Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Petites Histoires du Sport

La bourse aux internationaux : quelle équipe de France pour demain ? Les ouvreurs...

1 Janvier 2012 , Rédigé par Pierre Ammiche Publié dans #Equipe de France de rugby

Un nouveau cycle de 4 ans démarre demain. Et puisque le sélectionneur change et que le staff fait de même, fort est à parier que de nouvelles têtes vont (re)connaitre les joies du maillot tricolore. C’est donc à un exercice que j’adore que je vais me prêter : imaginer le visage du XV de France pour la Coupe du Monde 2015. Pour ce faire, tous les samedis, nous analyseront, poste par poste, le virage que pourrait prendre l’équipe de France dans les mois et les années à venir. 

Après avoir traité des avants (les piliers, les talonneurs, les deuxièmes ligne, les troisièmes ligne), après avoir essayer de passer en revue les demis de mêlée, aujourd’hui, nous allons détailler le poste d'ouvreur. Revue d’effectif de ceux qui sont, seront ou ne seront pas en équipe de France dans les prochaines années.


On le sait depuis presque 10 ans : le poste d'ouvreur est (avec celui de pilier droit) le poste le moins fourni au haut niveau Français. Ils sont à peine une grosse douzaine à pouvoir postuler au poste de chef d'orchestre pour le tournoi qui vient. Revue d'effectif globale en mettant en lumière 4 gros style différents. Les demi d'ouverture créatifs, les demis physiques, les ouvreur s'appuyant avant tout sur un énorme jeu au pied et enfin les joueurs qui ont pour habitude de peser au maximum sur un match via un contrôle maximum du tempo. 

Les "gros pieds":

Le registre de ce type de demi est simple voir simpliste : un coup de pompe de mammouth, une précision de comptable auvergnat, une facilité à conclure la domination de son équipe par des points ou la sortir de la pression par ses long dégagements. 

Une telle description nous force tout de suite à donner un nom : Lionel Beauxis. Monstrueux avec le maillot toulousain depuis 2 match (près de 70points marqués, 5 drops, un poids considérable dans le jeu des champions de France), il s'impose comme le challenger numéro 1 à ce poste. Son seul petit point faible : une tendance à s'écrouler mentalement et à parfois lâcher… Sa dernière saison en dent de scie au Stade Français (des matchs énormes au SDF, des matchs souvent très moyen à Charlety) en témoigne. Mais c'est un gros bosseur, un vrai maitre artilleur et peut-être le plus gros coup de pompe du Top 14. 

Le deuxième joueur dans ce registre est un joueur qui ressemble a s'y méprendre au premier nommé : Jonathan Wisnieswki. Lui aussi régulier au pied, doté d'un jeu très long, il est peut-être légèrement plus créatif que Beauxis. Et encore… Mais par contre il doit faire face à la concurrence d'Hernandez et de Steyn qui lui mange beaucoup de temps de jeu quand l'effectif du Racing est au complet.

Enfin deux joueurs se distinguent aussi dans ce registre : Pierre Bernard, qui peine à trouver du temps de jeu à Castres mais qui est exemplaire à chacune des ses rentrées, et Xavier Sadourny qui se fait une seconde jeunesse à Lyon. 



Viennent ensuite ce que nous appellerons les "gestionnaires":

Dictant avec plus ou moins de facilité le rythme d'un match, complet sans être génial, ils sont capable de tout faire. Dans ce registre, 5 joueurs mais surtout une grosse référence et 2 jeunes qui montent. 

Les deux meilleurs à l'heure actuelle dans ce registre de joueur complet sont sans hésiter Benjamin Boyet et Julien Peyrelongue. Expérimentés, déjà internationaux tous les deux, ils sont capables de jouer à la main, attaquer la ligne, faire jouer autour d'eux, peser sur les défenses par du pied, allumer des quilles etc… Seul défaut ? Un peu trop âgés pour construire autour d'eux. Deux joueurs qui n'auront probablement pas eu une carrière à la hauteur de leur talent. 
Les deux petits jeunes qui montent viennent eux du BO et du Stade Français : Jules Plisson et mon chouchou, Jean-Pascal Barraque. Si le premier nommé est encore loin d'être titulaire en top 14, le second est un joueur qui m'impressionne à chacune de ses (trop rares) sorties. Capable de jouer à presque tous les postes, Barraque est doué et culotté. Un joueur que j'aimerais voir jouer d'avantage. 

Enfin un mot sur le dernier dans ce registre : Julien Dumora. L'ancien Palois lutte pour se faire une place au soleil de la Rade. Rien de plus dur que de faire son trou dans l'effectif le plus dense du championnat. Mais si par miracle il y parvient, comment ne pas faire appel à un joueur qui met sur la touche Wilkinson, Giteau et André Prétorius ?! 

