Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Petites Histoires du Sport

La bourse aux internationaux : les dotations du moment (partie 2 : les arrières)

11 Octobre 2010 , Rédigé par Pierre Ammiche Publié dans #En route pour la coupe du monde 2011

On passe en ce début de semaine aux arrières avec un point sur qui en est où ?



 
 

Demi de mélée :

 

Les favoris :

 

Parra : Une capacité dingue à être dans son élément dans tout ce qui relève du vice, des petites fourberies… Un vrai neuf quoi ! Et quand on sait qu’il bute, qu’il plaque et qu’il a une vision de jeu de premier ordre, que dire de plus sinon qu’il est l’un des meilleurs joueurs français.

 

 

Yachvili : Un retour au premier plan pour celui qui enquille les pénalités le drop et les passes au pied. Il est le meilleur 9 français a ce poste, mais son âge dans la de sélectionneur prônant  le jeunisme est quand même un frein pour lui. 

 

 

Tillous-Bordes : On le sait, c’est l’un des chouchous du staff. Il a un profil alliant vitesse et surtout puissance qui le rend unique et surtout capable de débloquer des situations que nul autre n’aura pu résoudre.

 

 

Dupuy : A deux doigts d’être intronisé meilleur 9 de France il y a de cela a peine 12 mois,  il faut être honnête : sa suspension mais plus encore le fait qu’il tarde a retrouver un niveau décent le fait perdre du terrain dans la lutte pour être en NZ dans quelques mois.  

 

 

Les « pas si loin » :

 

 

Thomas : Son association avec Trinh-duc joue pour lui, comme sa capacité à défendre et à bien animer sa ligne. On le sait proche mais être 5ème dans le classement a ce moment de la saison est moins cofortable que d’être sur le podium… Lapalisse quand tu nous tiens.

 

 

Durand : Intelligent, capable d’orienter et de commander des gros pack, avec des appuis et un culot monstre, son profil est hélas un peu rédhibitoire : il ne butte pas, il n’est pas hyper puissant et son jeu au pied dans le jeu courant est nul… Dommage pour ce joueur pétri de talent.

 

 

Cazenave : Grand espoirs au poste, son temps de jeu en nette augmentation et le fait qu’il reste un joueur plein de qualités (animation, vitesse) font de lui un candidat plausible.

 

 

Les lâchés :

 

 

Albouy : Sa qualité de passe et sa vitesse retrouvée derrière la mêlée castraise font de lui un très bon joueur qui méritait de se tester un peu plus au niveau supérieur.

 

 

Mélé : Sa blessure lui coupe un peu les ailes mais si il continue a progresser à la vitesse qui est la sienne depuis 2ans, il devrait pourquoi pas avoir une petite chance.

 

 

Ferrou : Le meilleur joueur de pro D2 et l’un des rares rochelais a gagner systématiquement ses duels. Son animation est sans faille ou presque et il incarne en partie la qualité principale des maritimes : le jeu.

 

 

Courant : Sa polyvalence et son jeu au pied ainsi qu’une expérience du plus haut niveau (BO, ST) font de lui l’un des meilleurs joueurs à la charnière en France. Problème : il a un profil similaire à un joueur plus talentueux : Michalak. 

 

 

Mignoni : Sa ténacité son physique et sa défense font le bonheur des habitants de la rade. Seulement Lievremont l’a dit, il ne compte plus sur lui. Un vrai bon joueur.

 

 

Les blessés :

 

 

Michalak : En phase de reprise, on sait que son talent et le fait que ce mec pue le rugby plaide largement pour lui. Quand on sait qu’il peut glissé 10, il permet plus d’option sur des bancs de plus en plus fournis devant.

 

 

Cibray : Encore un que le staff a connu plus jeune et à qui il a fait une confiance presque aveugle. Quand on est 9, Français, plutôt inconnu du grand public et des publicitaire et qu’on est titulaire à la mêlée avant de se blesser, ca dénote d’un niveau excellent tout de même. Il est absent 5 mois encore si tout se passe au mieux.

