Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Les Petites Histoires du Sport

Japon : exister au delà de l'Asie

Japon :

 

Un peu d’histoire ? : Jouant pour la première fois en 1932 un match face au Canada (tiens, tiens…), la sélection à la « fleur courageuse » est, étrangement, un des pays comportant le plus de licencié au monde. Sport universitaire permettant à certains étudiant d’obtenir une bourse, un engouement certain s’est emparé du pays du soleil levant depuis une petite dizaine d’année. Détenteur de deux records à savoir la plus large victoire de l’histoire contre Taipei 155 à 3 en 2002, et la plus grosse défaite en coupe du monde 145 à 17 face à la Nouvelle-Zélande en 1995, le Japon est sans conteste la meilleur équipe d’Asie avec ses 6 participations en phases finales de coupe du monde.

 

Les cadres : James Arlidge (né en NZ et évoluant à Nottingham en Angleterre), Alisi Tupuailei (né au Samoa), Kosuke Endo, Luke Thompson (né en NZ), Takashi Kikutani (capitaine de la sélection).

 

Les objectifs : Un peu comme leurs adversaires canadiens, les japonais n’ont pas grand-chose à jouer sur ce mondial si ce n’est gagner leur confrontation face aux canadiens. Ne pas être ridicule sera aussi important pour les joueurs japonais. Et pourquoi pas même une victoire contre les Tonga, l’équipe qui tout en étant supérieure sur le papier, reste la plus prenable.

 

L’avis des petites histoires du sport : Une équipe qui malgré le grand nombre de licenciés du pays peine à trouver une équipe de qualité. Cette sélection se voit renforcée par un contingent non négligeable d’ « étrangers », via une politique de naturalisation mise en place par la fédération et par l’intervention d’un coach néo-zélandais, John Kirwan, qui se charge de convaincre les meilleurs étrangers du championnat japonais. Enfin, écrasant régulièrement les compétitions asiatiques, le Japon arrive solide comme jamais.

Malgré cela, le Japon parait totalement incapable de rivaliser avec le top 10 mondial, en témoigne leur incapacité à gagner contre les meilleures nations du monde. L’exception historique qui confirme la règle ? Une victoire contre l’Argentine.

Le plus gros souci pour le Japon sera de décider de la stratégie à adopter : tenter de se résoudre à jouer comme les nations du nord (mêlée, touche, jeu au pied) ou continuer à développer le particularisme nippon à savoir du jeu en Z3 systématique. 

Partager cette page

Repost 0