Troisième type de joueur et peut-être le plus prisé au niveau international : les ouvreurs très physiques
Ils peuvent asséner des gros et lourds plaquages, ils peuvent attaquer la ligne comme des ânes et avancer à grand coup d'épaule à travers les défenses. 

Et comment aborder ce genre de joueur sans parler de celui qui a connu le plus de fois la titularisation à ce poste sous l'ère Lievremont : François Trinh-Duc. Désigné meilleur joueur du championnat en 2011, véritable plaque tournante du jeu du dernier finaliste (Montpellier), capable de défier toutes les défenses du monde, on l'a même vu déblayer les plus gros avants du monde sans jamais reculer (Chabal, McCaw…). Et le pire c'est que le bougre a énormément progressé dans sa gestion d'un match et dans l'utilisation du pied. Il est probablement le meilleur 10 en France. Reste à savoir si le fait de ne pas buter ne sera-t-il pas un trop gros handicap. 

Toujours dans le même registre, celui qui me fout des hauts le coeur 35 fois par match, qui me donne envie de casser ma télé à chacun de ses retours intérieurs, qui me fait frôler le pétage de durite à chaque crochet inutile au milieu du terrain… Mais qui est là depuis 12 ans sans jamais rien lâché : David Skrela. Alors oui, je hais sa façon de jouer, sa mèche un peu has-been et son physique de troisième ligne… Oui, chacune des ses prises de balle s'accompagne de commentaire aigris et d'une mauvaise fois sans nom de ma part (un mauvais choix ? C'est une tanche depuis toujours ! Un bon choix ? C'est normal, vu le nombre de fois où il joue pour sa gueule... Un exploit ? … ouais… pas mal…). Oui je préfère voir jouer Traille ou Jauzion en 10, car quitte à voir un coffre à ballon évoluer en tant que premier attaquant, autant ne pas feindre la surprise. Mais il faut reconnaitre une chose à Skrela : il a joué pour les meilleurs clubs de France, toujours titulaire, souvent gagnant. Il est sans conteste le meilleur défenseur à ce poste dans le monde. Il est mentalement très solide (sauf contre l'Afrique du Sud en test match) et il est souvent l'un des plus courageux de son équipe. Alors je ne l'aime pas, mais c'est un grand champion dont le profil rassurant pourrait séduire un staff. Seulement, son âge est un vrai problème et à moins d'un miracle, il a fini sa carrière en bleu sur une blessure de con à l'épaule… 

Enfin un mot du plus jeune dans cette veine : Remi Talès. L'ouvreur néo-castrais est un attaquant naturel, doté d'un gabarit qui lui permet de défier les défenses balle en main et qui est un excellent joueur de club. Seulement le manque de visibilité de son équipe, les récents problèmes de régularité qu'il a pu connaitre et la présence d'un 9 qui ne fait jamais de passes (Rory Kockott) font que l'équipe de France semble n'être encore qu'un doux rêve pour lui. 



Dernier profil ou presque : les polyvalents ascendant "génial"

Il n'en passe qu'un ou deux par génération, mais ils sont différents. Je pense là au meilleur joueur tricolore ballon en main depuis longtemps : Frédéric Michalak. Une sorte d'anti-Skrela. Fragile, défenseur moyen, pas toujours mentalement au top… Mais d'une classe folle, d'un instinct et d'une technique individuelle sans égal… Le seul point commun : gagner partout où il passe. Prochainement Toulonnais, il est devenu incontournable aux Sharks en tant que 10. Et pourtant, on continu à se poser la question… Mais se passer de lui pour l'un des derniers grands challenge de sa carrière serait une offense, que dis-je un crime contre l'ovalie. !

Enfin reste l'épineux et éternel débat des joueurs qu'on parachute à ce poste sans vraies raisons… Traille, Jauzion, Baby… Mais il semble difficile de croire que l'un des ces 3 là soit rappelé en équipe de France et plus encore à un poste qui n'est clairement pas le leurs en club.  
Reste la question Parra… Mais franchement, vu que je l'ai deja mis en tant que titulaire en 9 , on va continuer la dessus… 

En conclusion : à mon sens, deux joueurs se détachent largement et un autre mérite de ravoir sa chance. Si les ouvreurs ne font clairement pas légion, il ne faut pas non plus dénigrer ceux qui sont à la disposition du staff des bleus. Sans surprises, Trinh-Duc devrait faire partie de la liste des 30 appelés. Mais comment décider entre Michalak et Beauxis. Certainement un choix qui sera basé sur le type de joueur qu'il convient d'avoir dans ses rangs. Et ne s'étouffant pas vraiment avec les attaques à tout va, la créativité débordante et les gestes fous-fous, PSA risque de pencher pour l'efficacité et la solidité d'un jeu au pied bien long et choisir Beauxis. 

Donc : 

Gagnants :  Trinh-Duc / Beauxis 
Perdants : Skrela / Michalak 
Espoirs : Barraque (faite qu'il perce parce que j'en fait des tonnes avec lui…) / Bernard 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article