Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Petites Histoires du Sport

La bourse aux internationaux : les avants (partie 1)

22 Décembre 2010 , Rédigé par Pierre Ammiche Publié dans #En route pour la coupe du monde 2011

Après une tournée bien foirée, après des déceptions passés sur deux matchs (Fidji et Argentine) et une grosse rouste infligée par les bondissants wallabies, après le maintient d’un staff décrié et la mise au clair nécessaire de la part du sélectionneur national devant la FFR, un état des lieux du rugby français s’impose. Pour cela nous allons entamer une grosse analyse en plusieurs temps.

 

Comme souvent, nous allons attaquer cette analyse par la désormais classique « bourse aux internationaux », (avant et arrières) histoire de voir quelles ont été les conséquences de cette tournée vis-à-vis des hommes et des forces en présence.

Puis nous analyserons la situation des clubs français et de l’équipe nationale

Enfin nous essayerons de trouver des solutions à court et moyen terme pour que l’équipe de France puisse briller au mondial.

                                                                  

Les bourses aux internationaux : les avants (partie 1)

 

 

Piliers gauche : 

Les favoris :  

 

Domingo : Un rôle de titulaire conforté au cours d’une tournée où, si son talent n’a pas éclaboussé l’écran, il a joué son rôle de pilier dynamique. (même place)

 

Forrestier : C’est indéniablement l’un des grands gagnants de la tournée, le tout sans y avoir même figuré. Son début de championnat tonitruant avait éveillé la curiosité du staff. Le voici après une tournée riche en incertitudes co-favori pour prendre la place de remplaçant de luxe à un poste où les solutions ne font plus légion. (première entrée)

 

Schuster : Il a joué et il a perdu. Fantomatique durant une mi temps contre l’australie, il s’est frotté au très haut niveau mais n’a pas semblé capable d’exploser à ce niveau. En tout cas pas encore… Toujours est-il qu’il vaut mieux y être en Novembre que de ne pas y être du tout. (première entrée)

 

 

Les "pas si loin" :  

 

Brugnaut : Fort de son expérience au Munster, il revient en France pour accrocher le bon wagon de la coupe du monde. Ses récentes performances avec le Racing sont exemplaires et il mériterait d’avoir une seconde chance avec les bleus. (Première entrée)

 

Faure : On le sait en bonne forme avec Clermont, puissant mobile et surtout solide. Il a une carte a jouer dans l’optique du mondial et pour cela il devra tout faire pour se faire remarquer au sein d’un effectif pléthorique. (-1)

 

Poux : Polyvalent et… en perte de vitesse. Supplanté en club par quelques jeunes et surtout quelques vieux, il attend son heure. Comme tous les ans il va faire quelque chose de grand en H-Cup mais est-ce suffisant pour convaincre un staff réticent aux joueurs de plus de 30ans ? (-1)

 

 

Les lachés :  

 

Boyoud (-1)

Iguiniz (-1)

Montés (-2)

Emmanuelli (-2)  

Milloud (même place)

 

 

Talonneurs : 

 

Les favoris

 

Servat : Seul français titulaire dans le XV type mondial, il est le meilleur joueur de la tournée. Il a toujours su jouer a son niveau et est sans conteste le grand monsieur de cette équipe de France. C’est le joueur autour duquel le staff doit construire. (même place)

 

Swarsewsky : Bon, et bien on le sait, il est l’un des favoris. Mais quand on ne joue pas depuis presque 2mois, il n’y a pas grand-chose de nouveau a dire. (même place)

Guirado: Si quelques rares préstations de qualités ont permises a certains de conforté ou au moins de ne pas perdre des places, ca n’est absoluement pas le cas de Guilhem. Ses matchs en bleus ont été plus mauvais les uns que les autres et sa cote est en baisse. (même place)

 

Les "pas si loin" : 

 

Noirot: Un nouveau cap de franchit pour l’ancien biarrot. Sa sélection ponctuée par un essai de pénalité sur mélée lui laisse entrevoir un avenir de l’ordre du possible en coupe du monde. (+4)

 

Laduhie : si le MHR marche aussi bien, c’est que leur conquête est propre et que leur rampe de lancement flanqué du N°2 est efficace et dynamique. Du haut de ses 28ans, il entre dans la force de l’âge des talonneurs.  (première entrée)

 

Sempéré : Lui aussi champion du monde des moins de 21ans, il prend peu à peu une place de choix dans les rotations de son club. Son explosivité et son énergie font de cette pile électrique une solution envisageable. (+2)

 


Les lâchés :  

 

Cabello (-3)

Kayser (-4)

Roumieu  (même place)

Bruno (même place)

August (même place)

