Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Petites Histoires du Sport

Le retour de la Nba (partie 13) : Les Hornets de la Nouvelle Orléans

4 Octobre 2010 , Rédigé par Pierre Ammiche Publié dans #Planète Nba

     new_orleans_hornets_alternate.gif

 

 

Les Hornets de la Nouvelle Orléans :

 

S’il y avait une ville qui n’a pas d’équivalence aux USA... S’il y avait une ville construite sur une histoire si lointaine et si proche à la fois que s’y mêle le blues, le français, le carnaval et la violence des villes typique aux lieux qui dansent plus qu’ils ne vivent... S’il y avait une ville où le mixage des cultures existait... S’il y avait une ville où, au coin de la rue, un vieux noir se balançant sur un rocking-chair de fortune peut vous raconter les légendes de la vielle ville comme Louis Armstrong, ou des nouveaux quartiers comme Lil’ Wayne... Si il y a une ville marquée par un passé récent douloureux, où le monde a basculé dans l’horreur, et qui a été oublié par le gouvernement et délaissé à son sort tragique… Alors cette ville serait New Orléans !

Voici une ville qui respire et mieux, qui inspire. Une ville où la créativité et l’énergie est contagieuse. C’est pour ces raisons (et aussi pour ne pas entrer en concurrence avec les Bobcats) que les Hornets ont voulus s’y installer pour redynamiser une franchise qui, il faut le dire, n’avait jamais vraiment décollé à Charlotte.

Depuis 2002 en effet, les Hornets ont investis la bien nommée « New Orleans Arena » et essayent de devenir une équipe régulièrement présente en PO. Un temps présenté comme la terreur de l’ouest, ils se sont peu a peu délité et fissuré pour finir avec un bilan très moyen en 2009-2010 de  Avec à la baguette l’un des meilleurs meneur de la ligue (si ce n’est LE meilleur), et en comptant dans ses rangs des joueurs de qualités, malgré tout, les Hornets plongent dans l’inconnu et pire encore, dans une période de leur propre histoire qui s’annonce houleuse voir plus… Tout de suite : l’effectif et le staff.

 

Staff :

 

Coach : Monty Williams.  L’un des meilleurs travailleur de l’ombre de la Nba, son ascension est assez fulgurante. Lui qu’il y a à peine 5ans commençait son travail s’assistant chez les TrailBlazers, a franchit les échelons qui mènent au coaching pur et dur avec appétit. Il a été, selon les propres dires de l’intéressé, l’un des acteurs majeurs de la progression de Batum. Il a été l’un des dépositaire du jeu fluide des joueurs de Portland. Et le voilà a présent le patron. C’est sa première saison et son rôle est, déjà, d’une importance capitale pour insuffler la confiance qui a fait défaut l’année dernière. Un poids conséquent pour le coach le plus jeune de la ligue (38ans ! Soit 5 ans de plus que Stojakovic et 7 mois de moins que Shaquille O’neal…) 

 

GM : Dell Demps. Si vous le chercher, il est en cure de repos… Après un été mouvementé ou le départ de son joueur vedette a été évoqué à plusieurs reprises, inutile de dire que le GM a cherché tous les moyens de le garder. Seulement Paul est en fin de contrat et s’il le souhaite, il peut partir pour rien en fin de saison. On imagine que cette pensée doit franchement faire travailler de la cafetière notre vieux Dell. Imaginer perdre votre franchise Player, celui qui incarne le projet collectif et le dépositaire de votre jeu contre…rien. Il va se payer une bonne vielle dépression d’autant qu’il a déjà transféré le jeune Colisson aux Pacers pour conforter Paul dans son rôle de leader. Un boulot titanesque pour celui qui doit être, lui aussi l’un des GM les plus jeunes de la ligue (40ans).

 

Meneurs :

 

 

Chris Paul : probablement le meilleur meneur de la Nba, encore faut-il qu’il joue… une saison ou presque loin des terrains pour diverses blessures, une concurrence de qualité et voilà que notre All-star nous fait sa diva… Et que je reste, et que je pars et que je sais plus… On le voit déjà tous à New-York pour accompagner Stoudemire et Anthony dans quelques mois, espérons qu’il puisse retrouver le niveau qui était le sien et puisse surtout conduire son équipe le plus haut possible. Mais il faudrait éviter les pépins et surtout rester professionnel jusqu’au bout. Il tourne a une hallucinante moyenne de 19pts et 10 passes en carrière.

 

 

Jenero Pargo : Un bon backup venu tout droit de Chicago, ce natif de l’Illinois vient pour mettre de la pression extérieure. Sa petite expérience des PO peuvent à un moment être utile.

 

 

Mustapha Shakur : Un rookie avec un nom pareil a intérêt à assurer. Aucun rapport avec Tupac…  On sait peu de choses sur lui sinon qu’il a déjà eu une petite chance avec OKC.

