Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Les Petites Histoires du Sport

XV de France : Piliers Gauche

Rédigé par Pierre Ammiche

Et si on faisait un point sur les Français pouvant postuler, de près ou de loin, à la grande équipe de France ?

Un exercice long et fastidieux, mais qui me semble nécessaire à la veille d'attaquer l'année 2014.

 

Parce que si des postes semblent faibles, si des joueurs sont totalement oubliés, si des clubs sont tout simplement sur-représentés ou au contraire délaissés par le staff, c'est peut-être aussi parce que le staff du Xv de France a décidé de ne plus trop s'intéresser à une grosse soixantaine de joueurs.

C'est donc pour essayer de faire un point sur la saison de chacun et de débattre des chances des joueurs moins suivis que nous allons tenter de prendre en considération tous les joueurs Français ou sélectionnable avec le XV de France.

 

Pour rendre ce travail plus digeste, il se fera poste par poste : 

 

Pilier gauche : 

 

Ils sont dans le coup : 

 

Tout d'abord, un mot sur ceux qui font déjà parti du groupe France : Yannick Forestier (Castres, 8 sélections), réputé pour sa force et sa tenue en mêlée de qualité. Vincent Debaty (Clermont, 20 sélections) et Thomas Domingo (Clermont, 28 sélections) semblent incontournables en Bleus. Domingo est même le titulaire indiscutable si les blessures l'épargnent quelques temps. Si les trois partent avec une certaine avance sur les autres, attention à n'oublier personne... 

 

Ils ne sont pas loin :

 

Clermont : Daniel Kotze (Clermont 1 sélection) a tapé dans l'oeil des sélectionneurs. Au moins suffisament pour partir en tournée en Nouvelle-Zélande. Alors sait-on jamais, sur un malentendu... 

 

Oyonnax : Antoine Tichit est un peu la surprise de cette année. Il a déjà signé en faveur de l'USAP pour l'an prochain. Son coach Christophe Urios lui voit un avenir en Bleus. Et pour tout dire, vu ce qu'il montre sur le terrain, on a presque envie d'y croire aussi. 

 

Perpignan : Côté USAP, un joueur se détache : Sebastien Taofifenua. Gros potentiel, de bonnes mains, des vraies qualités physiques. Seulement le garçon est vraiment loin du poids de forme d'un pilier moderne. Mais comme certains par le passé, si le jeune homme fait ce qu'il faut, il pourrait avoir le droit à sa chance. 

 

Racing : Un joueur à une énorme carte à jouer dans les 18 prochains mois : Eddy Ben Arous. Ultra-dynamique, puissant, rapide, il est un pilier talentueux et prometteur. Et il joue de plus en plus. Perso, je suis convaincu qu'il devrait faire le Tournoi pour le bien du XV de France. 

 

Ca va être compliqué : 

 

A Bordeaux : Jefferson Poirot et Jean-Baptiste "Brad" Poux sont l'exemple parfait des joueurs qui pourrait apparaitre dans un groupe France mais qui risque de ramer pour y arriver. D'un côté, Poux, titulaire indiscutable à Bordeaux et qui cumule à la fois expérience et performance. Son profil de "papa" pourrait donner des idées à Yannick Bru. Mais difficile d'y croire... De l'autre, Jefferson Poirot est un joueur à très fort potentiel et un des jeunes en qui l'on peut croire pour l'avenir. Seulement, temps de jeu limité et une certaine indiscipline font que le XV de France parait encore loin.

 

A Clermont : C'est Raphael Chaume qui toque à la porte de l'équipe de France. Suppléant de qualité de Domingo dans son club, le jeune pilier (24ans) est de plus en plus à l'aise dans son rôle de pilier et progresse encore. Prometteur. 

 

A Montpellier : C'est un peu l'oublié des 2 dernières années... Yvan Watremez est en train de revenir à un superbe niveau et enchaine le titularisations avec son club. Un retour en grace qui, je l'espère, ne restera pas sans être vu par Yannick Bru. 

 

A Toulouse : Si chez les -20ans il était vraiment au dessus du lot, Cyril Baille a encore beaucoup de travail. Et à Toulouse, on ne brule pas les étapes. Si la concurrence se nomme Fereira ou Steenkamp, avoir du temps de jeu est déjà une performance. Mais il semble partir de loin. 