Genevois (même place)

Bonello (même place)

 

 

Pilier Droit : 

 

Les favoris : 

 

Mas : C’est une machine, un tank, un guerrier. Mais attention a ne pas se mettre en surrégime… (même place)

Ducalcon : Des performances correctes, un match pour dépanner a gauche pour montrer qu’il sait jouer des deux cotés, une aisance en club qui lui fait ouvrir en deux toutes les mêlées qu’il affronte. Un futur grand qui doit encore un peu attendre avant d’avoir sa chance. (+1)


Marconnet : On parle moins de lui, mais il reste l’un des meilleurs droitier au monde. (-1)

 

 

Les "pas si loin" : 

 

Attoub : Son retour de suspension va se faire très vite. Celui qui reste comme l’un des grands oublié du staff ces dernières années à une dernière chance ou presque pour se faire un nom sur la scène internationale pour autre chose que sa fourchette supposée et le scandale de la décision de l’ERC.  (+1)

 

Sa : Sa tenue en mêlée et sa puissance naturelle le rendent incontournable en club. Seulement il s'est assez gravement blessé et son retour demeure lointain. Mais le franco-néo zed reste un vrai monstre. (+1)

 

Joly : On le découvre un peu plus chaque week-end sous les couleurs du stade Français. Sa tenue en mêlée et sa puissance compense un petit manque de déplacement. Il est très solide et mérite d'avoir sa chance a moyen terme. (+2)

 

 

Les lâchés : 

 

Baïocco (-4)

Slimani (même place)

 

 

2ème ligne Gauche  :

 

Les favoris :  

 

Nallet : Préservé du traumatisme face aux Australiens, il reste l’un des cadres de cette équipe en manque de repères. Il va devoir tirer tout le monde vers le haut. (même place)

 

Pierre : Un temps, nous avions du mal a comprendre sa présence systématique dans l’équipe. Au sortir de cette tournée, l’interrogation s’est estompé, il reste un joueur propre et appliqué. Seulement il n’a pas encore les armes pour lutter contre les références mondiales a son poste. (+1)

 

Les "pas si loin":

 

Suta : Quand on voit les performances formidables qu’il multiplie avec son équipe du RCT, on piaffe d’impatience de voir le avec les bleus. Il le mérite et son coté guerrier infatigable ferait du bien au moins dans l’envie. (première entrée)

 

Jaquet : La place particulière qu'il occupe dans les cœurs du staff, son talent et ses qualités qui sont connues de tous et son âge font de lui un joueur qui, sans jouer beaucoup en club, reste une vraie option pour Lièvremont et Reutière. (-1)

 

 

Les lachés : 

 

Lamboley (même place)

Méla (même place)

Ledevedec (même place)

Olibeau (même place)

Marchois  (même place)

 

 

 

2ème ligne Droit :  

 

Les favoris : 

 

Millo-chlusky : Bon, sans être magique, sans être en grande forme, sans être le meilleur du monde, Romain est malgré tout le meilleur français a ce poste. C’est à la fois dur et injuste mais l’équipe de France manque d’un 5 de grand talent. (même place)

 

Papé : C’est un joueur formidable, un guerrier honnête et courageux et si il ne compte pas plus de sélections c’est bien souvent la faute à pas de chance. Mais quelle indiscipline ! Pas un match sans qu’il mette une mandale, un coup de chausson ou un coup de tronche qui ne s’impose pas. Il gagnerait à ne plus confondre engagement et stupidité. (même place)

 

Thion : Bon alors oui, c’est un joueur d’une puissance redoutable et d’un engagement physique monstrueux. Mais quel âne ! Il fait tomber la moitié de ses ballons, ne sait pas défendre en glissant, loupe des passes élémentaires… Et dire que c’est l’un de nos meilleurs joueurs a ce poste… (+4)


Les "pas si loin":

 

Maestri : Il progresse, s’assagit et reste l’un des espoirs les plus intéressants de sa génération. En Australie ou en NZ il serait déjà titulaire depuis deux ans. En France on ne l’a pas encore vu sous la tunique bleue. (-1)

 

Vilaceca : En perte de vitesse en ce moment, il reste l’un des joueurs que le staff apprécie.  (-1)

 

 

Les lachés : 

 

 

Levast  (-1)

Privat  (-1)

 

3ème ligne Ouvert:

 

Les favoris

 

Ouédraougo : Repassé devant dans la hiérarchie, il reste le chouchou du staff. Il est à la fois un bon plaqueur/gratteur et une solution solide en fond d’alignement aussi bien en attaque qu’en défense. Il ne manque plus pour lui que de devenir un peu plus franchisseur pour s’inscrire dans la durée avec cette équipe. (+1)