 

 

Demi d’ouverture :

 

 

Les favoris :

 

 

Trinh-duc : Incontournable en bleu depuis 3ans, il reste le 10 le plus complet de France. Il sait jouer avant et après contact, plaque et défend debout comme un fou et en plus il travaille énormément son jeu au pied a tel point qu’il bute avec 70% de réussite depuis le début de saison.

 

 

Boyet : Il est parti du CSBJ, son club de cœur, dit-il, pour jouer des grandes compétitions. Mais il ne veut pas se polluer la tête avec la plus grande de toute… Comment  le croire quand on sait qu’il n’a probablement jamais été aussi fort et surtout autant en pleine lumière ? Une très bonne options pour le staff.

 

 

Beauxis : On le disait en pleine progression, qu’il avait boulversé son jeu pour attaquer plus la ligne. Qu’il parlait plus et qu’il savait se faire entendre lui qu’on connaissait presque autiste. Seulement il n’est pas à un niveau de performance qu’on attendrait du meilleur espoir du monde 2003. Son jeu au pied très très long est son argument ultime… Mais pour combien de temps encore ?

 

 

Wizniesvki : Un joueur qu’on attend de voir au plus haut niveau. Quand on est titulaire en 10 depuis 3ans dans un des plus gros effectifs du monde (à son poste sont passés ou restés Hernandez, Steyn, Merthens, Fillol…) on aspire à quelque chose de plus grand… Comme une coupe du monde.   

 

 

Les « pas si loin » :

 

 

Skréla : Alors on va le dire. Attention on vous a mentis ! Skréla n’est pas et n’a jamais été un 10 ! Vous en connaissez vous des 10 qui ne font pas de passes ? Alors oui, c’est un défenseur parmi les meilleurs du monde. Son jeu au pied et sa capacité à franchir est très impressionnante. Mais les  10 avec une animation si faible ne peuvent pas postuler à mieux qu’a un niveau européen. En témoigne le dernier naufrage du Skréla il y a deux ans face aux Wallabies. Il ne sera pas à la coupe du monde sauf en cas de blessures.     

 

 

Barraque : Il est peut être un peu tot pour classer cet espoir du poste si haut. Mais c’est simple, son placement, son courage, sa vitesse, son animation, et la qualité de son jeu au pied font déjà de lui l’un des meilleurs a son poste. Peyrelongue en fait les frais tous les week-end.

 

 

Les lâchés :

 

James : Voilà un cas bien délicat… Un joueur génial, avec une des plus belles passe du monde, un jeu au pied « pied droit/pied gauche » très puissant et précis et une vitesse de dingue pour un 10. Mais a l’inverse, une défense qui reste son gros défaut et qui oblige a articuler un système de défense uniquement pour lui, ainsi qu’une tendance a louper les grands matchs… Enfin s’il avait été français de naissance, cela aurait été une bénédiction. Ca n’est pas le cas et cela complique encore un peu plus les choses. Il n’y sera ni avec les bleus, ni avec l’Australie son pays natal. Et pourtant il est le 10 titulaire d’un des plus grands clubs européens… La vie est cruelle avec les artistes.

 

 

Bernard : Un jeune joueur, remplaçant en club mais d’un talent certain. Il a porté l’équipe de France des moins de 21ans à bout de bras avec Lapandry ses 2 dernières saisons. Si il n’est pas encore dans les plans de N’tamack, c’est une question de temps.

 

N. Laharrague : Un bon sens du jeu au pied tactique, une qualité d’animation certaine mais une fragilité extrême qui l’empêche de jouer plus de 5 matchs de suite depuis 3 ou 4 ans.

 

 

Talés : Lui aussi incarne l’esprit Rochelais. Quand en plus on est formé a l’école montoise où l’on apprends a relancer du parking dès l’école de rugby… Bon sang ne saurait mentir. Il n’a pas encore le niveau des plus grands mais on parle de plus en plus de lui.

