Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Petites Histoires du Sport

La bourse aux internationaux / Quelle équipe de France pour demain ? Les ailiers...

2 Janvier 2012 , Rédigé par Pierre Ammiche Publié dans #Equipe de France de rugby

 Un nouveau cycle de 4 ans démarre demain. Et puisque le sélectionneur change et que le staff fait de même, fort est à parier que de nouvelles têtes vont (re)connaitre les joies du maillot tricolore. C’est donc à un exercice que j’adore que je vais me prêter : imaginer le visage du XV de France pour la Coupe du Monde 2015. Pour ce faire, tous les samedis, nous analyseront, poste par poste, le virage que pourrait prendre l’équipe de France dans les mois et les années à venir. 

Après avoir traité des avants (les piliersles talonneursles deuxièmes ligneles troisièmes ligne), après avoir essayer de passer en revue les demis de mêlée et fait le tour d'horizon des ouvreurs tricoloresaprès les centres, nous allons nous pencher sur un poste capital du rugby moderne : le poste d’ailier.

 

Pour ce faire, vous en avez désormais l’habitude, nous allons mettre en avant les joueurs qui postulent à l’équipe de France par le biais des « types » de joueur envisageable.

 

Alors autant le dire tout de suite, nous excluons de fait les joueurs sans club ou qui n’ont pas de contrat (Gobelet, Bidabe), les joueurs que nous avons déjà mis à un autre poste (Rougerie, Médard) ou les joueurs qui éprouvent des difficultés à s’imposer en club (Jeanjean, Martial). Le nombre de joueur est donc d’autant moins important.

 

 

On commence sans plus tarder par les ailiers au registre « physico- puissants » :


Dans cette famille de poulain, on fait plutôt dans le cheval de traie. Et c’est avec trois joueurs que l’on va débuter : le plus technique, Julien Malzieu, le plus puissant, Yohann Huguet et le plus complet, Clément Marienval.

 

Tout d’abord, Julien Malzieu. Capable de gagner tous ses duels, efficace sur ses appuis, c’est avant tout sa capacité à mettre ses adversaires sur les fesses qui est déterminante. Il revient en force avec Clermont en ce moment et il semble réaliste de le revoir en bleu.

 

Yohann Huguet, lui, part de plus loin. Suspendu depuis la Coupe du Monde, il a eu la chance de jouer un match avant de voir sa sanction de nouveau étendue. Longtemps pas au niveau avec les bleus, il avait réalisé quelques bonnes sorties lors de ses ultimes match avec Lièvremont. Mais mis à part son rapport vitesse puissance, il est bien moins doué que beaucoup d’ailier. Son efficacité parle pour lui, mais pour combien de temps va-t-on pouvoir jouer avec un ailier sans jeu au pied, sans passes et sans crochets ?

 

Dernier appelé possible mais franchement secondaire : Clément Marienval. Puissant, il sort d’une saison presque blanche avec Toulon. Revanchard, il signe à Brive. Il est l’auteur d’un début de saison plein de promesses et reste crédible en bleu… Au moins autant que Huguet.

 

 

 

Deuxième type d’ailier : l’ailier « feu-follet ». De la vitesse, des crochets déroutants, des appuis qui font la différence.

 

Et dans ce registre, la France est dotée de quelques armes, à commencer par Marc Andreu. Véritable poison pour les défenses, il est en plus capable de jouer au pied. Ecarté par Lièvremont avant le dernier tournoi, il est sans conteste possible un postulant légitime à l’équipe de France.

 

Le deuxième joueur qui semble largement au dessus du lot : Alexis Palisson. Auteur d’un Mondial impressionnant (notamment un quart contre l’Angleterre formidable), il peine à prendre ses marques à Toulon (en même temps en moins d’un mois, il n’a pas vraiment eu le temps de faire quoi que soit avec le RCT, ce qui est logique).  

 

L’autre grand postulant ? Yohann Audrin. Le néo-Montpelliérain s’impose comme l’un des tous meilleurs ailiers du début de saison. Déjà excellent avec Castres il confirme ses bonnes performances avec le MHR. Seul défaut : une tendance à parfois s’isoler et souvent tenter la relance du bout du monde sans que cela soit nécessaire. Mais un joueur qui joue trop… Peut-on lui reprocher ?

 

Dernier joueur envisageable : Benjamin Fall. Oui, il est maudit, oui, il ne joue quasiment pas depuis 2ans. Mais quand on voit la façon dont Christophe Dominici en parle, comment douter des qualités de ce jeune homme. En tout cas, si jamais il revient à son meilleur niveau, et si les blessures l’épargne enfin, un avenir doré l’attend… Enfin si…

 

 

 

Troisième catégorie : les ailiers « supersoniques ». Gros finisseur, un gros moteur et surtout une grosse vitesse qui les rendent très dangereux.

 

Dans cette famille de purs-sangs, un gros chef de file et quelques prétendants qui poussent derrière.

 

Le premier : Vincent Clerc. Véritable machine à marquer, il fait preuve d’une capacité à gagner ses duels très impressionnante. PSA prendra-t-il le risque de faire appel à un trentenaire comme Clerc ? La question semble presque injurieuse tant Vincent parait incontournable.

 

Suivent 3 joueurs qui sont au coude à coude : Julien Candelon, Julien Arias et Julien Saubade. Ce trio de Julien a une grosse qualité : la vitesse. Un gros défaut : un physique pas forcement rassurant sur les ballons hauts.

 

Enfin un mot sur les deux ailiers d’expérience qui sont trop loin pour espérer une sélection mais qui méritent d’être cités : Farid Sid et Jeff Coux.

 

 

 

Enfin dernier genre : l’ailier défensif. Solide sous les ballons hauts, implacable (oh le jeu de mot !) en défense, c’est souvent l’ultime rempart de son équipe.

 

Et ils sont deux à se montrer : Yves Donguy et Adrien Planté.

 

Le toulousain, Donguy, est probablement l’ailier le plus impréssionant en défense du top 14. Ses duels mémorables avec Nalaga en sont la meilleure preuve. Un avenir en bleu ? Franchement… J’ai envie d’y croire.

L’autre très bon joueur : Planté. Le catalan à eu beaucoup de mérite à revenir aussi vite après une opération des ligaments, mais il peine à revenir à son top top niveau. Il semble un peu plus loin de l’équipe de France que Donguy, mais Planté est un vrai joyau.

 

 

Conclusion : Ils faut en choisir 4. Et mon choix se porte donc sur le plus efficace, le plus prometteur, le plus créatif et celui qui gagne le plus de duels. C’est donc Malzieu (duels), Palisson (créativité), Clerc (efficacité) et Fall (prometteur) qui me plaisent le plus. Seul Malzieu n’a pas un jeu au pied très efficace et ne peut pas jouer à un autre poste qu’ailier (Clerc peut jouer demi de mêlée pour dépanner).

 

Les ailiers : Fall, Malzieu, Palisson et Clerc.

 

Les perdants : Huguet, Arias, Andreu  

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article