Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Petites Histoires du Sport

La petite histoire de... Vinnie Jones

3 Novembre 2010 , Rédigé par Pierre Ammiche Publié dans #La petite histoire de...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si vous pensez que le football est un sport d’évitement, que le tacle est un moyen de prendre la balle et uniquement la balle, que vous n’aimez pas les joueurs comme De Jong, Van Bommel ou Cyril Rool, que vous croyez que le football est un sport de gentlemen élevés aux phrases politiquement correctes et aux expressions convenues… alors Vinnie Jones, 1m85 et 80kilos d'Anglais pur et dur est là pour vous. 

 

Certains vont se demander : « pourquoi faire le portrait d’un acteur alors que l’autre tanche, il gère un blog de sport… ». Et bien oui ! Vinnie Jones a eu une vie avant le cinéma. Mais contrairement aux autres aspirant-acteurs, lui ne partageait pas son temps entre deux petits boulots de merde dans des cabarets-spectacles crado pour se payer le cours Florent. Non. Lui, son temps il le partage entre des matchs de foot, des tacles de boiucher et des bagarres de soulains à la sortie des pubs.

 

Le jaune le plus rapide de l'Histoire : 

 

Vinnie le joueur de foot, c’est un peu le Mozart de la fracture du tibia, le Chopin du tacle au genou. Autant le dire : un poète. Et très tôt son coté artiste est une évidence : à seulement 23 ans, on le voit en train d'exploser les testicules d’une future star du football anglais, Paul Gascoigne. L’attaquant est dans son dos et pour ne pas lui laisser prendre l’espace, Vinnie attrape ce qu’il peut attraper… Une bonne entrée en matière pour le tout jeune pro de Wimbledon. 

 

Mais comme Vinnie Jones est un phénomène, il tient à inscrire son nom dans l'Histoire de la Premier League. Pour ça : une seule solution pour lui. Après 3 secondes de jeu, il sèche l'attaquant qui vient de faire l'engagement. Une béquille de cinglé en plein dans le rond central. L'arbitre sort alors le carton jaune le plus rapide de l'Histoire du championnat. Propre.

 

Fallait pas casser sa cloture ! 

 

Mais avant d’être un joueur qui use de sa force physique pour mettre à mal ses adversaires, Vinnie est avant tout le genre de mec qui fait baisser les yeux à n’importe qui. Le genre qui dort la lumière allumée car le noir à peur de lui. Mais attention : si ce mec fout les jetons, ca n’est pas pour rien. Il a des yeux de cinoque complet, un regard qui te fait clairement comprendre que les locataires du cortex cerebral sont nombreux et ne payent pas tous le loyer. 

 

Et puis Vinnies Jones, c’est aussi le genre de gars qui avec (et même sans) un petit coup dans le nez peut ruiner la tronche d’un mec dans un avion. Sans raison apparente. Ou mordre le visage de son voisin avant de lui peter la tête à coup de pompe. Un "incident" entre voisin. Que cette fois, Jones expliquera : son voisin a brisé sa cloture et a fait peur à ses chevaux. Alors lui met le visage en kit. Ouais, ok, c'est chaud. Mais fallait pas casser sa clôture !

 

Jones, l'international gallois :

 

Si l'on met de côté cette violence verbale et physique, le pire, c’est qu’il n’est pas mauvais joueur. Tellement pas mauvais qu’il est sélectionné et même capitaine de l’équipe du pays de galles. Etrange pour un Anglais pur jus.

Suite à des magouilles innomables, le sélectionneur en place va réussir a trouver des ancêtres gallois à Vinnie Jones. Ils sont imaginaires, evidemment. Mais le voila capable de défendre fièrement les couleurs de son pays d’adoption. Il est alors international à 9 reprises.  

 

"T'inquiète pas mon gros, je reviens" : 

 

Sans raison véritable, Jones déteste Gascoigne. Mais l'inverse n'est pas forcément vrai. Non pas que Guiza (le surnom de Paul Gascoigne) ne déteste pas Jones. C'est juste qu'il était totalement térrifié par "Vinnie le dingue". Paul Gascoigne explique des années plus tard qu'en guise de présentations, Jones lui lâche : « Je m'appelle Vinnie Jones, je suis un gitan, je gagne beaucoup de fric et je vais t'arracher l'oreille avec les dents puis tout recracher dans l'herbe. Et maintenant tu es seul mon gros, tout seul avec moi ! ».

 

Ce match est un enfer pour Gascoigne. Tous les tacles sont appuyés. Certains tournent même à des attentats volontaires. Jones va jusqu'à cracher au visage de Gascoigne en lui disant  « Je vais juste tirer le corner mais ne t'inquiète pas, mon gros, je reviens ! »

 

Une carrière étonnante et brillante : 

 

Au cours de sa carrière, Jones va jouer près de 400 matchs en Premier ligue, le temps pour lui de gagner un trophée, celui de la FA cup face a Liverpool avec son modeste club de Wimbledon. Cela demeure comme l’un des plus grands exploits de cette compétition. 

 

Mais comment en est-il arrivé au cinéma ? Rien de plus simple pour un mec psychotique et charismatique : faire une vidéo où il vante le jeu dur et les agressions (Il va en vendre des centaines de milliers de casettes à travers tout le Royaume Uni) et mettre ses paroles en acte en récoltant plus de 12 rouges en carrière. Guy Ritchie qui flaire le gros poisson lui donner alors un rôle dans son film « Arnaques crimes et botanique ».

 

Vinnie Jones est un grand malade. C'est clair. Cependant, parler uniquement de sa folie serait occulter une partie de sa personnalité. Vinnie Jones est malgré tout un homme avec la main sur le cœur. Exemple : il dépense la totalité de son cachet pour remercier l’hôpital qui a transplanté un cœur à sa femme sous la forme d’un don énorme. Il participe activement a aider les enfants à travers de nombreuses associations et autres œuvres de charités.

 

Pour enfin en terminer avec Vinnie Jones, Guy Ritchie dit toujours de lui : « Ce qui se passerait, s'il y avait l'apocalypse, c'est qu'un certain nombre de choses survivraient... Vinnie Jones en fait partie ! ». Et a vrai dire, on est pas loin de le penser.

 

Le jaune le plus rapide de l'Histoire de la Premier League

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article