 

 

Palliaugues : Capable de jouer 9 ou 10, la petite puce du MHRC est en pleine construction. Il a du talent mais manque de physique. On disait la même chose d’Ellisalde. On lui souhaite de connaitre ne serait-ce que la moitié de ce qu’a connu JBE.

 

 

Peyrelongue : Des problèmes en club pour garder sa place depuis quelques mois (Bosh, Bond, Barraque) mais il est toujours là. Il sait tout faire de façon correcte mais il ne casse jamais la baraque (pas de mauvais jeu de mots.) Sa présence au mondial relèverait de l’exploit.

 

 

 

 

 

 

Centre :

 

Les favoris :

 

Jauzion : Le taulier des arrières français. Rien de plus a dire que : « Mr Jauzion est incontournable ».

 

 

Mermoz : Si le talent avait un visage, il aurait les traits de Mermoz. Il sait tout faire, il dispose d’une capacité a prendre le meilleur sur son adversaire hors du commun et en plus il retrouve peu a peu la confiance et des sensations. Il doit y être, au moins pour le plaisir des yeux et pour rappeler au monde entier que nous sommes les inventeurs du plus beau courant de ce sport, de la plus belle facon de l’appréhender : le French Flair où le rugby redevient un jeu ! 

 

 

Bastaraud : Les blacks ont Nonu et ont eu Umaga, les Gallois ont Roberts, les Anglais ont eu Tindall, les Irlandais Maggs, les Ecossais Henderson… Mais nous avons probablement le centre le plus puissant de l’histoire du rugby moderne en la personne de Bastareaud. Il déglingue a grand coup d’épaule ses adversaires comme les autres font des passes et l’intervention de 3 ou 4 défenseurs est nécessaire quand il arrive comme un buffle exploser ses vis-à-vis. C’est le genre de joueur dont on attend a chaque fois l’inattendu. Il y sera sauf blessure et son retour sera une forme de purge pour celui qui fut pris dans un scandale d’Etat en NZ.  

 

 

David : Dans un registre pas beaucoup plus fin que Bastareaud, ses adversaires sont toujours tendu en attendant le premier choc. Ils le sont pas moins une fois que c’est arrivé : ils savent qu’il auront a subir cela pendant 80 minutes… Sa blessure fait très mal a Toulouse mais plus encore au joueur qui voulait se servir de cette saison pour exploser.

 

 

Marty : A un poste où la concurrence est énorme, il y aura des joueurs de talent qui resteront à quai. Nous ne le souhaitons pas à David Marty même si il faut être honnête, il y a 4 joueurs devant lui. Seul éléments qui plaide beaucoup pour lui : son profil basé sur la vitesse est unique.

 

 

Estebagnez : Le staff l’a dit. Ils ont un œil sur lui. Seulement ils voulaient le voir jouer 10 en club pour offrir une chance pour l’équipe de France d’avoir deux 10 dans un registre identique. Seulement Brive aligne Estebanez au centre. Cela nuit gravement a ses chances de faire le mondial.

 

 

Traille : Le meilleur 10 de France selon Lièvremont et compagnie, il reste un centre dans l’ame, capable d’animer et de jouer comme un second 10. Sa polyvalence 10 12 13 15 fait de lui un joueur précieux que les fées du rugby ont bien gâté. Son expérience des plus grandes compétitions n’a pas de prix non plus. Il pourrait aller à la coupe du monde mais un doute demeure sur son niveau réel lui qui n’a plus jouer depuis 4mois. 

 

 

Les « pas si loin » :

 

 

Fritz : Le pragmatisme nous pousse a dire qu’il a eu sa chance et qu’objectivement, il ne l’a pas saisie. Il a été l’auteur de performances en blues bien loin de ce qu’il fait en rouge et noir. Pas de chance pour lui a un poste ou la concurrence est terrible. 

 

Cabannes : Le meilleur défenseur de France a ce poste. Il a eu une chance en bleus a l’époque de son passage au BO. Il n’aura peut être plus jamais sa chance. C’est vraiment dommage pour un joueur qui mériterait au moins une sélection. 

