Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Petites Histoires du Sport

Mondial de rugby / France - Angleterre : les notes des joueurs

9 Octobre 2011 , Rédigé par Pierre Ammiche Publié dans #Mondial de rugby 2011

Après une victoire inespérée contre la perfide Albion, l’équipe de France s’est qualifiée à la surprise générale pour la suite de la compétition.

 

Pour les demi-finales, les bleus affronteront le Pays de Galles qui est sorti vainqueur du duel 100% britannique de ces ¼ contre l’Irlande.

 

Sans plus attendre : les notes des 15 joueurs titulaires, poste par poste :

 

 

Poux : Un peu en dedans, « Brad Pitt » (son surnom) sort un match moyen mais n’a commis aucune erreur grossière. Opposé à l’un des meilleurs droitier du monde en la personne de Dan Cole, Jean-Baptiste n’a pas à rougir de son match. Son apport défensif est encore une fois précieux. Remplacé par Barcella à la 56ème minute. 6,5/10

 

Servat : La buche s’est montrée encore et toujours solide. Que ce soit sur ses lancers ou sur son implication physique, Servat fait parti des gros points forts de ce pack Français. Remplacé par Dimitri S. à la 56ème minute. 6,5/10

 

Mas : S’il y en a un qui va bien dormir ce Week-end, c’est Matt Stevens, son vis-à-vis. L’autobus a plié son adversaire direct tout au long du match (ex à la 15 ème minute où il obtient une pénalité pour le 6 à 0). Sorti complètement occis à la 55ème, Stevens avait cru s’en sortir. Mais touché à son tour, Dan Cole sortait, poussant Stevens à repartir à l’abattoir.

Le retour de Mas sonne comme LE grand point positif de ce match. Jouant l’intégralité de la rencontre, l’intensité de ses 20 premières minutes est un modèle du genre pour tous les piliers droits. 7/10

 

Papé : Assez bavard depuis le début du mondial, et notamment avec le match contre les Blacks, Papé est du genre à l’ouvrir mais à assumer. Appliqué, discipliné, mais pénible juste comme il faut, il n’a pas baissé la tête et a lutté les yeux dans les yeux face à son coéquipier Palmer. Remplacé par Pierre à la 65ème minute. 7/10

 

Nallet : Il commence son match par un ballon volé sur une touche Anglaise à 5m de l’en-but français. Et le reste a été à l’image de cette première action : il a joué très juste. Faisant systématiquement l’effort de ne pas allez trop loin, s’appliquant à mettre les siens dans le bon sens, défensivement présent, il a été dans le registre « coup de tronche » qu’il affectionne. 7/10

 

Dusautoir : Moins en vue ballon en main que lors des premiers matchs des bleus, sa plus grande force a été de gagner les mètres nécessaires pour asséner de gros plaquages offensifs. Son rôle a été crucial pour briser les enchainements de temps de jeu anglais. Un match exemplaire comme toujours mais « seulement » 16 plaquages au bout d’un match de costaud. 7,5/10

 

Bonnaire : Il y a quatre ans, dans un quart de finale qu’on donnait perdu d’avance, un petit gars explosait aux yeux du monde. De son match à près de 30 plaquages, il héritait d’un surnom : le « dark destroyer ». Ce joueur : Thierry Dusautoir.

Aujourd’hui, un autre joueur a connu sa véritable mue un soir de quart de finale de coupe du monde. Julien Bonnaire n’aura pas de surnom de la mort, n’aura pas sa photo en une de l’Equipe et n’aura peut-être même pas le droit au Talent d’or France télévision Carrefour M&M’s. Mais il a le droit au non moins préstigieux titre d’homme du match LPHS ! Avec ses 19 plaquages mais surtout son intensité tout au long du match, il a été énorme. Son retour sur l’aile, reprenant Cueto à 5m de la ligne française est impressionnante. 8/10

 

Harinordoquy : Le basque s’est exprimé pendant près de 75 minutes avec talent. Présent comme à son habitude sur tous les ballons hauts, il va en prime mettre toute l’équipe dans le bons sens en avançant derrière sa mêlée. Un match réussit pour celui qui était un peu perdu au début de ce mondial. Remplacé à la 73ème minute par Picamoles. 7/10

 

Yachvili : Il laisse passer 5 points en première mi-temps et manque de mettre les siens dans la mélasse après une touche vite jouée- mal jouée avec Palisson. Mis à part ça, un premier acte parfait ou presque, 6 points, une gestion du rythme du match au petit oignons. Et même si son association avec Parra n’en est qu’à ses balbutiements, il réussit comme toujours sa prestation contre l’Angleterre. Touché à la cuisse à la 54ème, il cède sa place à François Trinh-Duc 6,5/10

 

Parra : S’il y a un enseignement à tirer de ce mondial, c’est que Parra à un mental en acier trempé. Un joueur qu’on trimbale à la charnière, qui est décrié, qui doit prendre les commandes d’une équipe qu’on annonce finie et qui est visé tout le match par les centres adverses. 10 plaquages, une très bonne organisation de la ligne d’attaque et surtout une envie impressionnante. Le geste du match ? Son déblayage de mongolitos sur Cole (14ème minute) où il envoi péter le pilier anglais. Il fini en tant que 9, la période ou étrangement les bleus ont le plus subit. 7,5/10

 

Clerc : Un exploit sur une combinaison réalisée à 2 à l’heure. 10 plaquages. Des retours décisifs sur Tuilagi ou Cueto. En somme, c’est un match de qualité pour un joueur de talent. 7/10.

 

Mermoz : Très à la peine offensivement, c’est surtout sa capacité à étouffer Flood et à prendre la ligne d’avantage en défense qui a été importante. Capable d’avancer sur quelques ballons chauds, il a servi de régulateur plus que d’accélérateur jusqu’à sa sortie à la 79ème. 6/10

 

Rougerie : Exemplaire dans son envie, il a quand même beaucoup subit son duel avec le monstre Tuilagi. Mais il n’a jamais craqué et surtout a su mettre sous pression le troisième rideau anglais sur tous les ballons hauts. Il a été le joueur qui a le plus passé les bras de tous les quarts de finales (3 fois). Sorti à la 72ème, son épaule a largement tenu le coup et son association avec Mermoz commence à faire peur. 7/10

 

Palisson : Décisif sur le deuxième essai français, il fixe 3 défenseurs avant de servir sur un coup de génie Médard à l’intérieur. Souvent inspiré sur ses ballons d’attaque, il a en plus été efficace au pied notamment sur le jeu d’occupation. Opposé à Chris Ashton, son vis-à-vis n’a pas existé. Une performance de qualité pour le néo ailier de Toulon. 7/10

 

Médard : Tout simplement le meilleur 15 de ce mondial. Inspiré, jouant juste et surtout beaucoup, c’est un vrai bonheur de le voir titulaire à l’arrière. Je préfère Traille mais … Non j’déconne ! 7,5/10

 

 

 

Statistiques du match :

 

Le meilleur plaqueur : Julien Bonnaire (10 plaquages)

 

Possession : France 52% // 48% Angleterre

 

Occupation : France 57% // 43% Angleterre

 

Temps passé dans les 22 adverses : France 12min 47 // Angleterre 8 min 09

 

Mêlées gagnées : France 13 (1) // Angleterre 9 (1)

 

Touches gagnées : France 11 (3) // Angleterre 15 (2)

 

Plaquages : France 107 pour 15 loupés // Angleterre 108 pour 15 loupés

 

Pénalités concédés : France 11 // Angleterre 6

 

En avants : France 10 // Angleterre 13  

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article