Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Petites Histoires du Sport

VIDEO : Le "Dark Destroyer" a 30 ans !

18 Novembre 2011 , Rédigé par Pierre Ammiche Publié dans #Top 14

Après celui de Maxime Médard, c’est au tour du capitaine de l’équipe de France de rugby finaliste de la coupe du monde de fêter son anniversaire. Thierry Dusautoir célèbre aujourd’hui ses 30 ans et pour l’occasion, j’ai ressorti des archives LPHS toutes les notes de Thierry Dusautoir depuis un peu moins de de 2ans. Une sorte d’hommage en forme de bonnes notes systématique ou presque.

 

Sans plus de préambule, retour sur les commentaires des 10 derniers matchs de « Titi » en bleus :

 

Argentine (tournée d’hiver 2009) :

 

Dusautoir : Il nous a fait du Dusautoir avec une destruction méthodique de l'adversaire sur tous les retours intérieurs, des grattages de balles (moins nombreuse qu'a l'accoutumée mais tout de même appréciable) et surtout un soutient et une présence de tous les instants. 7,5/10 

 

 

Pays de Galles (Tournoi 2010) :

 

Dusautoir : The Dark Destroyer est de retour ! 16 plaquages à lui tout seul, dont deux caramels de l’espace, une avancé perpétuelle sur tous les impacts, un soutient énorme, des déblayages de débile mental (c’est un compliment), il est le capitaine par l’exemple qui avait faillit en Italie.

Le bémol : il vole des « frags » à Bonnaire… (Pour ceux qui n’ont jamais joués en ligne, il vole les plaquages de ses partenaires pour augmenter ses propres stats)

 

Italie (Tournoi 2010) :

 

Dusautoir : Décevant jusqu’à la 60ème minute de jeu, c’est quand les autres leaders de combat sont sortis (Mas et Nallet) qu’il a commencé son chantier : 11 plaquages dont 6 dans les 15dernières minutes. Mais comme souvent il s’est montré maladroit ballon en main, incapable d’apporter un brin de folie à ce pack d’avant trop pragmatique et monolithique pour créer ne serait-ce qu’un brin d’incertitude dans le déplacement du combat. Nous sommes tombés dans le jeu Italien du début à la fin et ca n’est Dusautoir qui aurait pu y remédier. Mais au moins il aurait pu faire semblant…

3.5/10

 

Angleterre (Tournoi 2010) :


Dusautoir : grosse activité au plaquage, toujours au four et au moulin dans ses soutiens et dans sa défense, il se sera montré moins actif ballon en main.

L’action à retenir : Plus qu’une action, c’est sa capacité à faire tomber rapidement qui a été précieuse tout le match. Sans lui, les anglais auraient enchainés beaucoup plus facilement les temps de jeu. Il s’est accroché en défense comme un pit-bull à une grand-mère.

Il aurait pu… : en tant que capitaine faire la même chose que Nallet. J’en ai marre de voir les leaders de combat ne pas savoir faire un rucking sur un joueur qui n’a rien à foutre là où il est. 7/10

 

 

Irlande (Tournoi 2010) :

 

Dusautoir : Attention, le capitaine était fâché ! 14 plaquages dont deux gros caramels sur O’Driscoll (25ème) et Wallace. Le capitaine a été le premier à remettre l’équipe dans le bon sens, le meilleur plaqueur de la rencontre, le plus solide au combat et un pénible de première pour les adversaires du jour. Un grand Dusautoir aujourd’hui. C’est notre homme du match ! 9/10


 

Ecosse (Tournoi 2010) :

 

Dusautoir : Une entame de match moyenne et puis d’un coup, Dusautoir est revenu. 10 plaquages, une envie énorme, une vraie volonté de se proposer en tant que dynamiseur d’attaque dans les moments où l’équipe n’avait plus de vitesse, défenseur infranchissable lors des rares retours intérieurs… Un vrai match de Dark Destroyer.

