Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Petites Histoires du Sport

La bourse aux internationaux : les arrières (Partie 2)

7 Septembre 2010 , Rédigé par Pierre Ammiche Publié dans #En route pour la coupe du monde 2011

                                              logoFFR

 

 

Demi de mélée :

 

Parra è  Le titulaire et buteur de l’équipe victorieuse du dernier tournoi part avec une longueur d’avance sur les autres. Son animation et sa défense ainsi que son jeune âge sont autant d’atout pour lui.

 

Dupuy è Revenu de suspension, ses performances actuelles et le fait qu’il n’a pas fini un match sur ses jambes depuis le début du championnat font de la Nouvelle Zélande un rêve difficile d’accès. Blessé à la cheville dimanche, on parle d’une grosse entorse.

 

Yachvili è Il revient à son meilleur niveau et ses qualités de buteur et son jeu au pied ainsi que son expérience du très haut niveau font de lui un remplaçant idéal pour le XV de France.

 

Tomas è Il est encore une fois sur les tablettes du staff du XV de France. Comme argument pour le voir venir, son entente naturelle avec Trinh-Duc, Picamoles et Ouedraogo, sa vitesse et son animation toujours vers l’avant. Contre ? Son manque d’expérience évident du très haut niveau (H-Cup et sélections) et le fait qu’il ne soit pas un vrai buteur. Dans la mesure où le 10 ne bute pas, si le 9 non plus, la liberté dont jouit Lièvremont pour faire son équipe s’en trouvera réduit d’autant.  

 

Ferrou è Impossible que ses performances n’eussent pas un écho auprès des sélectionneurs. De là a être en bleu ? Pourquoi pas… Montanella, Boyoud, ou encore Puricelli ou Mazars on eu leur chance en évoluant dans des clubs mineurs. Pourquoi pas lui.  

 

Cazenave è Ce n’est pas avec sa performance de ce week-end qu’il va enfoncer les portes de l’équipe de France… mais à force de titularisation dans un grand club son nom va finir par revenir régulièrement.

 

Durand è Il semble loin de l’équipe de France depuis son départ de l’USAP. En concurrence avec Laurée au Racing, il ne bute pas et son animation doit alors être irréprochable. Dans sa tête pas sur que l’EDF soit une priorité.

 

Tillous-Bordes è Son retour de blessure est vraiment une bonne chose pour son club, pour lui et pour les bleus. Le staff semble toujours compté sur lui malgré la concurrence du fait de sa solidité à l’impact et sa capacité à avancer. S’il revient à son meilleur niveau, il pourrait être la demi-surprise de la liste.

 

 

Demi d’ouverture :

 

Trinh-Duc è Tout comme Parra, il a une très nette longueur d’avance et la confiance accumulée ainsi que l’expérience acquise est très précieuse et surtout rassurante. En plus il se met à buter (et plutôt bien) et a jouer au pied. Que demander de plus ? Il met tout en œuvre pour être le 10 de l’équipe de France.

 

Wizniesvki è A chaque sortie depuis 1an et demie il fait le boulot. Il défend, joue bien, a un jeu au pied très long et une qualité de buteur irréprochable. Seule son animation offensive pèche un peu mais dans le même registre Skréla a fait une belle carrière internationale. Sa polyvalence (il peut aussi jouer 15) peu le servir.

 

Bauxis è  L’éternel espoir a, dit-on, franchit un cap cette année. Ses performances de la semaine sont, sans être indigentes, insuffisantes pour le poste de 10 titulaire des bleus. Mais son jeu au pied mamouthesque peu jouer dans les matchs ou la pression est très intense. Il semble malgré tout loin de la Nouvelle-Zélande.

 

Skréla è Deux performances horribles en bleus l’ont fait sombrer au classement des 10 français. Pourtant il demeure le meilleur défenseur à ce poste et son palmarès ainsi que son expérience plaide pour lui. Pas sa vision de jeu et sa qualité d’animation…

 

Courrent è Un début de saison en fanfare et deux gros match face au BO et à l’USAP et le revoilà dans le classement. Seulement son physique et sa défense ne lui permettent pas de viser plus haut. En tant que 9 ? Pas sur. Le syndrome Ellisalde le frappe.  

 

Talés è De grosses perfs et de gros nerfs pour ce 10 pur jus. Issu de l’école montoise, il relance de partout et anime a tout va. Son jeu au pied n’est pas irréprochable et ca, c’est un souci. Il pourrait être testé après la coupe du monde. Avant ? Peu probable.