 

A Toulon : Débarqué dans un gros club sur le tard, Emmanuel Felsina est un pilier français de haut niveau. Et s'il bénéficie assez largement de l'apporte de ses deuxièmes lignes, il reste un bon pilier. Pas encore assez pour être une évidence en Bleus. 

Sur la rade, un jeune joueur est ultra prometteur à gauche : Florian FresiaComme toujours avec les piliers, attention à ne pas bruler les étapes. Mais si le garçon continue à travailler, à grapiller du temps de jeu au RCT et à montrer qu'il est un bon joueur, son profil pourrait séduire le staff des Bleus. A voir, mais surtout à suivre. 

 

Ils sont battus : 

 

A BayonneAretz Iguiniz (4 fois titulaire, 265min) avait commencé la saison titulaire et capitaine. Puis il est passé deuxième puis troisième dans la hierarchie des gauchers de l'Aviron. Trop compliqué d'être remplaçant dans un club de fin de classement et espérer quoi que ce soit. Encore plus quand on a 30ans. Raisonement qui marche a fortiori pour Pierre Lafond (35min), Florian Lapeyrade et Bertrand Perez (0min). 

 

A Biarritz : Alexandre Menini (7 titularisations) et Thomas Synaeghel (4 titularisations) se disputent le poste au sein du club basque. Mais aucun des deux ne semble vraiment capable d'être testé au niveau supérieur, tant la mêlée de Biarritz cette année semble en difficulté. 

Dans une moindre mesure Fabien Barcella (156min, 3 titularisations mais 20 sélections en équipe de France quand même) est dans le même cas que les Bayonnais : un joueur pas indispensables dans un clubs en grande difficulté. 

Chez les espoirs : Michael Dallery et Cecilion Puleoto (je vous jure) peuvent jouer leur carte dans quelques temps. 

 

A Bordeaux Laurent Delboulbes qui n'a été aligné que de manière sporadique et n'est que le troisième pilier gauche au sein de son club. 

 

A Brive : Paul-Henri Emile (27min), Mathieu Barres (ancien pôle France) Damien Lavergne (champion de France Espoir poule B) et même Victor Laval sont tous très jeune et n'ont pas de temps de jeu ou presque. Bon courage à eux. 

 

A Castres : Ils sont trois en Espoir avec Thibault de Freitas, Julien Grolleau et Florian Houerie à espérer gagner du temps de jeu pour postuller un jour peut-etre au plus haut niveau un jour. 

 

A Clermont : les espoirs se nomment Mickaël Simutoga, Etienne Falgoux, Youssef Armouni et Théo Castinel. Plus vieux mais avec un temps de jeu très limité, Adrien Oléon semble marquer le pas en ce début de saison. 

 
A Grenoble : Pas beaucoup de temps de jeu pour Romain David, titulaire à une seule reprise. Alexandre Dardet est lui un espoir. Il aura peut-etre du temps de jeu cette saison. 
 
 
A Oyonnax : David Jacquet et Maxime Railler (né en 1996 SVP !) sont les espoirs du club. Un club qui fait murir et grandir ses joueurs tranquillement 
 
 
Au Stade Français : Romain Frou et Benjamin Chabert ne sont plus vraiment des espoirs et pourtant ils semblent capable de se révéler dans la saison. D'ici à ce qu'il explosent (si ils explosent un jour), le temps va leur paraitre long... 
 
 
A Perpignan : Les epoirs Sylvain Favre et Enzo Forletta tapent tranquillement à la porte. Mais il faudra être patient. Tout comme pour Pascal Cotet. 
 
 
Au Racing : Julien Brugnault était titulaire indiscutable l'an dernier. Il est aujourd'hui le troisième pilier derrière Tonga'huia et Ben Arous. Et comme il n'est plus vraiment un jeune loup... 
 
 
A Toulouse : Kilian Marie et Rodrigue Neti sont encore jeune et en formation. Comme tous les joueurs toulousains, à suivre dans l'avenir. 
 
 
 
 
 
MES 3 POUR LA COUPE DU MONDE : 
 
Thomas Domingo 
Eddy Ben Arous 
Vincent Debaty
Julien Grolleau 

Partager cette page

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :