Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Petites Histoires du Sport

Le retour de la Nba (partie 6) : Les Clippers de Los Angeles

25 Septembre 2010 , Rédigé par Pierre Ammiche Publié dans #Planète Nba

                                                                    clippers_logo.jpg

 

 

Les Los Angeles Clippers :

 

Depuis maintenant 26 ans (1984), les Clippers vivent dans l’ombre de leurs illustres voisins, les Lakers. Véhiculant une image franchement vieillotte, articulé autour de joueurs incapables de produire leur meilleur basket, comme « vaudooïsé » par les dieux du basket, comptant sur un staff qui flair souvent les bonnes affaires mais incapable de faire prendre la mayonnaise a leur effectif… Voici une petite analyse des forces et des faiblesses d’une équipe qui lutte pour exister : Les clippers de LA. 

 

Tout d’abord, retour sur la saison précédente. Au mois de Juillet, pour la première fois depuis très longtemps, les Clippers sont heureux. Ils disposent du premier choix de Draft et choisissent alors un joueur talentueux, actif, puissant et capable de scorer : Blake Griffin. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. En plus de cela, les cas Zach Randolph, Rickie Davis ou encore Dunleavy sénior sont du passé. Les fondations semble stable et l’esprit de la franchise qui a déjà changé avec le recrutement de Eric Gordon ou Baron Davis semble plus sain que jamais.

Seulement voilà, le prodige attendu, Griffin, arrive en boitillant… Diagnostique ? C’est le tendon rotulien. Opération, rééducation, entrainement…  Un temps annoncé en janvier, puis en février, puis en mars, c’est toute la saison qu’il s’apprête à louper. Catastrophe en Californie. Le N#1 de la draft sera absent toute l’année.

 

Après une saison franchement moyenne, une de plus, le coach alors en place, Hugues, est viré.

 

La question est la suivante : qu’attendre d’un équipe comme celle des Clippers, articulé autour de quelques bons joueurs mais surtout de très bon espoirs ? Et surtout, comment réussir a faire cohabiter des joueurs au profil et au poste similaire comme Al-Farouq Aminu et Blake Griffin ?

Un point sur l’effectif.

 

 

Staff :

 

Coach : Vinny Del Negro. Une sorte de sorcier qui, tout en subissant clairement une pression et des comportements franchement insupportable, a mener deux années de suite les Bulls en PO. Et quand on sait qu’il l’a fait sans véritable poste 4, un gros soucis poste 2 et avec ses joueurs majeurs régulièrement blessés, inutile de dire que c’est une vraie recrue de talent.

 

GM : Neil Olshey. En place depuis peu de temps, il semble motivé par le fait de monter une franchise plutôt stable et cohérente et de rompre avec le signe indien. Les recrues sont très peu nombreuses mais ont fait comme on peut de ce coté du Staples Centrer.

 

 

Meneurs :

 

 

Baron Davis : Le leader offensif de la franchise, du talent plein les mains et un shooter de l’extrême. Il peine a retrouver son niveau assez stratosphérique de son époque Warriors, mais il reste une des meilleures armes des Clippers.

 

 

Randy Foye : Ancien Wolve et Wizzard, shooter dynamique et rapide, il va avoir du temps de jeu et pourrait le rentabiliser.

 

 

Arrières :

 

Eric Bledsoe : il a vécu dans l’ombre du petit génie de sa Fac, Wall. Il n’était même pas le second leader ni même le troisième. Il est pourtant très efficace, complet et va apporter de la fraicheur à cette ligne arrière.  

 

 

Eric Gordon : joueur flashy, dunker et shooter, il progresse d’année en année. Cela l’a même emmené jusqu'à la sélection nationale cet été, titre mondial à la clef.  

 

 

Willy Warren : Pris au second tour, son avenir reste plutôt sombre.

 

 

Ailiers :

 

 

Ryan Gomes : Joueur unidimensionnel, son shoot a trois points de qualité va étirer les défense et sa défense sur l’homme permettre quelques stop défensif importants.

 

 

Rasual Butler : Sorte de copié-collé de Ryan Gomes, ce shooter/défenseur est moins fort que le joueur susnommé

 

 

Brian Cook : Lui-même, sorte de copie de Butler, shooter dunker de qualité, capable de très grosse séries si on l’oublie dans les corners, son temps de jeu sera limité aux blessures et aux punitions des autres…

 

Ailiers forts :

 

 

Blake Griffin : L’espoir de tout un club. S’il est aussi prometteur que ce que l’on annonce, les Clippers vont compter énormément sur lui. A-t-il les épaules pour ca ? Là est la question. Son physique devrait le laisser tranquille et son jeu ultra dominant va quoi qu’il arrive faire du bien.

 

 

Al-Farouq Aminu : Ailier fort défensif et contreur, son profil n’est pas sans rappeler certain des ses illustres prédécesseur comme Kemp. Il y a moins d’attente autour de lui que Griffin mais son intégration sera primordiale dans la rotation des Clippers.  

 

 

Craig Smith : Son rôle plus important que prévu après la blessure de Blake Griffin lui a permi de faire quelques stats l’année dernière. Cette année sera plus dure pour lui mais il aura un rôle de remplaçant. Après tout peut arriver…

 

 

Pivots :

 

 

Chris Kaman : Néo All star et rebondeurs instinctif, son jeu a 4-5 mètres du panier est redoutable. L’allemand est désormais seul ou presque pour couvrir le poste et si il reproduit une saison comme la précédente, il pourrait revenir au ASG.

 

 

DeAndre Jordan : Annoncé un temps comme très prometteur et bientôt dominateur, il tarde a confirmer. Son stage de l’été lui aura peut-être fait du bien. C’est a souhaité.

 

 

 

 

Si nous étions GM :

 

PG : Davis

 

SG : Gordon

 

SF : Gomes

 

PF : Griffin

 

C : Kaman

 

6ème homme : Aminu ou Bledsoe.

 

Conclusion :

 

Les clippers vont encore une fois avoir du mal a exister cette année a l’ombre de Lakers. Mais la question ne se pose même plus. Avec un effectif hybride (ni jeune ni vieux), les Clippers souhaiteraient juste retrouver les PO. Ca va être dur, il faut être honnête. Mais avec Griffin ou Aminu, si l’amalgame ne se fait pas que faire ? Les solutions de replis ne sont pas vraiment nombreuses. Un point positif : ils disposent encore de pas mal de marge pour recruter ou échanger d’un point de vue économique. Les transferts ne sont pas finis : on ne sait jamais, d’autant qu’un blockbuster deal se prépare (un gros gros gros échange concernant plusieurs équipes et pas mal de mouvements.)

 

 

Notre pronostics : 10ème à l’ouest.  

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article