Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Petites Histoires du Sport

Mondial de rugby / France - Angleterre : Une victoire comme un pardon (19-12)

9 Octobre 2011 , Rédigé par Pierre Ammiche Publié dans #Mondial de rugby 2011

 Il y a des victoires qu’on attend et d’autre qu’on espère. Si jamais l’équipe de France est capable de tout, la plupart des observateurs n’attendait plus rien de cette équipe. Capricieuse, frivole, certains journalistes vont même nous décrire une équipe de France insoupçonnable. Celle d’une équipe au collectif rongé par la crise, dont l’entraineur incompris est désavoué par ses hommes. Celle d’un staff lâchant prise face à des joueurs plus soucieux de leur image que de leurs performances. Celle de titulaires sans vie, qui errent de match en match sans rage et sans volonté. Et cette équipe qu’on nous vend est tellement crédible que même les Anglais y ont cru… à tort.  

 

A la veille de rencontrer l’ennemi Anglais, je suis de ceux qui ont vu le « signe » (pour une fois que je ne foire pas totalement en annonçant la victoire d’une équipe, j’en profite et je crâne en balançant un ‘’moi je’’). Ce petit truc qui a fait de l’équipe de France cette bête blessé qui donne des sueurs froides à tous les anglo-saxons du monde.

 

Oubliant que le XV de France ne meurt jamais et que les bleus ne sont jamais plus dangereux que quand ils sont au fond du trou, les sujets de sa majesté se sont fait surprendre. Pire, ils se sont fait punir et ont dits adieu à leur rêve de victoire en concédant la seule défait de leur mondial. Dans un stade où ne résonnait pas le traditionnel « Swing Low Sweet Charriot », le XV de le Rose est battus par l’équipe la plus faible de ces ¼ de finale (8ème au classement IRB). Comme le corbeau dans la fable, ils ont jurés, mais un peu tard, qu’on ne les y reprendrait plus.

 

Comment expliquer la défaite contre les Tonga et la victoire contre l’Angleterre ?

 

Un engagement surprenant 

 

La première réponse tient à l’engagement mis dans les duels. Il suffit de voir quelques images pour prendre conscience que l’implication mise contre les Anglais est a des années lumières de celle mise (ou plutôt non-mise) contre les Tonga.

 

Une illustration: les fautes. Si la discipline est un facteur majeur dans la victoire d’un match, ne pas faire de faute n’est pas non plus un très bon signe. Ainsi, si le nombre de pénalité concédées est exactement le même contre les Tonga que contre les Anglais (11), il ne s’agit pas du tout du même type de faute. Si celles concédées contre le XV de la Rose ont souvent été des fautes commises suite à trop d’engagement, celles commises contre les joueurs des iles du Pacifique l’ont été en subissant les impacts.

 

Une cohérence inédite du staff

 

Pour la première fois depuis le début de la compétition, le staff a aligné ce qui se rapproche d’une équipe type. Le retour de Mas et de Palisson, la titularisation de Parra et d’Harinordoquy ou encore l’association durable Mermoz-Rougerie (on ne va pas refaire le débat des centres-kleenex mais c’est la première fois depuis presque 3ans qu’une paire de centre fait plus de 3 matchs ensemble) sont autant de raisons de penser que la stabilité est un facteur facilitant l’instauration d’une dynamique plus positive.

Prenant le risque de mourir avec ses idées, Lièvremont a fait preuve de courage. Un courage payant quand on voit les matchs du basque volant Imanol ou encore de Morgan Parra.

 

Après s’être en partie renié au cours des phases de poules (Trinh-Duc, Traille, Picamoles, Swarsewsky), le futur-ex entraineur du XV de France a pour la première fois du mondial dessiné l’ossature de son équipe type et s’y est tenu.

 

La fin du bal des faux-culs 

 

C’est en partie la défaite contre les Tonga qui explique la victoire contre l’Angleterre. Car c’est seulement par le biais de la désillusion contre les Tonga, et la peur qu’elle a suscité, qu’on peut expliquer une telle métamorphose psychologique chez nos bleus. Finis les poignantes interviews, grand moment de vérités, où nos joueurs venaient raconter que l’équipe était une bande de copains solides comme la fratrie Tuilagi, qui s’était préparé au quart de poil mais qui n’avait pas de chance et qui perdait car Lièvremont avait fait trop tourner… Ils se mentaient en y croyant.

 

Le retour sur Terre vitesse mach 3 et le coup de pied au cul tongien à donc produit ses effets : fini les mensonges convaincants, c’est le retour de l’équipe de France commando.

 

Sous la pluie, les Anglais restent en passe sèche 

 

Enfin dernier point, cette victoire s’explique aussi par les conditions météo. Sous la pluie, c’est tout le jeu de mouvement Anglais qui a explosé.

Comme pour venger leur pairs de la dernière décennie, cette équipe de France s’est imposé notamment grâce à un drop, et a saisit à la gorge un adversaire qui a multiplié les fautes de mains stupides et les passes mal assurées.

 

Cette incapacité des Anglais à s’adapter à des conditions interdisant les prises de risques est autant due au manque de maitrise des fondamentaux (l’absence de Lawes en touche et de Sheridan en mêlée on fait très mal au XV de la Rose) qu’à la grosse pression des tricolores. Les Français ont alors saisi toutes les opportunités de marquer ces fichus Anglais.

Dernière possibilité pour expliquer pourquoi la pluie à inhibée les hommes de Johnson : les Anglais avaient été les seuls à bénéficier d’un stade couvert... a deux reprises pendant les matchs de poules ! Bien que génétiquement habitué au crachin, ils n’ont pas su s’adapter à la météo Néo-Zélandaise.

 

En conclusion : on renvoi les Anglais chez eux… Et putain ca fait du bien !

 

Découvrez vite les notes des joueurs de l'équipe de France !     

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Marie 10/10/2011 08:15


Quels plaisirs 1 le match Bien joué les petits...
2 ton retour sur le blog avec ces nouvelles couleurs et une fluidité dans le texte.


Daffos 10/10/2011 00:32


J'ai peur des Gallois pour samedi prochain...
Si nous gagnons ce match la France a une bonne chance de gagner le titre...
Mon favori était depuis le début l'Afrique du Sud...l'Australie a eu une chance "MONUMENTALE" de les battre et ce n'est pas une "tres" grande équipe...Les Blaks sans Carter deviennent
"normaux"...
Mais je le répète, j'ai peur des Gallois...
Signé un "pilar" de la préhistoire (Mon site vous en dira plus: http://www.equi-midi.fr)...et salut a ceux de mon époque qui sont toujours là !


Pierre Ammiche 10/10/2011 07:29



Bonjour Daffos, 


Je prend le temps de vous répondre autant sur le fond que sur la forme. 


Dans le fond, (je vais faire un petit papier dans les jours qui viennent) je suis inquiet moi aussi. J'ai moins peur d'une grande performance des Gallois que d'une incapacité à enchainer les bons
résultats pour les bleus qui n'ont jamais gagnés deux grands matchs de suite. 


Dans la forme : je trouve que faire votre publicité sur mon blog n'est pas très... correct. Je trouve cela vraiment sympa de votre part de venir commenter et les lire mes articles. Mais venir y
trouver des "clients" est vraiment limite. Les lecteurs se gagnent à la force de la plume, pas en postant des liens a chaque article. Je me permet
cette réponse dans la mesure où il ne s'agit pas d'un coup d'essai pour vous. Je préfère vous prévenir qu'à l'avenir, je supprimerai tous les commentaires contenant un URL personnel. Merci de
votre compréhension.


Ovalement