Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Petites Histoires du Sport

Toulouse - Montpellier : présentation de la finale du TOP14 2011

4 Juin 2011 , Rédigé par Pierre Ammiche Publié dans #Top 14

Ca y est ! La grande finale ! La sacrosainte messe du mois de juin à Saint-Denis. Les fidèles seront nombreux (environ 80 000) à assister à l’office et la grande communion ovale s’annonce belle et fraternelle.  

 

Mais attention ! Si la fraternité et l’amitié des peuples venus des terres septentrionales et dont le sceau de la balle ovale marque sans complexe le moindre carré de pelouse au sud de la Loire, la rencontre de ce soir est loin d’être une grande bouffe entre amis… Pas de champagne, pas de cotillons, pas de petit panneau avec « bienvenue » marqué dessus, pas de langue de belle mère, pas de confettis…

 

Non, à la place, un match d’hommes, de guerriers, de bucherons. Un match où les ballons valent cher, où les mêlées sont des batailles, où les touches sont des combats aériens, où les rucks sont des affrontements de tranchées. Nous allons avoir de la sueur du sang et des larmes.

 

Et comme tous les ans, cette finale s’annonce comme le point d’orgue d’une saison longue, éprouvante, difficile. Les corps sont fatigués, les hommes usés, les entraineurs à bout.

Pour tous les néophytes, le défi sans limite et sans autre raison que la joie de brandir un vulgaire bout de bois est tout simplement incompréhensible.

Mais pour tous ceux qui ont, un jour proche ou lointain, connu ce moment particulier. Un moment où, dans les odeurs de camphres et de sueur, dans le silence de cathédrale où seul le bruit délicat des crampons qui frappent le carrelage de ce lieu de secret et fantastique que sont les vestiaires, chacun se retrouve seul face à lui-même. Ce moment où, dans l’obscurité des couloirs des petits stades de provinces, la peur au ventre et le courage comme unique bouclier, des hommes dans la force de l’âge s’appètent à jaillir dans la lumière d’un stade de rugby pour y défier ceux qui se présenteront en face. Ce moment où, de l’anonymat confortable de la vie civile, ils passent aux commandes de leur destinée immédiate en revêtant leurs maillots. Ce moment où, comme les joueurs de ce soir et comme tous les joueurs de l’histoire de ce sport, l’espace d’un instant, ils vont être des coéquipiers, des amis, des frères, prêt à mourir pour son partenaire et croyant fermement que ses derniers en feraient autant. 

 

 

Et ce soir, cette finale est belle. Sur le papier elle est certes totalement déséquilibrée. Mais si il y a un match pour lequel le papier en veut rien dire, c’est une finale.

 

Sans plus attendre, la composition des deux meilleures équipes de cette année :

 

 

Toulouse :

 

Le XV de départ : Heymans ; Médard, Poitrenaud, Jauzion, Caucaunibuca ; (o) Skrela, (m) Doussain ; Dusautoir (cap), Picamoles, Boulhiou ; Albacete, Millo-Chlusky ; Johnston, Servat, Human.

Remplaçants probables: Lacombe, Poux, Maestri, Nyanga, Bézy, Fritz, Clerc ou Delasau, Falefa

 

A noter :

 

            Jauzion préféré à Fritz, Caucaunibuca à Clerc (encore incertain à cause de ses cotes) et surtout Doussain s’imposant comme le neuf titulaire de cette équipe toulousaine, la ligne d’arrière fleur bon l’équipe type.

 

            Devant, c’est la carte de la complémentarité et de l’expérience qui a été jouée avec notamment 7 joueurs ayant déjà joué une finale européenne ET une finale de championnat. Sur le banc c’est un peu moins impressionnant avec seulement une petite 50aine de sélection devant et un 60aine derrière…

 

            La mêlée risque d’être l’arme absolue pour Toulouse qui va s’appuyer sur la puissance de son pack et la force de pénétration de son axe 8-9-10-12 pour faire très mal au milieu de terrain.

