Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Les Petites Histoires du Sport

Articles récents

Rugby / Vidéo : L'essai de 100m de Rod Davies (Reds)

13 Mai 2013 , Rédigé par Pierre Ammiche

Il y a quelques jours, l'ailier Rod Davies (23 ans, 1 sélection) réclamait une deuxième chance chez les Wallabies.

Présent lors de la seule défaite de l'Histoire de l'Australie face aux Samoa (23-32) le 17 juillet 2011, il avait été pointé du doigt par la presse australienne suite à ce revers surprise. Il n'avait alors plus eu sa place dans le groupe des Wallabies.

Une situation qui apparaissait un peu injuste dans la mesure où seul deux joueurs présent lors de cette défaite historique avaient été écartés juste avant le mondial : Rod Davies et Mark Gerrard.

Mais en grande forme depuis quelques semaines, le joueurs des Reds s'est permis un petit appel du pied dans les colonnes du Sydney Herald.

S'il fallait convaincre les membres du staff, peut-être qu'un essai de 95m pourrait suffire à faire pencher la balance de son côté.

A noter que Feuai-Sautia, Génia, Cooper et Ioane sont aussi impliqués dans l'essai.

Essai de 100m des Reds.

Lire la suite

La liste des 35 pour la Nouvelle-Zélande selon LPHS

13 Mai 2013 , Rédigé par Pierre Ammiche

Kikoo les coquinous ! 

 
Comme souvent au moment des sélections qui se profilent, les prétendants à l'équipe de France semblent être des centaines, à tous mériter sincèrement leur place, à être légitime ou simplement assez bon pour postuler à un rôle chez les A. 
 
Cette tournée en Nouvelle Zélande ne fait pas exception avec 4 matchs :
 
08/06/13 : Nouvelle-Zélande – France (Auckland) 
11/06/13 : Auckland Blues - France (Auckland) avec un groupe élargie à 26 joueurs
15/06/13 : Nouvelle-Zélande – France (Hamilton) 
22/06/13 : Nouvelle-Zélande – France (New Plymouth)
 
Seulement la vie de sportif de haut niveau est souvent cruelle et nombreux seront les déçus. Les places sont rares et donc chères : 35. Si l'annonce d'un groupe si large a été faite de manière un peu tardive, elle donne l'opportunité à un plus grand nombre de joueur de se mettre en évidence et de connaitre une première sélection chez les grands. 
 
 
 
L'occasion est trop belle pour moi de vous donner ma liste et le pourquoi de cette liste. En partant d'un groupe très large de 155 joueurs (dans lequel ne figurent pas des joueurs comme Bonnaire, Rougerie, Bouilhou Thion, Traille ou encore Yachvili par exemple), j'ai longtemps hésité. Après une énorme réflexion (non là je bluffe), c'est donc un groupe de 35 que nous avons décidé de sélectionner
 
 
Piliers : Domingo, S.Taofifenua, Ben Arous, Mas, Ducalcon 
 
 
Difficile de constituer une équipe de France sans le deux monstres que sont Domingo et Mas. Les deux sont donc sélectionnés d'office, en dépit d'une fin de saison minée par les blessures pour le catalan et futur joueur de Montpellier Nicolas Mas
 
Du côté des joueurs qui deviennent peu à peu indispensables : Luc Ducalcon. Le pilier du Racing s'est imposé en club et se montre avec les Franciliens comme l'un des meilleurs du championnat à son poste. Il doit franchir un palier au niveau international au vu de son tournoi, mais il reste le joueur le plus susceptible de s'imposer dans le groupe France à ce poste. 
 
Enfin pour les "petits jeunes", on aurait pu réfléchir à Slimani, Poirot, Ric ou encore Chaume. Finalement, c'est le duo Eddy Ben Arous, (énorme en club) Sébastien Taofifenua (prometteur et dont la marge de progression est la plus importante) qui s'impose. 
 
 
 
 
Talonneurs : Orioli, Kayser, Szarzewski
 
Comme pour les piliers, deux joueurs au dessus s'imposent chez les talonneurs. D'un côté Benjamin Kayser, impressionnant durant le tournoi, et Dimitri Szarzewski qui reste le numéro un au poste malgré ses matchs ratés durant le VI Nations. Enfin le troisième larron, qui passe devant Guirado, Jean-Charles Orioli. Le Varois m'impressionne de plus en plus dans sa capacité de déplacement, sa solidité en mêlée et sa capacité à élever son niveau de jeu sur les 6 derniers mois. 
 