L’action à retenir : Son magnifique soutient sur deux actions d’envergure (au relai de Servat une première fois, au relais de Trinh-Duc une seconde fois).

Le bémol : Il a mit du temps à rentrer dans son match mais rien de dramatique. Sa tendance à vouloir remettre l’équipe dans le bon sens à parfois semblée de trop, dans la mesure où il est incapable techniquement de faire jouer après contact. Mais vu qu’il avance à chaque fois, on lui pardonne. 7,5/10

 

Irlande (test pré mondial N°1) :

 

Dusautoir : Le capitaine a encore été exemplaire… ou presque. Ca fini presque par être lassant de compter ses plaquages (11 encore hier dont trois caramels de l’espace) tant nous avons l’habitude de voir le casque de « titi » à la pointe du combat, arrivant en planche dans les côtes de ses adversaires. Ce qui est plus rare, c’est son indiscipline : hier, 2 pénalités concédés (un ballon gardé au sol puis un hors-jeu en première mi-temps). Une performance de qualité pour celui qui devrait souffler la semaine prochaine. 6,5/10

 

Comme je travaillais au Parisien au moment des matchs de poules de l’équipe de France, les notes ne repartent qu’au moment du match contre l’Angleterre, en ¼ de finale !

 

Angleterre (1/4 de Coupe du Monde) :

 

Dusautoir : Moins en vue ballon en main que lors des premiers matchs des bleus, sa plus grande force a été de gagner les mètres nécessaires pour asséner de gros plaquages offensifs. Son rôle a été crucial pour briser les enchainements de temps de jeu anglais. Un match exemplaire comme toujours mais « seulement » 16 plaquages au bout d’un match de costaud. 7,5/10

 

Pays de Galles (1/2 de Coupe du monde)

 

Dusautoir : Le capitaine courage a été le meilleur joueur tricolore. 22 plaquages, beaucoup de combat et surtout un élément qui a été la clef de cette fin de partie : trois plaquages offensifs qui scelle le sort du match. Il a été le seul à avancer dans le dernier ¼ d’heure et surtout à été à la pointe du combat de A à Z. 6,5/10

 

 

Enfin : le double caramel de Dusautoir sur l’ailier Mark Cueto et sur le capitaine Anglais Lewis Moody. C’est notre cadeau.

Happy Birthday to You ! Happy Birthday to You ! Happy Birthday to You Thierry ! Happy Birthday to You !

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

daffos 18/11/2011 12:51

Je trouve dommage qu'il n'y ait pas davantage de discussions sur ce site qui pourtant est tres détaillé et demande de la part de son auteur beaucoup de travail (je connais.. le mien me prend plus
de temps que de raison..)

Mon cher Mr je vous lis au sujet de Dussautoir et je ne vois que "plaquage"..plaquage et encore "plaquage" (vous n'êtes pas le seul toute la presse est unanime a ce sujet)...A remarquer qu'il ne
peut pas faire autrement, c'est l'adversaire qui vient le percuter.
Un plaquage est un acte défensif par excellence...mais le "défensif" en tant que tel ne risque t'il pas de TUER le jeu ?

Si encore on plaquait comme on nous enseignait dans les temps "préhistoriques" du rugby, c'est a dire "aux jambes" laissant par cela VIVRE le ballon qui est quand même l'élément essentiel de ce
jeu...
Et si, délaissant le "rentre dedans" obsessionnel on privilégiait "l'évitement" de la part de celui qui porte le ballon ...
Ou si comme l'inventa "Docteur Pack"(Lucien Mias)on pratiquait le "demi tour contact" DEBOUT (j'ai bien dit DEBOUT)...

Moi Dussautoir je l'aimerai bien balle en main comme ses illustres prédecesseurs a son poste, les J.Prat (Monsieur rugby)Matheu..Barthes..Domec..Celaya..JP Rives ect

Je sais je parle de choses que "les moins de trente ans ne peuvent pas connaitre"...et c'est bien dommage vu les carences offensives (et le peu d'essais) du jeu de rugby actuel...

Cordialement HD