Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Petites Histoires du Sport

Mon Voyage Suisse : Crans Montana, jour 1

11 Décembre 2011 , Rédigé par Pierre Ammiche

Pour ceux qui ne le savent pas, j’ai la chance de représenter ma promotion au cours d’un week-end très spécial : celui de la remise des Micros d’or. Le concept : une sorte de réunion de vieux copains, de César du journalisme sportif et de colonie de vacances pour grands enfants.

  

Objectif mars : premier pas dans un univers inconnu, mystérieux… et tellement excitant.

 

Le lancement de la navette « Crans Montana » avait lieu ce matin, voie E de la Gare de Lyon. A 7h57, pour être précis. Après avoir attendu dans le froid glacial d’une gare aussi glauque que toutes les autres, la petite escouade de journalistes sportifs se mettaient enfin en marche.

 

Pour ma part, après une préparation digne de ce nom, avec 3 heures de sommeil dans la case « passifs » et 3 cafés noirs dans la colonne « actifs », c’est avec un brin de stress que j’entamais mon odyssée.

 

Car c’est bien cela dont il s’agit. Une odyssée. Une plongée en immersion dans l’univers du journalisme sportif. Entouré de quelques « pointures » de la profession, avec comme toute arme de la volonté, un ordi et un Nagra, mon but est désormais de retranscrire au mieux ces 4 jours de conférences, de rencontres, de lobbying et de cooptation.

 

 

Etape 1 : encaisser le réveil, ne pas louper le train

 

Je vous l’ai dit : rendez-vous à 7h30 sur le quai… C’est donc nécessairement un réveil qui sonne plus tôt que de raison (5h30). La tête un peu à l’envers et le dentier transpirant encore la douce Tequila de la veille, c’est le coup d’envoi de ma grande transhumance qui débute.

 

Et la première mission est donc d’avoir le Train. Chose que n’a pas su faire un certain Philippe S. (professeur bien connu à l’Esj Paris)… Mais attention : une fois dedans, ne pensez-pas que le plus dur est fait ! Ainsi, un journaliste de France 2 dont je tairais le nom s’est tout simplement oublié dans la campagne Suisse. Descendu pour prendre l’air dans la première gare helvète du parcours, le casque sur les oreilles, le pauvre à tout simplement oublié de remonter dans le train… Résultat : un texto d’au secours envoyé à l’un des passagers, une ambiance à la Shining et un gros sujet de vanne.

 

Après 6h de transport (du métro, au Train en passant par le bus), la Suisse et ses paysages merveilleux s’offrent enfin à moi. Des montagnes enneigées,  des cours d’eau qui invitent à la flânerie et des lacs gelés à la fragilité singulière.

 

Etape 2 : Se poser dans la chambre, découvrir le Sauna la piscine et le Jacuzzi…

 

 

« Parfois, on se dit qu’il y a une justice ». Oui, mon hôtel ressemble à Disneyland. On y croise des visages familiers, on y boit et on y mange bien, on s’y baigne et au « saunatise » comme des porcs. Et surtout, l’isolement de l’après-midi est saisissant. Dominant le petit village en contre-bas, au bout d’une route qui semble tout à la fois ne mener nul part et ne venir d’aucun lieu précis, c’est une atmosphère de bout du monde qui entoure notre hotel.

 

Le départ pour le repas est proche. Au programme : raclette et viande de grison, interviews à gogo et contact avec un max de monde.

 

A demain pour la chronique Suisse des petites histoires du sport.

 

Pierre 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Marie 11/12/2011 18:10

Super très drôle et plein d'envies vivement la suite...