 
 
2ème ligne : Maestri, Samson, Flanquart, Vahaamahina, Taofifenua
 
C'est là où le coup de jeune était le plus attendu. Et avec le forfait de Pascal Papé, c'est très rapidement que les jeunes vont être plongés dans le bain effrayant de la Nouvelle-Zélande. Romain Taofifenua semble avoir une longueur d'avance sur Sébastien Vahaamahina, pourtant meilleur pendant le Tournoi. Yohann Mastri et Christophe Samson, titulaires ce printemps, semblent être en bonne position. Le dernier strapontin aurait pu se disputer entre Fabrice Metz et Alexandre Flanquart. C'est finalement le parisien qui l'emporte. 
 
 
 
3ème ligne : Dusautoir, Picamoles, Claassen, Chouly, Guiry, Ouedraogo  
 
Le capitaine Thierry Duautoir, très respecté en NZ s'impose naturellement. Louis Picamoles, énorme et tout simplement le meilleur huit du monde lui aussi. Il ne restait donc plus que 4 places à prendre pour les suivants. C'est dont Antonie Claassen, incontournable au CO, Fulgence Ouedraogo, capitaine du MHRC et Damien Chouly qui sont les premiers choisi. Le dernier sera Bertrand Guiry. Titulaire indiscutable cette saison avec l'Usap, il semble avoir franchit un palier et mérite sa chance au niveau supérieur.  
 
 
 
Demi de mêlée : Tillous-Borde, Parra, Michalak
 
C'est là que je vais devoir le plus me justifier... Morgan Parra, cela parait normal. Mais ensuite... Ensuite, Tillous-Borde est juste à un niveau monstrueux avec Toulon depuis le début de la saison. Il a fait oublier que Michalak n'était plus là, et si  Wilkinson est aussi énorme, l'ancien Castrais n'y est pas pour rien. 
Enfin, dernière chose : Frederic Michalak qui est demi de mêlée avec le RCT et qui semble capable de revenir dès cette tournée. La question reste : Michalak est-il meilleur en 9 ou en 10... 
 
 
 
Demi d'ouverture : Lopez, Trinh-Duc, Wisniewski
 
François Trinh-Duc est le seul 10 d'expérience et qui a joué avec les Bleus plus de 6 match au cours des 5 dernières années. Difficile de s'en passer. Jonathan Wisniewski, lui, réclame une chance qu'il parait mériter. La preuve ? Sans lui, le Racing était à la traine. Quand il revient, 8 victoires consécutives et un sacré niveau de jeu affiché. Enfin le dernier strapontin se jouait entre Jules Plisson et Camille Lopez. Le Bordelais l'emporte, simplement parce qu'il a eu la bonne idée de faire une phase retour plus intense que la phase allée. Le contraire du parisien. 
 
 
Centres : Bastareaud, Fickou, Fofana, Combezou, Chavancy 
 
La encore des évidences s'imposent : Wesley Fofana et Mathieu Bastareaud qui sont les deux meilleurs à leurs postes. Gael Fickou lui aussi semble avoir une longueur d'avance : en club il a fait oublier David et Fritz sur le match le plus important de la saison. Enfin les deux dernières places sont pour Henry Chavancy, le plus gros défenseur à son poste dans le TOP14 et Thomas Combezou qui s'est imposé comme l'un des meilleurs joueurs de Montpellier cette année. 
 
 
Ailiers/ Arrières : Poitrenaud, Huget, Médard, Bonneval, Fall
 
Un trio toulousain impressionnant (Clément PoitrenaudYohann Huget et Maxime Médard) auquel vient s'ajouter un jeune parisien qui explose en ce moment (Hugo Bonneval) et un joueur au talent brut mais trop fragile pour s'imposer comme un joueur incontournable (Benjamin Fall). 
 
 
En bonus : Vakatawa. Juste le meilleur jeune joueur du Top14. Il pourrait être sélectionné dès le prochain Tournoi.   
 
