Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Petites Histoires du Sport

Tournoi des VI Nations 2013 : Le XV du Tournoi

17 Mars 2013 , Rédigé par Pierre Ammiche Publié dans #Equipe de France de rugby

Ca y est. Après presque 2 mois le Tournoi des VI Nations 2013 a connu son dénouement. Une compétition remportée pour la deuxième année consécutive par le Pays de Galles. Un Tournoi qui reste un échec pour la France et l’Irlande, une grosse source d’espoir pour l’Italie et l’Ecosse et l’affirmation de la supériorité de l’Angleterre et des Gallois.

Une supériorité que nous allons retrouver logiquement affichée dans le XV du Tournoi 2013. Encore une fois une sélection subjective et discutable mais que je tente de justifier.

 

 

Jenkins (Pays de Galles) : Totalement oublié à Toulon, où il ne cire même plus le banc, mais capitaine de l’équipe qui remporte le Tournoi 2013… Le paradoxe Jenkins est total. Quand on voit sa tenue en mêlée et sa capacité à exploser tous ses adversaires, autant par force que par vice, c’est en toute logique qu’il se retrouve là. Il a signé à Cardiff (où il revient après seulement 1 saison dans le Var) pour se relancer l’année prochaine. Une vraie bonne nouvelle pour le rugby mondial.

 

Mentions : Marler (Angleterre) encore un peu tendre mais plus prometteur que jamais. Healy (Irlande) le meilleur gaucher du monde à l’heure actuelle, mais dans une équipe en perte de vitesse.  

 

 

Hibbard (Pays de Galles) : Il a commencé le tournoi en balance avec Rees. Puis il s’est petit à petit imposé comme un titulaire indiscutable. Pas toujours au top sur la touche, il s’est montré exemplaire dans le jeu.

 

Mentions : Youngs (Angleterre) l’ancien centre reconverti est une machine dans le jeu. Ses lancers suspects le privent d’une place dans le XV Majeur. Kayser (France), l’un des meilleurs français du Tournoi. Pas forcément un compliment mais il a été juste très fort.  

 

 

Jones (Pays de Galles) : Il est arrivé dans ce tournoi avec un statut de numéro 2 pour les Lions derrière Cole. Et puis il s’est imposé de match en match comme un droitier de très haut niveau. Longtemps considéré à tort comme une référence, il me fait mentir sur la saison 2013.

 

Mentions : Cole (Angleterre) solide mais un peu juste sur les deux derniers matchs. Mas (France) qui vient de livrer son plus mauvais tournoi en termes de discipline et de défense mais qui reste l’une des références mondiale du poste.

 

 

 

Launchbury (Angleterre) : C’était l’un des gros inconnu du XV de la Rose. En tout cas pour la majorité de ceux qui ne regardent pas assidument le championnat anglais. Et le gonze a juste emmerdé tout le monde. Il a réussi à pousser Lawes sur le Banc, il a embrouillé la plupart des alignements, a mis ses grands bras partout et a fait des ravages dans les zones de combats. Peut-être LA révélation du Tournoi 2013

 

Furno : Un joueur de deuxième division qui ne va pas le rester longtemps. Juste omniprésent lors des deux matchs les plus aboutis du XV italien (Angleterre puis Irlande) et sans doute l’une des découvertes cette année.

 

 

Mentions : Ryan (Irlande) sans qui le XV du trèfle aurait encore un peu plus subit. Maestri (France), totalement monstrueux sur l’ensemble du tournoi. Mais difficile de figurer dans le XV du tournoi avec une seule victoire…

 

 

 

Zanni : On parle beaucoup de Parisse. Mais il serait injuste de ne pas mettre un peu la lumière sur l’un des meilleurs joueurs italiens depuis plusieurs années. Il a été mobile, guerrier et irréprochable.

 

Dusautoir : L’ex-ex capitaine du XV de France était incertain. Un certain nombre d’observateur avait même émit des doutes ne serait-ce que sur sa présence dans le groupe… Seulement, sur le terrain, le Dark-Destroyer est un papa ! Meilleur plaqueur du Tournoi, il a fait taire une grosse partie des doutes et des critiques en 5 matchs.

 

Robshaw : Alors oui, Picamoles a été monstrueux. Il a marché sur tout le monde, il a marqué des essais, il a fait la loi dans les zones d’affrontement etc… Mais face à lui, Robshaw a été monstrueux aussi. Incroyable sur les ballons hauts, omniprésent au soutien et toujours sur l’avancée, il m’a juste soufflé. Bluffé. Ebahi… Et quand deux joueurs sont aussi proches, c’est finalement le bilan général de l’équipe qui prime.

 

Mentions : Picamoles (France). Heaslip (Irlande), qui a dû assumer le statut de capitaine indésirable mais qui a été une année de plus irréprochable sur le terrain.

 

 

Phillips (Pays de Galles) : Si on me dit que c’est le même joueur qu’à Bayonne, franchement, je ne vous crois pas… Alors certes, et avec tout le respect et l’amour que j’ai pour l’Aviron, ça n’est pas le même pack devant et le même dix derrière. Mais c’est simplement dans l’investissement et la présence physique que cela change du tout au tout. Il a juste été énorme d’un bout à l’autre de la compétition, en se transformant avec brio en neuvième avant.