 

 

 

 

Montpellier :

 

Le XV de Montpellier : Thiery ; Nagusa, Mirande, S.Fernandez, Bustos Moyano ; (o) Trinh-Duc, (m) J.Tomas ; Gorgodze, Matadigo, Ouedraogo (cap) ; Fakate, Hancke ; Jgenti, Rofes, Figallo

 

Remplaçants : Caudullo, Leleimalefaga, De Marco, Bost, Paillaugue, Berard, Rees, Thiart

 

 

A noter :

 

            Ouedraogo annoncé titulaire malgré sa fracture de la main, sa participation est très incertaine a seulement quelques minutes du coup d’envoi. En cas de forfait, c’est Bost qui prendra sa place et Bornman qui prendra place sur le banc.

 

            La puissance de Fakate et de Matadigo associé à celle de Gorgodze, si il a bien une chose qui ne fera pas défaut du coté de Monpellier, c’est la « grinta », l’envie de faire mal et d’avancer.

 

            Bustos Moyano, l’artilleur de cette équipe est aligné à l’aile, le poste de demi d’ouverture étant dévolu au FTD (lui qui a évolué aussi au centre cette année).

           

            Fernandez et Mirande, en l’absence de Doumayrou, vont avoir un gros match à livrer face à des adversaires de grand talent et de grande expérience. La puissance toulousaine va être difficile à contrer pour eux.

 

 

 

Les clefs du match :

 

Pour Montpellier : l’occupation du terrain, le réalisme, la capacité à gagner des duels dans les zones d’affrontement

 

Pour Toulouse : la conservation de balle, appuyer là ou ça fait mal (touche, mêlée) et mettre sou pression l’axe 9-10 en gagnant les duels sur les premiers plaquages.

 

D’un coté, inutile de dire que le match est sur le papier perdu d’avance. Toulouse est archi-favori est la chance du MHR sera de déplacer le combat au maximum et de peser de tout son poids dans l’axe profond. Le risque ? Donner beaucoup de ballon de relance à Médard Heymans et Caucaunibuca. La stratégie va alors porter sur la conservation de balle et la capacité du MHR à mettre beaucoup de rythme. Si les hommes de Galthié et Béchu ne parviennent pas à déstabiliser le monolithe toulousain en multipliant les temps de jeu dans la largeur, il faudra passer par du pied très loin dans le camp de Toulouse et prier pour tomber sur un Heymans dans un mauvais jour. Mais à moins de surprendre Toulouse en les prenant à leur propre jeu (conquête et domination Z0-Z1), Montpellier va devoir se résoudre à défendre fort et jouer les ballons de récupération à fond en écartant très loin et très profond.

 

A l’inverse, Toulouse va tout faire pour mettre sous pression les jeunes joueurs du MHR en insistant beaucoup dans les Z0-Z1. La puissance de l’axe 9-10-12 permet au joueur de la ville Rose de faire mal en première main et de jouer après contact en assurant des relais main à main. La chance de Montpellier est de briser la dynamique dès le premier plaquage. Dans le cas contraire, si les duels sont perdus devant, le MHR risque de ramasser tout le match. Je ne pense pas voir une occupation au pied trop longue pour Skréla qui préférera certainement balancer des grandes quilles pour tester Thiery, pas spécialement connu pour son talent dans les airs. La stratégie toulousaine devrait ressembler à celle qui leur a permis de l’emporter face à Clermont.

 

 

Le pronostique : 32 à 15 pour Toulouse. Après une première mi-temps à sens unique, Toulouse mene rapidement au score pour céder seulement en fin de match.

Un essai de Servat et un drop de Skréla :)  

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Salles de Sport Toulouse 22/06/2011 13:23


En tout cas Montpellier a tout donné et c'est l'expérience qui a fait le reste, j'espère vraiment revoir les deux clubs à ce niveau là, ils le méritent.