 
POUR LA PREMIERE FOIS : découvrez la liste des 35 joueurs en infographie
Lire la suite

Austin #Healey qui explique que #Robshaw doit...

12 Mai 2013 , Rédigé par Pierre Ammiche Publié dans #Healey, #Robshaw

Lire la suite

#Castrogiovanni en larmes après son dernier match...

11 Mai 2013 , Rédigé par Pierre Ammiche Publié dans #Castrogiovanni

Lire la suite

Le billet du Pammiche 4 : les malades imaginaires...

21 Mars 2013 , Rédigé par Pierre Ammiche Publié dans #Top 14

Après une nouvelle petite duperie au sujet d'un joker médical fabriqué de toute pièce par Clermont, j'ai pris ma petite plume pour pondre un nouveau coup de gueule un peu moisi. Cette tendance à remplacer des illustres mais courageux inconnus par des stars venues du pacifique me rend fou... L'occasion de faire un petit billet audio.

 

 

Lire la suite

Tournoi des VI Nations 2013 : Le XV du Tournoi

17 Mars 2013 , Rédigé par Pierre Ammiche Publié dans #Equipe de France de rugby

Ca y est. Après presque 2 mois le Tournoi des VI Nations 2013 a connu son dénouement. Une compétition remportée pour la deuxième année consécutive par le Pays de Galles. Un Tournoi qui reste un échec pour la France et l’Irlande, une grosse source d’espoir pour l’Italie et l’Ecosse et l’affirmation de la supériorité de l’Angleterre et des Gallois.

Une supériorité que nous allons retrouver logiquement affichée dans le XV du Tournoi 2013. Encore une fois une sélection subjective et discutable mais que je tente de justifier.

 

 

Jenkins (Pays de Galles) : Totalement oublié à Toulon, où il ne cire même plus le banc, mais capitaine de l’équipe qui remporte le Tournoi 2013… Le paradoxe Jenkins est total. Quand on voit sa tenue en mêlée et sa capacité à exploser tous ses adversaires, autant par force que par vice, c’est en toute logique qu’il se retrouve là. Il a signé à Cardiff (où il revient après seulement 1 saison dans le Var) pour se relancer l’année prochaine. Une vraie bonne nouvelle pour le rugby mondial.

 

Mentions : Marler (Angleterre) encore un peu tendre mais plus prometteur que jamais. Healy (Irlande) le meilleur gaucher du monde à l’heure actuelle, mais dans une équipe en perte de vitesse.  

 

 

Hibbard (Pays de Galles) : Il a commencé le tournoi en balance avec Rees. Puis il s’est petit à petit imposé comme un titulaire indiscutable. Pas toujours au top sur la touche, il s’est montré exemplaire dans le jeu.

 

Mentions : Youngs (Angleterre) l’ancien centre reconverti est une machine dans le jeu. Ses lancers suspects le privent d’une place dans le XV Majeur. Kayser (France), l’un des meilleurs français du Tournoi. Pas forcément un compliment mais il a été juste très fort.  

 

 

Jones (Pays de Galles) : Il est arrivé dans ce tournoi avec un statut de numéro 2 pour les Lions derrière Cole. Et puis il s’est imposé de match en match comme un droitier de très haut niveau. Longtemps considéré à tort comme une référence, il me fait mentir sur la saison 2013.

 

Mentions : Cole (Angleterre) solide mais un peu juste sur les deux derniers matchs. Mas (France) qui vient de livrer son plus mauvais tournoi en termes de discipline et de défense mais qui reste l’une des références mondiale du poste.

 

 

 

Launchbury (Angleterre) : C’était l’un des gros inconnu du XV de la Rose. En tout cas pour la majorité de ceux qui ne regardent pas assidument le championnat anglais. Et le gonze a juste emmerdé tout le monde. Il a réussi à pousser Lawes sur le Banc, il a embrouillé la plupart des alignements, a mis ses grands bras partout et a fait des ravages dans les zones de combats. Peut-être LA révélation du Tournoi 2013

 

Furno : Un joueur de deuxième division qui ne va pas le rester longtemps. Juste omniprésent lors des deux matchs les plus aboutis du XV italien (Angleterre puis Irlande) et sans doute l’une des découvertes cette année.