 

Barraque è Un vrai espoir du poste. Calmons nous quand même mais son culot sa vista et sa défense font de lui un vrai espoir français à un poste où ils ne sont pas légions…

 

Boyet è Il l’a annoncé : il ne veut plus se pourrir la tête avec les bleus. Pas sur que la réciproque sois vrai tant l’ex Berjalien semble avoir le niveau international. Déjà de l’époque de Bernie le fou, il aurait mérité mieux qu’un rôle de faire valoir… Quand la politique dépasse le sportif, ce sont les joueurs les moins « tendance » qui trinquent. Il mérite d’aller à la coupe du monde.

 

James è Pareil que pour Vosloo, James et sélectionnable pour la France. On ne crache pas sur le 10 des champions en titre, 3 fois meilleur réalisateur du Top 14…si ? Sa passes laser et sa vision de jeu plaide pour lui. Sa défense et ses nerfs, nous crient surtout pas.

 

Peyrelongue è Franchement, l’inquiétude grimpe quand le voit en club passer presque 3ème N°10 derrière Bosch et Barraque. Pour être sur le podium des 10 français, il faudrait commencer par être le N°1 chez soi.

 

Traille ? è On l’annonce depuis presque 3ans comme l’un des meilleurs 10 français. Tous les ans, ca y est, il veut jouer 10. Son club a annoncé : Damien sera le n°10 du B O cette année. Et puis finalement le temps passe et toujours rien. Celui qui a été le 15 de la section paloise, a connu la majorité de ses gallons comme centre. C’est ce qu’il est et ce qu’il restera. Mais c’est le meilleur 10 français. Allez comprendre…

 

Centre :

 

Mermoz è Incontournable quand il est en forme, il revient petit à petit aux affaires et sa performance contre les promus agenais va lui insuffler la confiance dont il peut parfois manquer. L’un des chouchous du staff.

 

David è Une grave blessure pour ce buffle. Espérons qu’il soit remis au plus vite car sa puissance et ses franchissements seront déterminants pour prendre le milieu de terrain. Point positif ? Il sera encore frais pour la coupe du monde.

 

Jauzion è Attention, nous parlons d’un monument du rugby français. Ne pas le voir à la coupe du monde serait scandaleux. Après un trou d’air de 6mois, le colosse est de retour. J’en connais qui ne doivent pas vraiment sourire a cette annonce : ses adversaires.

 

Bastareaud è L’histoire néo-zélandaise est passée. Le jeune homme s’est reconstruit, retrouvé. Il est de retour au premier plan uniquement pour ses performances sportives. Il est motivé et ses charges sont encore et toujours dévastatrices. En plus si il se met à jouer au pied, en leur et a passer les bras…

 

Fritz è Une longueur derrière les 4 premiers cités, son explosivité et son agressivité défensive font de lui une arme redoutable. Mais jamais capable de hisser son niveau au niveau international, souvent a la faute, « Flo » doit murir.

 

Lamerat è Un des espoirs français au poste. Il va avoir du temps de jeu avec la blessure de David. A lui de saisir sa chance et de prouver que la planète rugby ne peut plus tourner sans lui.

 

Estebanez è Le staff l’a dit. Estebanez c’est un 10. En club il joue centre, poste ou la concurrence est redoutable en bleus. La coupe du monde est lointaine mais le chemin est encore plus dur pour certains que pour les autres. Estebanez fait parti de ceux la : si près du but mais si loin…   

 

Cabannes è Depuis presque 5ans, et son passage réussit à Biarritz, Cabannes incarne le centre défensif et rugueux par excellence. Capable de fulgurance offensive, il va être dur pour lui de faire valoir ses qualités au plus haut niveau. Il a loupé le wagon pour blessure il y a quelques année, espérons qu’il attrape celui là.

 

Mignardi è Sorte de copié-collé de Cabannes. Il défend dur, il attaque fort. Mais après un an perdu à Clermont, son réapprentissage prend du temps. Il est dans les plans plus ou moins lointain de Lièvremont qui l’avait déjà envoyé en NZ il y a 3 ans pour une tournée casse croute.  

 

Mazars è La surprise de la liste de la tournée d’été, sa présence en raison des nombreux forfaits n’enlève rien au fait qu’il se trouve devant beaucoup d’autre a l’entrée de la dernière ligne droite. Même si ses performances ont été plus que limite en argentine, il à l’occasion de disputer une coupe du monde.  