 

 

Audrin : Il plait beacoup et depuis quelques temps déjà au staff. Il peut jouer à l’aile ou au centre. Il plait aussi beaucoup a Cabanne et Travers qui l’ont apporter avec eux de Montauban a Castres.

 

 

Chavancy : Pur et dur espoir du poste ! Il multiplie les matchs de haut niveau et on en oublie presque qu’il est un jeune homme d’a peine 21 ans. Sa défense sur l’homme est assez phénoménale.

 

Mesinna : Sa très grande force pure (125kilos au développé couché), sa  puissance et sa vitesse lui permettrait de postuler. Mais il faut commencer a jouer en club.  

 

 

Mignardi : Gros défenseur, doté d’un placement inné et d’une bonne gestuelle, il reste l’un des « possibles ».

 

Grandclaude : Unidimensionnel, à savoir un centre physico-physique, mais avec de nombreuses lacunes notamment techniques, il reste un joueur de devoir qu’il vaut mieux avoir que contre soi.

 

 

Les lâchés :

 

Gimenez : Un temps annoncé comme l’un des gros espoirs toulousains, il tarde a confirmer a Biarritz.

 

Lacroix : A l’instar de Grandclaude, son jeu très axé autour de sa puissance naturelle fait de lui un joueur rugueux. Il a, un temps, plu au staff. Ce temps semble malgré tout révolu.

 

Baby : Lui aussi tenu en haute éstime par N’tamack, il reste un joueur de talent mais très fragile. Il peut jouer 10, 12, 13 et 15.

 

 

Lamerat : Grand espoir toulousain où l’on dit le plus grand bien de ce cadre chez les espoirs, sa marge de progression est importante et la blessure de son coéquipier David peut lui permettre de gagner du temps de jeu.

 

Liebenberg : L’un des cadre de l’ère Laporte, il semble plus emprunté que jamais. Il revient de blessure mais ses performances au stade français sont assez rares et creuses. La coupe du monde semble être un doux rêve qui reste dur a atteindre.

 

 

 

Ailiers :

 

Les favoris :

 

 

Clerc : L’un des meilleurs du monde a son poste depuis très longtemps. Si il retrouvait un petit rythme de croisière a  12 – 13 essais par saison ca serait une juste récompense pour lui. La coupe du monde lui tend les bras et il pourra y améliorer ses 117 essais (Grenoble, Toulouse et en Equipe de France) au plus haut niveau.

 

 

Andreu : On ne peut pas penser a Andreu sans appeler le souvenir d’un ailier de poche venu du sud pour marcher sur tout les grands du monde. Dominici doit voir en lui un cousin germain. Il a le talent pour faire aussi bien a savoir 3 coupe du monde. C’est tout ce qu’on lui souhaite. 

 

 

Malzieu : « Zen » est juste un joueur au profil atypique mais qui est presque incontournable en bleu. Une gros physique mais des crochets hérités de son passé de joueur de 7, une bonne défense mais surtout une capacité a gagner ses duels aussi bien en puissance qu’en vitesse bluffante pour un joueur de son poids. Il est l’un des meilleurs a un poste où il n’y a pas de place pour les joueurs moyens.

 

 

Palisson : Lancé dans le grand bain par Magne, il est l’un des ailiers/arrières les plus rapides et techniques de France. Et il n’a que 21 ans. 

 

 

Rougerie : Légèrement en retrait dans l’esprit des sélectionneurs, il est simplement l’un des plus grands ailiers de l’histoire du XV de France avec ses 58 sélections et ses 22 essais. Une valeur sure.

 

 

Fall : Présenté comme l’un des  les plus complets du top 14 (golf, rugby, basket), sa vitesse et son sens du duel le place haut dans la hiérarchie. Sa défense est a juste titre considérée comme la meilleure de France a ce poste.  

