Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Petites Histoires du Sport

La bourse aux internationaux / Quel avenir pour l'équipe de France ? Les démis de mêlée

17 Décembre 2011 , Rédigé par Pierre Ammiche Publié dans #Equipe de France de rugby

Un nouveau cycle de 4 ans démarre demain. Et puisque le sélectionneur change et que le staff fait de même, fort est à parier que de nouvelles têtes vont (re)connaitre les joies du maillot tricolore. C’est donc à un exercice que j’adore que je vais me prêter : imaginer le visage du XV de France pour la Coupe du Monde 2015. Pour ce faire, tous les samedis, nous analyseront, poste par poste, le virage que pourrait prendre l’équipe de France dans les mois et les années à venir.

 

Aujourd’hui, nous allons détailler le poste de demi de mêlée. Revue d’effectif de ceux qui sont, seront ou ne seront pas en équipe de France dans les prochaines années.

 

Pour se faire, et comme presque toujours, plusieurs catégories vont permettre de distinguer les registres, les chances et surtout les options qui se présentent à Philippe Saint-André.

 

Les demis de mêlée buteurs : registre répandu et dont l’importance est croissante dans un rugby où les ouvreurs deviennent des machines à plaquages, le demi de mêlée buteur est capital. Important par sa capacité à prendre le jeu au pied à son compte, à dégager son équipe quand elle est sous pression ou encore à convertir la domination de ses avants pas des points, le demi buteur reste le choix le plus vraisemblable en bleu pour accompagner un joueur comme François Trinh-Duc.

 

Dans ce registre ils sont 4 à se disputer ouvertement le poste. Revue d’effectif.

 

Tout d’abord ils sont deux à se présenter comme les deux favoris : Morgan Parra et Dimitri Yachvili. Si le basque d’adoption est un joueur vieillissant (32ans très bientôt), il reste sans conteste possible le demi de mêlée le plus influent du Top 14. Son absence depuis le début de saison du côté du BO a eu pour conséquences des défaites en série et une dernière place au classement. Son retour début janvier devrait permettre aux hommes de Lagisquet de revenir au championnat.

De l’autre coté, Morgan Parra fait figure d’intouchable de cette équipe de France. Impressionnant de justesse et de maturité du haut de ses 23ans, il est en plus capable d’évoluer en 9 ou en 10 comme il l’a récemment démontré durant le mondial Néo-Zélandais.

Les deux tournent largement à plus de 75% de réussite au pied.

 

Derrière ces deux « gros bras », deux outsiders de qualité : Julien Dupuy et Benoit Paillaugues. Dupuy, capitaine du Stade Français, est en train de réaliser l’une des meilleures saisons de sa carrière. Régulier au pied, expérimenté, il s’impose comme l’un des grands leaders du club parisien.

Paillaugues de son côté est tout simplement la grande révélation du début de saison. Poussant Thomas sur le banc du coté de Montpellier, il est un des joueurs dont l’avenir s’annonce radieux. De là a en faire un candidat potentiel pour les bleus ? Et bien pourquoi pas !

 

Enfin la dernière option peu réaliste mais pas non plus impossible : Cedric Garcia. Joueur de club courageux et surtout mentalement solide, Garcia est l’un des bons demis du championnat.

 

Les demis de mêlée animateurs : Le point fort de ces types de joueur est déterminant : la vitesse et la qualité de passes. Capable de faire exploser une défense uniquement sur le rythme qu’ils imposent à un match, 5 joueurs se détachent et s’imposent comme de vraies possibilités.

 

Le premier d’entre eux : Nicolas Durand. Très actif, promis à un avenir brillant depuis près de 10ans, l’ancien Catalan a eu la malchance de ne pas savoir buter. Indéniablement bourré de talent, sa plus grande qualité est sa capacité à accélérer le jeu.  

 

Parmi les autres espoirs qui tardent à confirmer l’étendu de leurs talents : Alexandre Albouy. En difficulté en club suite à une blessure et au recrutement de Rory Cockott, il reste un bon joueur de club.

 

Enfin deux jeunes et un vieux briscard sont à l’affut : Matthieu Lorée, Jerôme Fillol et Nicolas Bézy. Tous capable de faire basculer un match, ils ont tous la malchance de faire face à une concurrence terrible.

 

La dernière solution envisageable : Fabien Cibray que Saint-André a bien connu du coté de Toulon et qui reste un joueur de qualité.

 

 

Les demis de mêlée puissants : véritable neuvième avant, ils sont redoutés par les adversaires. Ils ont pour habitude de peser lourdement dans le jeu et de faire du moindre espace au ras une raison de s’enfoncer allégrement dans les défenses. Souvent plus costaud que les autres, ils bénéficient d’un atout majeur : leur puissance.

Dans ce registre : 3 gros favoris.

 

Le premier : Jean-Marc Doussain. Révélation de l’année 2011, il prouve à lui seul qu’on peut s’appeler Jean-Marc et avoir 20ans à peine… Il est simplement le meilleur neuf Français dans ce registre. Finaliste du mondial, champion de France, demi-finaliste de H-Cup… Difficile de faire mieux. 

 

Sébastien Tillous-Bordes : un temps annoncé comme l’un des futurs joueurs régulier du XV de France, le néo-toulonnais a perdu des points précieux en raison d’une blessure récurrente. Il est train de revenir à son niveau mais le temps ne tourne pas en sa faveur. Le point qui est vraiment en sa faveur : PSA l’a fait venir à Toulon quand il en était encore l’entraineur.

 

Enfin le dernier de cordée : Julien Tomas. Considéré un temps comme le numéro 3 à son poste par PSA, il est passé derrière Yachvili, Parra, Doussain ou encore Dupuy… Mais malgré le fait qu’il soit passé deuxième dans la rotation du MHR, il reste un joueur capable de passer le cap international. 

 

 

Les espoirs : Enfin dernier type qui n’en est pas vraiment un, le jeune espoir. Moins de 23ans, titulaire en puissance et surtout du talent à revendre. Ils sont 4 a se placer en première ligne : Ludovic Radosavljevic, Luix Roussarie, Laurent Magnaval et Florian Cazenave.

Tous sont capables de faire partie des plans de PSA à plus ou moins long terme.

Les deux plus doués semblent être Cazenave, titulaire avec l’USAP, et Roussarie qui enchaine les matchs avec le BO. Mais j’ai un vrai faible pour « Rado », toujours efficace avec Clermont et qui a assuré l’intérim avec brio du coté des montagnes de l’auvergne.

 

 

En conclusion : 

 

Les possibilités sont nombreuses pour Saint-André : prendre des neufs relevant d'un seul registre, deux joueurs au profil différent, s'appuyer sur des jeunes qui montent ou sur des joueurs d'expérience...

Pour ma part, j'opterais pour deux jeunes au profil différent : un joueur dont le jeu au pied n'est plus a démontrer, et un autre qui base son jeu sur la puissance et qui pourrait faire exploser le verrou d'une défense qui fatigue.  C'est donc un duo Parra/ Doussain qui me semble être la solution la plus complémentaire et la plus complête.  

 

 

 Les titulaires : Parra / Doussain

      Le grand gagnant : Doussain

Les grands perdants : Yachvili, Dupuy, Durand

 

Les jeunes : « Rado » et Cazenave

 

 

La semaine prochaine : les demis d’ouverture !!

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article