 

Mentions : Murray (Irlande), qui a été l’un des rares Irlandais a sortir la tête haute du Tournoi. Youngs (Angleterre), qui a été très bon sur les 4 premiers matchs. Un peu moins inspiré à Cardiff, il reste l’un des bons Anglais.


 

Orquera (Italie) : Autant présent pour son talent que pour le manque global de concurrence sérieuse, il sort trois gros matchs contre la France, l’Angleterre et l’Irlande, les trois plus gros matchs de son équipe dans ce Tournoi.

 

Mentions : Biggar (Pays de Galles), qui remporte cette édition 2013 en tant que titulaire en 10. Néant… Sans Priesland, avec un Farrell blesse, un Michalak au fond du trou et un adolescent pré-pubère en Irlande, ça n’était pas vraiment le Tournoi des 10 cette année…

 

 

 

Cuthbert (Pays de Galles) : Puissant, il a explosé à lui seul le milieu de terrain anglais. Pas du tout le genre d’ailier que j’apprécie, il ne sait rien faire de ses pieds, pas grand-chose de ses mains, il ne fait pas une passe et a une technique individuelle proche du néant. Mais il gagne ses duels et fait avancer son équipe. Difficile de ne pas le mettre.

 

Tuilagi (Angleterre) : En balance avec Roberts qui l’a dominé sur le dernier match, il a été tellement déterminant face au Xv de France en s’imposant face à Bastareaud et tellement imposant en défense face à l’Italie, que sa présence est autant du à son talent qu’à sa capacité à répondre présent dans les moments difficiles.

 

O’Driscoll (Irlande): Pour son dernier Tournoi (à moins d’un renversement de situation un peu fou), BOD a été énorme. Une passe de génie contre les Gallois, un match au courage contre la France, une partie de guerrier contre l’Angleterre. Il a été l’un des rares Irlandais à faire plus de 3matchs… Gros cœur avec les doigts.

 

Halfpenny (Pays de Galles) : Il a joué à l’arrière mais a débuté sa carrière à l’aile. Et comme j’avais très envie de mettre un buteur, et que Halfpenny a été le meilleur réalisateur cette année… Bref, il mérite sa place.

 

Mentions : Brown (Angleterre),  Fofana (France), Roberts (Pays de Galles), North (Pays de Galles)

 


 

Hogg (Ecosse) : Il sait tout faire, il a été le meilleur Ecossais, il crée de l’incertitude, il apporte de la vitesse et est capable de mettre sur le cul la plupart de ses adversaires. Bref, c’est l’un des meilleurs arrières au sens large et le meilleur au sens strict.  

 

Mentions : Huget (France), qui a explosé comme une évidence à ce poste face à l’Angleterre et a confirmé sons statut de titulaire face à l’Irlande. Un joueur formidable quand il arrêtera de penser qu’il passe avant ses copains dans le jeu et qu’il sera capable de donner dans le bon tempo. Goode (Angleterre), un mec qui a su faire oublier Foden et Armitage en 6 mois… Chapeau. Masi (Italie) ne pouvait pas être ignoré non plus : exemplaire.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Ovule Musqué 21/03/2013 15:08

J'ai jamais vu jouer Robshaw en 8 avec les Harlequins. Généralement Nick Easter occupe le rôle (et il a encore de beaux restes). D'ailleurs après la blessure de Ben Morgan, Lancaster a préféré
replacer le flanker Tom Wood en 8.

Pour les autres arguments ça se tient.

(par contre, c'est Ben Youngs qui a joué tous les matchs comme titulaire à la mêlée, sauf celui contre l'Italie)

Pierre Ammiche 21/03/2013 16:31



Easter a eu un gros passage à vide (blessure et retour assez lent). Mais ca fait quelques mois qu'il est revenu. Mais j'ai vu au moins 4 matchs des Quins (sur environ 1an, c'est faible mais
disons que je regarde assez peu les matchs anglais) où il a joué 8. Et Wood en 8, devant Waldrom, ca m'a fait bizarre aussi. Mais je pense que c'est son utilité en touche qui a joué. Mais c'est
vrai que c'était pas le truc le plus évident à capter pour moi.


 


Pour Youngs, bien joué. C'était de lui que je parlais mais je suis peut-être un peu obsédé par Care... Mon côté "solidarité" avec les AA je pense. Merci, j'ai corrigé.


 


Ps : merci pour ton site connard, je suis l'ordinateur famillial.  



Ovule Musqué 18/03/2013 00:45

Robshaw en 8 ? C'est Ouin-Ouin qui tient ce blog ?

Pierre Ammiche 21/03/2013 14:32



Salut Ovule Musqué.


 


Désolé de la lenteur de la réponse mais je suis un prolétaire et de ce fait, je dois attendre d'être dans un lieu public pour bénéficier du réseau internet.




Tout d'abord, au dela du fait que Robshaw joue au poste de 8 avec les Quin's, il a evolué (dans le jeu) comme un troisième ligne centre tout au long du Tournoi. En depit de son numero 7 :
couverture sur le troisième rideau, defense au centre du terrain lors des temps de jeu dans sa moitié de terrain, et il a même pris le couloir de la 3eme ligne sur certaines mêlées defensives.
Alors non, il merite sa place à ce poste. Et probablement le trophée de meilleur joueur du tournoi.

Bisous