 

Bonnaire : Propre. Toujours nickel ou presque, son attitude exemplaire sur presque toutes les phases de jeu font de lui l’une des options redoutables du banc français. Il peut évoluer 6, 7 ou 8. (-1)

 

Lapandry : Gros abatage défensif et premier soutient, « pan-pan » est une solution plus que raisonnable pour jouer en 3ème ligne. Même qualité et même défaut que « Fu-fu ». Les surnoms sont parfois cruels… (même place)

 

Lauret : Un véritable espoir du poste, ses qualités de Plaqueur/Gratteur et son sens de déplacements le rendent éligible pour le mondial. Quand en plus on sait que le staff aime les petits nouveaux et ont un œil sur lui… Si il se défait de la concurrence exacerbée du BO, sa place dans l’avion, il peut déjà la réserver. (-1)

 

 

Les "pas si loin"

 

Nyanga : De retour au ST, ses premiers pas sont rassurants : il n’a rien perdu de son dynamisme et son explosivité ravageuse. Son retour en forme progressif va faire du bien a tout le monde. Il part de très loin mais qui sait…  (+2)

 

Vosloo : Si il avait été français de naissance, nul ne doute qu'il aurait déjà été pris. Mais quand on est si doué, si puissant, si rapide et surtout si talentueux, on espère légitimement faire le mondial, même avec son pays d'adoption. (-1)

 

Puricelli : Un temps pressentit comme un joueur d’avenir et surtout un futur appelé régulier, il paye un peu son début de saison en dent de scie en ne figurant plus dans les petits papiers de l’équipe. Mais attention, un basque n’est jamais mort.  (-1)

 

Nicolas : Encore un espoir ! Du talent, de la vitesse, des gros plaquages et des qualités de sauteur. Que demander de plus ? Ne plus se blesser…

 

Les lachés

 

Battut  

Boulhiou

Perez  

 

3ème ligne Fermé :

 

Les favoris : 

 

Dusautoir : Alors là c’est étrange. Il n’est pas moins bon, il n’est pas plus talentueux ballon en main, il est le même que celui qu’on adorait il y a de cela quelques mois. Mais voilà que l’impression de domination qu’il laissait disparait, que son aura semble s’estomper et que Lièvremont lui même est allé jusqu’à désavoué Dusautoir en affirmant s’être trompé dans le choix du capitaine… Il est le meilleur a son poste mais il n’a jamais semblé aussi fragilisé en sélection depuis 3ans. (Même place)

 

Burban : On le voit à l'œuvre presque tous les week-ends ou sa puissance et son talent le rendent presque incontournable. On sait que Lièvremont l'aime beaucoup. (même place) 

 

Les "pas si loin"

 

Caballero : Tout l'opposé de son camarade Diarra, Caballero c'est la finesse incarnée. Toujours très juste, on le sait tout proche de ses premiers gallons. Si seulement une fracture de la jambe n'avait pas tout gachée. (+1)

 

Diarra : Une force et une puissance au service d'une défense dure et d'un appétit de ballon boulimique. Il reste un des tous meilleurs a ce poste. (-1)

 

Les lachés : 

 

Malonga (+2)

Martin (-1)

Audebert (-1)

Frier  (même place)

Vaquin  (même place)

 

3ème ligne centre :

 

Les favoris

 

Harinordoquy : Une tournée bien moche pour celui qui reste comme l’un des grands bonhomme du grand chelem. C’est dommage, lui qui aurait pu figurer dans la liste des meilleurs joueurs du monde… (Même place) 


Chabal : Repositionné a son poste de prédilection, il est sans conteste l’un des meilleurs joueurs de la tournée. C’est une reconnaissance pour celui qui avait jusqu’alors raté toutes ses prestations en bleu a ce poste. (Première entrée)

Chouly : Solution polyvalente et de qualité, on sait qu’il fait parti des solutions envisagée par le staff pour remplir un petit vide au cas où (-1)



Picamoles : Un des rares avant français doté d'une telle combinaison puissance/vitesse, son match contre les bocks à l'automne 2009 reste dans toutes les mémoires. Quand on voit que le pricipal défaut a été un manque chronique de puissance, il a marqué des points en vue du mondial. Maintenant reste a confirmer tout le bien qu’on pense de lui en club. (-1)

 

Les pas si loin

 

Lakafia : de la puissance a revendre et des gestes souvent justes, le tout jeune joueur du BO fait une entrée fracassante dans les joueurs « mondialisables ». (Première entrée)

 

Les lâchés

 

Faure 

Vermuelen  

Clement 

 

 

 Voilà pour les avants. Demain les arrières ! 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article