 

 

Mentions : Ryan (Irlande) sans qui le XV du trèfle aurait encore un peu plus subit. Maestri (France), totalement monstrueux sur l’ensemble du tournoi. Mais difficile de figurer dans le XV du tournoi avec une seule victoire…

 

 

 

Zanni : On parle beaucoup de Parisse. Mais il serait injuste de ne pas mettre un peu la lumière sur l’un des meilleurs joueurs italiens depuis plusieurs années. Il a été mobile, guerrier et irréprochable.

 

Dusautoir : L’ex-ex capitaine du XV de France était incertain. Un certain nombre d’observateur avait même émit des doutes ne serait-ce que sur sa présence dans le groupe… Seulement, sur le terrain, le Dark-Destroyer est un papa ! Meilleur plaqueur du Tournoi, il a fait taire une grosse partie des doutes et des critiques en 5 matchs.

 

Robshaw : Alors oui, Picamoles a été monstrueux. Il a marché sur tout le monde, il a marqué des essais, il a fait la loi dans les zones d’affrontement etc… Mais face à lui, Robshaw a été monstrueux aussi. Incroyable sur les ballons hauts, omniprésent au soutien et toujours sur l’avancée, il m’a juste soufflé. Bluffé. Ebahi… Et quand deux joueurs sont aussi proches, c’est finalement le bilan général de l’équipe qui prime.

 

Mentions : Picamoles (France). Heaslip (Irlande), qui a dû assumer le statut de capitaine indésirable mais qui a été une année de plus irréprochable sur le terrain.

 

 

Phillips (Pays de Galles) : Si on me dit que c’est le même joueur qu’à Bayonne, franchement, je ne vous crois pas… Alors certes, et avec tout le respect et l’amour que j’ai pour l’Aviron, ça n’est pas le même pack devant et le même dix derrière. Mais c’est simplement dans l’investissement et la présence physique que cela change du tout au tout. Il a juste été énorme d’un bout à l’autre de la compétition, en se transformant avec brio en neuvième avant.

 

Mentions : Murray (Irlande), qui a été l’un des rares Irlandais a sortir la tête haute du Tournoi. Youngs (Angleterre), qui a été très bon sur les 4 premiers matchs. Un peu moins inspiré à Cardiff, il reste l’un des bons Anglais.


 

Orquera (Italie) : Autant présent pour son talent que pour le manque global de concurrence sérieuse, il sort trois gros matchs contre la France, l’Angleterre et l’Irlande, les trois plus gros matchs de son équipe dans ce Tournoi.

 

Mentions : Biggar (Pays de Galles), qui remporte cette édition 2013 en tant que titulaire en 10. Néant… Sans Priesland, avec un Farrell blesse, un Michalak au fond du trou et un adolescent pré-pubère en Irlande, ça n’était pas vraiment le Tournoi des 10 cette année…

 

 

 

Cuthbert (Pays de Galles) : Puissant, il a explosé à lui seul le milieu de terrain anglais. Pas du tout le genre d’ailier que j’apprécie, il ne sait rien faire de ses pieds, pas grand-chose de ses mains, il ne fait pas une passe et a une technique individuelle proche du néant. Mais il gagne ses duels et fait avancer son équipe. Difficile de ne pas le mettre.

 

Tuilagi (Angleterre) : En balance avec Roberts qui l’a dominé sur le dernier match, il a été tellement déterminant face au Xv de France en s’imposant face à Bastareaud et tellement imposant en défense face à l’Italie, que sa présence est autant du à son talent qu’à sa capacité à répondre présent dans les moments difficiles.

 

O’Driscoll (Irlande): Pour son dernier Tournoi (à moins d’un renversement de situation un peu fou), BOD a été énorme. Une passe de génie contre les Gallois, un match au courage contre la France, une partie de guerrier contre l’Angleterre. Il a été l’un des rares Irlandais à faire plus de 3matchs… Gros cœur avec les doigts.

 

Halfpenny (Pays de Galles) : Il a joué à l’arrière mais a débuté sa carrière à l’aile. Et comme j’avais très envie de mettre un buteur, et que Halfpenny a été le meilleur réalisateur cette année… Bref, il mérite sa place.