 

 

Arrières :

 

 

Marcus Thronton : deuxième année pour l’une des révélations de l’année dernière. Pris à la 43ème place de la draft,  il fini la saison comme deuxième meilleur rookie a son poste derrière Evans, le Rookie de l’année. Il est a ce jour capable de scorer comme un dingue (23pts en un ¼ temps) et de mener le jeu. Il reste le titulaire en puissance au poste 2.

 

 

Willie Green : Une très bonne solution de replis quand rien ne marche. Il reste un bon remplaçant et un joueur dynamique. Il devrait jouer 15bonnes minutes par match.

 

 

Marco Belinelli : l’éternel espoir, jamais à la hauteur de ce qu’on attend de lui. Capable de scorer, son jeu ne s’adapte absolument pas au jeu Nba et son temps de jeu n’est pas en adéquation avec son talent. Il va errer encore un peu en Nba avant de peut être revenir en Europe. Le pire c’est qu’il est doué.

 

 

Ailiers :

 

 

Trevor Ariza : Présenté comme un gros défenseur, hyper athlétique, il est le prochain titulaire a ce poste. Après Posey qui se trainait, la transition risque d’être violente. Il a eu du mal a convaincre à Houston. Espérons que les Hornets lui conviennent mieux.

 

 

Peja Stojakovic : Mme, Mr, attention monument. L’un des plus beaux shooter du monde, l’un des membres de l’équipe de Sac-town des grandes années, l’un des joueurs sans bague de champion qui le mériterait le plus et surtout un joueur au talent naturel hors norme. Seulement depuis 3ans il traine un mal de dos récurrent, il n’a plus de jambe et il semble dans une gentille préretraite a un tarif scandaleux pour son apport à New Orleans. La retraite n’est plus loin et c’est peut être sa dernière chance d’être champion. Mais inutile de dire que pas grand monde y croit.

 

 

Joe Alexander : Encore un gros espoir, N°8 de la draft 2008 calé entre Brook Lopez (l’une des meilleurs pivots) et O.J Mayo. Il peine terriblement à confirmer les espoirs placés en lui. Il est en pleine crise de confiance depuis des mois voir des années et son passage éclair à Chicago ne lui a pas servis à grand-chose. Présenté comme le meilleur athlète de sa classe de draft, il reste un joueur qui peut exploser un jour et crever l’écran. Encore faudrait-il qu’on lui laisse sa chance.

 

 

Ailiers Forts :

 

 

David West : Ailiers fort d’une grande force offensive, il n’est pas spectaculaire, pas vraiment puissant, pas explosif mais c’est un joueur capable de très bien défendre, d’imposer une vraie présence dans la raquette et de scorer a mi distance de façon très régulière. Un des cadres de l’équipe, il en est même le capitaine.

 

 

Pops Mensah-Bonsu : Le contraire absolu de David West. Il saute partout, prend des rebonds et n’est pas hyper bon en attaque. Il n’a jamais vraiment eu sa chance. L’un des cadres de l’équipe d’Angleterre notamment en vue de Londres 2012.

 

 

Quincy Pondexter : Un petit peu inconnu au bataillon. On va voir ce qu’il vaut.

 


Pivots :

 

 

Emeka Okafor : Le Mr rebond de l’équipe, sa défense et son physique sont un vrai plus. Seulement le bas blesse : il est quand même très moyen en attaque. Une sorte de bon complément pour West.

 

 

Aaron Gray : Remplaçant correct sans être époustouflant, il reste un gros gabarit qui prend de la place sous le cercle.

 

 

Jason Smith : Un joueur qui apporte sur des phases courtes, son passé récent au 76’ers n’a pas été inoubliable.

 

 

Daryll Watkins : il n’a jamais réussit à percer malgré quelques piges aux Clippers ou aux Spurs… Il vient pour faire le nombre

 

 

Si nous étions GM :

 

PG : Paul

SG : Thronton

SF : Ariza

PF : West

C : Okafor

 

6ème homme : Stojakovic.

 

 

Conclusion : Alors on va être aussi honnête que l’on peut. Cette équipe manque cruellement de profondeur. Paul aussi fort et pro qu’il est ne peut pas régler tous les soucis de la famille Hornets et surtout, cette équipe est toute neuve. Nouveau coach, nouveau GM, pas mal de joueurs qui n’ont jamais rien fait en Nba et un gros manque d’expérience… Stojakovic a fait plus de matchs de PO que tout le reste de l’effectif. Enfin, cette équipe est en perte de vitesse et rien ne semble vraiment avoir changé depuis l’année dernière.

 

Notre pronostic : 11ème a l’ouest. C’est peut être sévère mais il y a 10 équipes plus prometteuses et/ou solide. 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article