 

Marty è L’un des chelemard. Il bénéficie d’une forte considération et surtout d’une complémentarité naturelle avec Mermoz. Il vient de se blesser (pas très grave) mais reste à la fois le régulateur de la ligne de Perpignan, l’âme de cette équipe et l’un des tout meilleurs en France.

 

Grandclaude, Baby, Lacroix è un temps pressentis, appelés ou même sélectionnés, ils sont trop loin aujourd’hui.

 

Rougerie ? è titulaire depuis presque 2ans a ce poste ou il est quand même champion de France, Rougerie en centre ne semble plus aussi ridicule qu’au départ. De là a le sélectionner cela semble dur mais de là a l’ignorer ? Impossible.

 

 

Trois quarts aile :

 

Malzieu è Puissant rapide et remportant presque tous ses duels, il part avec une longueur d’avance.

 

Clerc è Incontournable au moment de citer les meilleurs français depuis 5ans, il revient après une longue blessure et un retour tranquille a son meilleur niveau.

 

Andreu è L’un des chouchous, il rappel Dominici dans son parcours ses origines ou ses attitudes. Jamais battu, il se montre souvent décisif et opportuniste.

 

Rougerie è La puissance incarnée. A l’aile, peu de monde peut se vanter d’un aussi gros moteur et surtout d’un aussi gros habitacle. Capable de tout, il reste un des joueurs les plus efficaces en sélection.

 

Heymans è Il est apparu émoussé et il sort peu à peu du gotha international. Le staff pense pouvoir se passer de lui mais ses crochets et son envie peuvent faire la différence.

 

Audrin è Toujours plus ou moins officiellement sur la liste caché, sa vitesse et son envie on séduit les sélectionneurs. A lui de franchir ce petit cap qui suffirait à le voir plus haut.

 

Saubade è S’il continue à enfiler les essais comme des perles et à être aussi pesant pour une défense, son profil de petit diable explosif pourrait alors forcer le staff à reconsidérer Julien.

 

Candelon è Une fracture qui le prive de phases finales… Le petit taureau doit maintenant montrer qu’il est toujours la menace n°1 de l’Usap.

 

Planté è Pourri par les blessure, ce jeune et puissant ailier, impeccable sur les ballons haut et gagnant la plupart de ses duels, peut jouer les trouble-fêtes. Mais pour ca, il faudrait ne plus se blesser.

 

Arias è Convoqué pour palier aux forfaits des ailiers, il reste une option viable pour le poste d’ailier. Mais sans marquer d’essai, pas sur que cela reste en l’état.

 

Brana è Quand on a 24ans, qu’on pousse un international anglais sur le banc, et ca dans un des plus gros effectif du championnat. Qu’on enchaine les bonnes voir très bonnes choses et qu’en plus on a été champion du monde avec le staff en place, comment ne pas penser à la coupe du monde…

 

 

Arrière :

 

Poitrenaud è Le titulaire du poste et l’un des plus fluides et efficace au monde. Incontournable.

 

Porical è Son passage à vide en finale est digéré. Ce faux lent, excellent buteur a sa chance et semble être tenu en haute estime par le staff. A lui d’en profiter.

 

Médard è Le grand puni du dernier tournoi. Il souffre de la comparaison avec Poitrenaud. Pouvant glisser à l’aile, Maxime est l’un des rare à aussi bien incarné cette utopie qu’est le « French-flair ».

 

Palisson è Utilisé a l’aile par le staff, Palisson à ce petit truc qui fait de lui un joueur pouvant se sortir de toutes les situations. Son jeu au pied est précieux et il part lui aussi avec du crédit.

 

Floch è Le staff lui a dit ne pas compter sur lui. Pourtant il est si bon avec Clermont… Quel gâchis.

 

Thiery è Le MHRC l’a recueillit. Il s’est peut être vu trop beau trop vite. Mais le revoilà aux portes de l’EDF. Il manque encore un peu de tout mais il progresse à nouveau à une vitesse…. Il semble juste mais on ne sait jamais.

 

Teulet è Le meilleur réalisateur du top 14 ne pouvait pas ne pas figurer ici. On le sait, il n’aura pas sa chance. Mais pourtant, quel joueur…  

 

Fall è Utilisé lui aussi à l’aile en sélection, c’est à l’arrière qu’il s’est fixé en club en attendant le retour de Steyn. Athlète accompli, il peut remporter beaucoup de ses duels. Il est encore un peu tendre et la H-Cup va être un vrai test. 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article