 

 

Les « pas si loin » :

 

Arias : Très rapide, actif, il est toujours en mouvement. Son duel face a Heymans durant la saison 2003 reste l’un des plus grands moment de l’histoire des derbys parisano-toulousains. Il aura peut être sa chance si le poste est aussi maudit qu’en 2009 où 6 ailiers ont joués durant le tournoi.

 

 

Donguy : Une grave blessure pour ce joueur aussi talentueux qu’attachant et aussi bon finisseur qu’excellent défenseur. La coupe du monde ne serait pas, loin de là, une injustice si jamais il retrouvait le niveau qui était le sien en 2009.

 

 

Les lâchés :

 

 

Heymans : Ses crochets de rêve n’illumineront probablement les stades néo-zélandais. Il laissera le souvenir d’un international non seulement de talent mais parfois de génie en témoigne son essai face aux All-blacks où il élimine 4 adversaires. Seulement toutes les bonnes choses ont une fin, la carrière d’un sportif 4 fois champion d’Europe y compris.

 

 

Candelon : Doté d’un gabarit atypique comme Andreu, sa capacité a gagner des duels est spectaculaire. Il reste lui aussi l’un des joueurs à surveiller a ce poste.

 

 

Fofana : Il explose cette saison et fait voir au grand jour ses qualités de dynamisme, de vitesse et de puissance. La concurrence est très rude à Clermont mais sil y fait son trou, il postulera logiquement en EDF.

 

 

Saubade : Une grande vitesse naturelle qui le place parmi les terreurs de défense. Il reste un bon joueur de club. Quand on pense que l’entraineur parisien d’un temps, Ewan MacKenzie a réussit a convaincre le président Guazzini que Saubade était un mauvais joueur… La stupidité n’a décidemment pas de limites. 

 

 

Thiery : polyvalent, puissant et doté d’un vitesse intéressante, il renait peu a peu a Montpellier. De là a faire la coupe du monde c’est un peu tot pour le dire mais il était déjà dans les petits papiers des sélectionneurs en 2008.

 

 

Planté : Performant sur les ballons hauts,  alliant puissance vitesse et sens du placement, ce super joueur revient d’une série de blessure plus ou moins grave et met du temps a briller de nouveau. Mais c’est un super jouer soyez en certain.

 

 

 

Arrière :

 

Les favoris :

 

Poitrenaud : Largement devant dans la hiérarchie des 15, il est pour le moment l’arrière le plus complet de France et n’est pas loin d’être l’un des meilleur du monde avec Muliaina, Kearney et Hernandez quand il y joue.

 

 

Médard : Du talent brut. Voilà ce qui défini le mieux Médard. Il était tout en haut il y a de cela a peine 9 mois. Le staff a perçu sa baisse de régime tout comme le staff toulousain, et depuis il joue des bouts de matchs. Il reste le meilleur remplaçant a ce poste d’arrière mais il aspire a mieux, a n’en pas douter. 

 



Les « pas si loin » :

 

 

Porical : Son jeu au pied précieux et son placement souvent juste auxquels vient se greffer une sorte de valeure ajoutée : il ne rate presque jamais les grands matchs. Un bon joueur qui peut encore nous surprendre.

 

 

Floch : Le Staff lui a dit : « Anthony, on ne compte pas sur toi ». C’est pourtant l’un des meilleurs a son poste depuis 2 ans. Quelle injustice…

 

 

Peyras : Puissant, rapide, finisseur et capable d’évoluer partout du 11 au 15, il paye cette polyvalence car il peut jouer partout mais ne brille nulle part. Un joueur prometteur qui promet depuis trop longtemps sans avoir sa chance.

                                                   

 

Les lâchés :

 

 

Teulet : Son jeu au pied et sa défense ne peuvent pas faire oublier un « petit » détail : il mesure 1m64… Trop petit pour un arrière a un tel niveau d’excellence.

 

 

Elhorga : Un joueur vieillissant mais au talent intact. Sa présence serait une énorme surprise mais pas une énorme injustice.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article