le score sera de 33 à 24 pour les bleus. Il ne faudra pas avoir de regret, nous parler de courage et de cœur, d’envie et d’orgueil si le match n’est pas l’aboutissement d’un match féroce. Pour espérer (encore) être champion du monde, il faudra du sang de la sueur et des larmes. Demain, ca sera la guerre. 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Salle de Sport Toulouse 18/03/2011 12:48


Je pense que la défaite de l'Italie a été salutaire... et vont leur faire comprendre qu'ils doivent se battre et ne jamais rien lâcher... enfin j'espère...

On verra contre les gallois de toutes façons... on sera vite fixer...


Pierre Ammiche 18/03/2011 12:52



J'espère aussi ! De toute façon l'investissement et l'envie ne peuvent pas être pire... enfin je pense... 


 


Allez les bleus : il faut relever la tête ! 



Marie 18/03/2011 08:21


C très juste tout ça maintenant ils savent ce qui reste à faire. allez les bleus bougez vous le cul..