 

Mentions : Brown (Angleterre),  Fofana (France), Roberts (Pays de Galles), North (Pays de Galles)

 


 

Hogg (Ecosse) : Il sait tout faire, il a été le meilleur Ecossais, il crée de l’incertitude, il apporte de la vitesse et est capable de mettre sur le cul la plupart de ses adversaires. Bref, c’est l’un des meilleurs arrières au sens large et le meilleur au sens strict.  

 

Mentions : Huget (France), qui a explosé comme une évidence à ce poste face à l’Angleterre et a confirmé sons statut de titulaire face à l’Irlande. Un joueur formidable quand il arrêtera de penser qu’il passe avant ses copains dans le jeu et qu’il sera capable de donner dans le bon tempo. Goode (Angleterre), un mec qui a su faire oublier Foden et Armitage en 6 mois… Chapeau. Masi (Italie) ne pouvait pas être ignoré non plus : exemplaire.

Lire la suite

Le billet du Pammiche 3 : Flanquart chez les Bleus

12 Mars 2013 , Rédigé par Pierre Ammiche Publié dans #Equipe de France de rugby

Touché face à l'Irlande, Yoann Maestri est incertain pour le dernier match du tournoi face à l'Ecosse. C'est donc un nouveau joueur qui a été appelé en cas de forfait du toulousain : Alexandre Flaquart le deuxième ligne du Stade Français. La première "petite surprise" de Saint-André" depuis le début du Tournoi.

 

 

 
Lire la suite

Irlande - France (13-13) : les notes des joueurs

10 Mars 2013 , Rédigé par Pierre Ammiche Publié dans #Equipe de France de rugby

J'ai rarement autant hurlé pour un match. Autant pesté. Autant soulé mes vieux chez qui j'avais fait escale pour ce match. Même face à l'Italie et ce match affreux, même lors de la défaite face au Pays de Galles, même lors du revers contre l'Angleterre. J'étais tellement en colère que je suis même parti en laissant une partie de mes notes de match...

 

Pour rappel : un match nul, nul et re-nul, des conditions irlandaise à en faire triquer un poney Shetland (une sorte de Pottok écossais qui aime moins le soleil, plus la pluie mais autant la bière que notre ami basque) et un vent a decorné les bovins les plus téméraires. Bref, un match de merde. Les notes ? Tiens...

 

 

 

Domingo : puissant en mêlée fermée et plus en vue dans le jeu, c’est une performance de haut niveau que le Clermontois a livré. Il a largement pris le dessus sur son vis-à-vis Ross qu’il a poussé à la faute. Un match comme souvent de haut niveau et encourageant quand on pense au fait qu’il a été blessé longuement cette saison. Il se paye même le luxe d’une petite percée dans la contuinité d’un premier duel gagné par Kayser. 5/10

 

 

Remplacé par Debaty (66e) : Ca n’est pas la faut du Belge s’il est entré alors que Domingo enfonçait le clou face à Ross… Délicat de rentrer alors qu’il ne reste que peu de temps pour se mettre en évidence. Mais comme Debaty est un compétiteur de haut niveau, il a réussi à débuter le match pied au plancher. Il sauve probablement le XV de France sur une poussette d’en l’en-but sur Earls qui partait à l’essai. Non noté

 

 

Kayser : Sauf erreur de ma part, Szarzewski vient de perdre sa place. Car son concurrent au poste à juste été au-dessus. Bien au-dessus.  Impeccable ou presque en touche (un lancer pas droit, un contre) mais surtout l’un des rares tricolores à avancer sur les 65 minutes qu’il a joué. Très présent en défense. Bref, un match épais pour un joueur qui prend de l’épaisseur. 6/10

 

 

Remplacé par Guirado : une bonne entrée pour Guirado qui a apporté dynamisme et énergie dans les derniers instants du match. Non noté.

