Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Petites Histoires du Sport

Mondial de rugby / France – Pays de Galles : L'équipe de France dans la continuité

11 Octobre 2011 , Rédigé par Pierre Ammiche Publié dans #Mondial de rugby 2011

Après sa victoire contre l’Angleterre et la performance convaincante de certains joueurs l’équipe de France s’apprête à défier l’équipe la plus joueuse de ce mondial : le XV du Poireau.

Pour ce faire, c’est une équipe identique à celle victorieuse samedi qui s’apprête à défier les Diables Rouges. Les 23 mêmes que contre l’Angleterre, et qui vont jouir d’un crédit sans réserve : celui d’avoir su remettre les bleus dans le bon sens. 

Désirée par les joueurs dont certains cadres (Szarzewski, Harinordoquy), c’est cette fameuse « cohérence », jusqu’alors ignorée, que le staff touche enfin du doigt. Epargnée pour la première fois depuis des mois par les blessures, par les forfaits, par les déceptions et toujours en course malgré ses faiblesses, l’équipe de France va faire dans la continuité. Une première depuis le début du mondial.

 

Une politique qui se veut (enfin) cohérente

 

En reconduisant pour la quatrième fois la charnière Parra-Yachvili, en s’appuyant sur les leaders de combat Servat, Nallet et Harinordoquy et en instaurant un triangle d’attaque Palisson-Clerc-Médard, c’est un grand pas fait la naissance des automatismes entrevus contre le XV de la Rose qui a été entreprit. Si le fait de faire tourner son effectif pour laisser souffler quelques vieux guerriers ou d’adapter sa stratégie à celle de l’adversaire pourrait être des raisons suffisantes pour modifier son groupe, il est plutôt sain de la part de l'encadrement tricolore de chercher à solidifier un collectif autour de quelques certitudes.

Le problème, et c’est là tout le paradoxe de cette équipe, c'est en arriver à mettre les pieds en Coupe du Monde sans avoir jamais joué ou presque dans la configuration qui les porte en demi-finale… c’est à la fois incroyable et assez triste. Mais tant que le résultat est là, peu importe la manière. 

 

Le mal français : ne pas savoir enchainer

 

Et finalement, ce qu'on craint avant tout dans cette confrontation gallo-française, c'est un relachement tricolore. Sans manquer de respect aux Gallois, impressionant jusqu'à aujourd'hui, la peur est celle de voir l'équipe de France se battre toute seule. 

Car attention, les exemples d’exploit sans lendemain des tricolores font légions. L’Australie de 1999 ou encore l’Angleterre de 2007 n’en sont que deux illustrations que nous avons tous en tête.

Idem, l’équipe de France version Lièvremont n’a jamais su remporter 5 victoires de suite. C’est donc un vrai souci que de réussir deux performances d’affilée face à deux nations classés dans le top 5 mondial (classement IRB).

Se rappeler des catastrophes des 2 années écoulées serait un sacré bon moyen de redescendre sur Terre après une performance de qualité. L’Argentine, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, l’Afrique du Sud, les Tonga ou encore et l’Italie nous ont tous battus sur un score historique. Tachons de ne pas l’oublier à la veille d’affronter une équipe qui traditionnellement nous réussi bien (la dernière défaite française remonte à Mars 2008 et sur les 10 derniers matchs la France mène 8 à 2).

 

Deux incertitudes et 9 remplaçants 

 

Du fait de l’incertitude planant sur Yachvili touché à la cuisse et sur Harinordoquy légèrement touché, ce sont 9 joueurs qui prennent place sur le banc. Une décision définitive sera prise demain ou après demain par le staff.

On notera aussi que l’équipe de France n’a pas souhaité s’adapter à l’adversaire du jour. Lièvremont n’a pas ciblé la mobilité de la troisième ligne Galloise (Faletau-Lydiate-Warburton) et a reconduit sa troisième ligne type. Malgré l’apport qu’aurait pu représenter la titularisation de "Fufu" Ouedraogo, c’est Bonnaire qui lui a été préféré. Bien que discutable, ce choix semble juste au vu de la performance de Bonnaire contre l'Angleterre. 

Il en va de même pour Rougerie-Mermoz, le duo étant reconduit pour affronter la meilleure paire de centre européenne Davies-Roberts. Emprunté en défense contre Tuilagi, Rougerie devra se reprendre cette fois contre la pierre angulaire du système Gatland, Jamie Roberts. Privé de Estebanez (suspendu) et sans Jauzion laissé à la maison, les bleus se reposeront sur Mermoz qui devra lui aussi s'y filer en défense face à la puissance du milieu du terrain. De cet affrontement direct pourrait naitre le résultat du match. 

 

Cette politique de continuité toute neuve fait des victimes, c’est certain (Trinh-Duc, Ouedraogo, Picamoles ou Szarzewski ont de quoi tirer la tronche). Mais la politique du Bisounours « tout le monde va jouer » ne doit plus être de mise. Sans tomber dans le cliché "Bernard Diomède", champion du monde sans avoir joué un match, il y a des joueurs qui ne peuvent pas prétendre à une titularisation. N'oublions pas que toutes les équipes championne du monde jusqu'à aujourd'hui se sont toutes appuyées sur un contingeant de joueur limité.  

Enfin, si il est vrai que cette équipe n’est pas parfaite, qu’elle se construit en cours de route sur des fondations bien maigres (ca n’est pas le match ultra-réaliste mais pas vraiment parfait contre les Anglais qui contredira mon propos) et qu’elle ne donne pas autant à rêver que les autres demi-finalistes, il n’est pas moins vrai que si elle gagne, elle sera la première équipe de l’hémisphère Nord a disputer 3 finales de Coupe du Monde. Et comme dit l’adage… Jamais deux sans trois !

 

Le XV de départ tricolore : Médard ; Clerc, Rougerie, Mermoz, Palisson ; (o) Parra, (m) Yachvili ; Bonnaire, Harinordoquy, Dusautoir (cap.) ; Nallet, Papé ; Mas, Servat, Poux.

 

Remplaçants : Szarzewski, Barcella, Pierre, Ouedraogo, Picamoles, Doussain, Trinh Duc, Marty, Heymans.

 

Découvrez les 10 informations inutiles mais finalement intéressante de ces demi-finales ici

 

Retrouvez dès demain l’analyse de la composition de l’équipe du Pays de Galles, ses points forts et ses faiblesses ainsi que les clefs du match et les duels à suivre.  

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article