 

 

Mas : encore une pénalité idiote concédée (21e) qui heureusement ne permet à l’Irlande de prendre le large (échec de « Baby face » Jackson). Dans le jeu moyen, mais très solide en mêlée fermée. J’ai une impression sévère quant à son sujet : il n’est pas à son meilleur niveau sur ce tournoi. S’il me semblait devant Castrogiovanni et Jones, aujourd’hui il n’arrive que 5 ou 6ème dans la hiérarchie mondiale. Et puis je me souviens que Cian Healy a été transparent et que Mas a joué tout le match, chose rare pour un première ligne, exceptionnelle pour un droitier. 4,5/10

 

 

Samson : Moins performant qu’à Twickenham, le Castrais a tout de même été généreux dans la mandale et le déblayage. L’un des défenseurs les plus actifs (13 plaquages), il s’est tout de même montré d’une naïveté sans nom dans son contre en touche. 5/10

 

 

Maestri : Peut-être son moins bon match depuis presque 2ans. Il a loupé des plaquages (10e, 49e), il n’a pas su lire du tout la touche irlandaise (l’une des meilleurs du monde, certes, mais là…). Le comble, c’est qu’il se blesse à l’épaule à la 51e. Malgré tout, son absence possible face à l’Ecosse serait préjudiciable pour le XV de France. 4/10

 

 

Remplacé par Vahaamahina (51e) : Peut-être l’entré décisive pour le XV de France. A lui seul il a su remettre le XV de France dans le bon sens en gagnant ses duels. Il vient de prendre une longueur d’avance sur Taofifenua, un peu trop facile lors de ces rares apparitions en Bleus.

 

 

Nyanga : … Que dire… Courageux et plein d’envie. Mais il n’a pas gagné beaucoup de duels, il n’a pas fait preuve d’une présence défensive aussi soutenue qu’à son habitude. Plus grave, capitaine de la touche, il a été dévoré dans ce registre par Ryan et sa science de l’alignement. 4/10

 

 

Remplacé par Claassen (66e) : Bien meilleur qu’en Angleterre où il n’avait fait que défendre. Puissant et surtout décisif dans les soutiens  

 

 

Dusautoir : C’est subjectif (COMME TOUJOURS) mais je l’ai trouvé énorme. Il a juste fait taire le joueur qui portait le plus la balle, le mec qui avance le plus depuis le début du Tournoi, O’Brien. « Le boucher » s’est fait Black-destroyerisé. Seul bémol, il prend un vent face à Brian O’Driscoll. Mais il livre un match exemplaire. Et si l’on oublie le match face à l’Italie, Dusautoir s’impose comme le fer de lance de cette équipe…  Pas sûr que ce soit vraiment un compliment vu le niveau du XV de France. 5/10

 

 

Picamoles : Le meilleur joueur du Tournoi. Il aurait été Australien ou Sud-Africain, il aurait été considéré comme une star. C’est un tronc. Dur à plaquer, solide dans les airs, il enfonce la défense à lui tout seul (ou presque) en jouant une pénalité rapidement. C’est encore lui qui sauve la patrie en aplatissant devant Earls. Il a fait très mal à l’Irlande d’un bout à l’autre du match. Il a fini cramé, plus d’essence dans le moteur. 6,5/10   

 

 

Parra : Un match où Morgan a toujours semblé forcer les choses. Forcer ses passes, forcer son jeu au pied, forcer la dynamique, forcer sa pénalité (loupé) alors que le temps fort des Bleus devait être récompensé. Mais comme souvent, il fait des choix décisifs et sa maitrise des gros qu’il cornac comme un vieux grognard (50 sélections tout de même) pousse à ne pas le détruire. Des passes pas toujours dignes d’un 9 de son talent. Mais une prestation au-dessus de celles de Machenaud. A notre sa feinte de coup de pied qui aurait pu mal tourner… Mais il s’en sort du droit, un irlandais dans les côtes. 4/10

 

 

Michalak : Mon dieu, pardonnez-moi. Mais Fred… A ETE TRES MAUVAIS ! Je t’ai défendu, mon joueur préféré de l’univers. Mais là tu as été d’une nullité sans nom. Trop loin de la ligne d’avantage, un manque de vitesse, un manque de lucidité, transi par la peur d’attaquer la ligne face à une défense intelligente, un rythme un peu dégueulasse, une incompréhension constante avec Fritz (jamais dans le bon tempo), un jeu au pied tellement moins bon qu’en face… Bref, il a été mauvais. Illustration : son coup de pied scandaleux sur la dernière action française. Manque de lucidité, d’accord, mais rendre un ballon au pied dans le temps additionnel à 30m de l’en-but adverse… Il faut être con là…

A sa décharge : il n’a pas encore joué deux fois de suite avec le même neuf et le même douze depuis presque 1an et demi. Il passe la pénalité de l’égalisation avec un gros mental après un match merdique comme ça… 2/10

(Je t’aime encore Fred… Vraiment d’amour…)

 

 

Médard : Il a joué ? Ah bon… 3/10

 

 

Fofana : On ne marque pas un essai de fifou à chaque match. Mais il n’a pas pesé sur le match et a perdu son duel face à Brian O’Driscoll. Il a été pénalisé pour une balle conservée au sol, et surtout n’a touché que bien trop peu de ballons. Juste le temps de gâcher le début d’un surnombre.  3/10

 

 

Fritz : Jamais vraiment dans le bon rythme, pas spécialement utile ni en attaque ni en défense. Une sélection de plus. C’est bien la seule chose à retenir de ce match. 3/10

 

 

Remplacé par Bastareaud : Son entrée correspond pile poil avec le regain d’envie de puissance du XV de France. Son premier ballon ? Il explose Jackson. Ensuite ? Il pète les centres adverses, il ruine les mecs qui tentent de le prendre, il avance sur tous ses ballons.

 

 

Clerc : Les ailiers n’auront pas été la fête. Mais Vincent, peut-être pas à son top physiquement, est souvent resté coincé sur son aile. Il n’a rien véritablement apporté, mais n’a pas subi la loi de son adversaire. Pas un match pour lui. 3/10

 

 

Huget : Huget est en train de me retourner le cerveau. Je ne comprenais pas du tout ce qu’il foutait dans le groupe France il y a deux ans. Je ne comprends ce qu’il foutait sur le terrain l’année dernière. Il y a 6 mois Je ne comprenais pas ce que Toulouse avait branlé en le prenant. Et puis il m’a fait bien mentir. Solide contre l’Angleterre, il a peut-être son meilleur match hier. Enorme en l’air, sobre dans son jeu au pied, quelques tentatives de relance sans jamais forcer, une occupation monstrueuse lorsque l’équipe de France prenait le bouillon (38e). Un gros match pour un joueur qui est en train de me démontrer que j’avais tort (après ne mentons pas, à la moindre erreur, même minime, je le salirai comme jamais). Vraiment. Gros bémol sur ce nouveau surnombre qu’il gache à 3 contre 1. Moi entraineur ? Je le sors sur le champ et sans sommation et il fait 5 tours de terrain pour sa coupe de cheveux. 6/10

 

 

Lire la suite

Le billet du Pammiche 3 : In BOD we had trust !

9 Mars 2013 , Rédigé par Pierre Ammiche Publié dans #Equipe de France de rugby

Cet après-midi, ca sera probablement le dernier match de Brian O'Driscoll à Dublin. L'occasion pour moi de me projeter rapidement sur l'"histoire BOD", et le "In Bod We Trust"

 

Un papier qui, comme quelques fois, sera à écouter...

 

 

 

 

  

 


Lire la suite

Rugby / Vidéo : 3 minutes de rugby total

26 Février 2013 , Rédigé par Pierre Ammiche Publié dans #Vidéos

Après quelques matchs dans le Tounoi des VI Nations, je vous propose une orgie de ce que vous n'avez pas vu depuis des semaines ... Du jeu de partout.

 

Alors c'est facile : du physique, du rugby moderne et total où les piliers et les deuxièmes lignes sont ultra mobiles, un arbitre qui joue le jeu et des intentions d'aller vers l'avant et de ne pas foutre les mains sur la balle toutes les 20 secondes, une formation où tous les joueurs savent faire une passe à plus de 5m...

 

Pour modérer mes propos : nous sommes à la 65ème et certains joueurs sont crâmés, et gagner ou perdre, dans le SuperRugby, n'est pas vraiment le plus important pour tout le monde.

 

Au final, c'est bon, c'est beau, et c'est dur de s'imaginer 3 secondes les Bleus, ou n'importe quel équipe européenne, contester la domination néo-zélandaise...

 

 

 


 
Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>