Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Petites Histoires du Sport

La petite histoire de... Eric Moussambani : l'Olympisme plus fort que la stupidite

30 Octobre 2010 , Rédigé par Pierre Ammiche Publié dans #La petite histoire de...

La petite histoire de… Eric Moussambani : le combat d’une vie, entre le courage d’un homme et la studipité des autres.

 

Dans la vie parfois, au hasard des rencontres, des voyages, des discussions, deux mondes se télescopent. Deux univers, deux réalités différentes s’opposent sans se combattre. Ces moments où l’émotion ressentie et la force du symbole prennent le pas sur l’instant que nous vivons. De ces moments où prendre du recul nous apparait comme la pudeur nécessaire.

Eric Moussambani. Ce nom ne vous dit probablement rien. Pourtant, c’est une image comme celle-ci que symbolise cet athlète. Celle d’un Homme certainement incompris, moqué, mais au courage touchant. Celle d’un homme qui n’appartient pas à la même réalité que les autres. Celle d’un sportif qui n’a peut-être pas la même vision de la victoire.

 

"Eric l'Anguille", le meilleur nageur de l'Histoire de la Guinée Equatoriale 

 

Eric est nageur. Il participe aux Jeux Olympiques de 2000 à Sydney. Il y a représenté son pays avec fierté : la Guinée Equatoriale. Il a consenti comme tous les autres athlètes à des sacrifices. Il a connu la cérémonie d'ouverture et a côtoyé les champions venus du monde entier. Il a participé à son épreuve. Et pourtant, sans avoir remporté la moindre médaille, il restera comme l’une des plus grandes « stars » de ces JO Australiens.

 

Tout le monde connait ces images : celle d’un jeune noir de 22 ans, seul, au milieu d’une piscine olympique, luttant de toutes ses forces pour ne pas se noyer et tout donner pour finir un 100m interminable. Celle de deux commentateurs hilares qui entre deux explosions de rires tentaient vainement d'être professionnels. Celle d’un stade entier entourant le bassin olympique, debout, encourageant Eric avec plus de ferveur que Ian Thorpe (nageur Australien) lui-même. Enfin celle d’un jeune homme au bord de l’apoplexie, fier de lui malgré un temps de 1minute 52 secondes et 72 centièmes (à titre de comparaison, le record du monde était de 47 secondes 84 au moment de ces JO).

Moussambani déclarera avec honnêteté : « Les 15 derniers mètres étaient les plus durs de tous ». Il met en effet plus de 25 secondes à les faire sous les applaudissements sincères de sa délégation fémélique.

Evidemment, la majorité de ceux qui ont vu ses images ont bien rigolés. Ils ont vu un noir se ridiculiser dans l’eau. Ils ont vu un participant à la plus prestigieuses des compétitions sportive être moins bon qu’eux. Ils ont vu ces images en direct accompagnées des rires incontrôlables (mais odieux) de ceux qui commentaient l’épreuve…

 

Eric Moussambani : magnifique symbole de l'olympisme 

 

Moussambani est né en Guinée Equatoriale. Ce petit pays enclavé entre le Cameroun et le Gabon est l’un des plus pauvres et les moins développé du monde. Moussambani n’a alors jamais vu une piscine de plus de 20m avant les Jeux Olympiques. Eric s’entraine dans la plus grande piscine du pays : celle d’un hôtel...

Conséquence logique, Eric n’a jamais nagé un 100m en une fois. Il n’a pas la moindre idée de la distance véritable que représente 100m dans l’eau. La première fois qu’il parcours une telle distance ? C'est celle de sa première et unique course olympique.

Encore plus fou ? Eric a appris à nager 8 mois avant l’épreuve olympique. Il n’a ni lunette, ni maillot. Il n’a ni infrastructures de pointe, ni vidéos, ni combinaisons flottantes. Il n’a ni objectif, ni espoirs de médailles. Il n’a ni record personnel ni expérience des compétitions de natation. Les lunettes et le maillot qu’il porte le jour de la compétition sont ceux prêtés par deux athlètes compatissants.

Enfin, il est dans une course réservée aux nageurs issus des pays en voie de développement. Les trois participants engagés dans la série ne connaissent simplement pas les règles qui encadrent une course en natation. Les deux autres participants, qui eux aussi courrent pour la première fois, ignorent tout de l’existence du faux départ. Après deux faux départs, Eric est alors le dernier participant encore en course. Il n’a ni repère visuel, ni adversaires. Il sait que toutes les réactions de la foule seront pour lui et uniquement pour lui. Il a toute la pression d’un bassin olympique sur les épaules.

 

Dans de telle condition, mérite t-il vraiment les moqueries ? Est-il, comme nous avons pu le lire parfois au lendemain de cette épreuve, une honte pour les JO ? Evidemment non. Il est probablement celui qui incarne le plus les valeurs de l’olympisme : représenter son pays et y faire preuve de courage et d’abnégation.

 

Dans le monde du sport, la professionnalisation, la rationalisation, l’homogénéisation des disciplines conduit à un aplanissement des performances. C’est un phénomène de mondialisation et de globalisation des comportements qui établi de manière arbitraire ceux qui sont acceptés, tolérés et encouragés. Dès lors, comment réagir face à celui dont les codes, les référents et les moyens mis en œuvre pour réussir ne sont plus dans les clous  ? En somme comment réagir face à la différence dans un monde du sport aseptisé et rationnalisé ?

La triste réponse nous a été apportée en direct sur une chaine publique. Et bien que ces images fassent sourire certains, pour moi elles sont le symbole de ce que le sport peut créer de meilleur : des hommes et des femmes qui se surpassent, font voler en éclat leur propres limites et tentent de repousser avec courage les limites de la stupidité.

Enfin comme Einstein l’a dit : « il n’y a que deux choses infinies, l’univers et la stupidité humaine. Et encore pour l’univers, j’ai des doutes… ». Je dédie avec humour cette phrase aux deux personnes qui commentaient ce moment où l’Olympisme avait un nom : Eric Moussambani.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Vive Eric Moussambani 31/10/2015 15:02

Mes respects à Eric Moussambani. Sa volonté de représenter son pays aux JO alors qu'il vient juste d'apprendre à nager, le fait qu'il n'espère rien gagner mais simplement incarner la Guinée... franchement ça me dépasse ces moqueries, JO ou pas, il y a des moments ou il faut savoir respecter une personne (n'est-ce pas messieurs les présentateurs), et lorsqu'un sportif est prêt à tout pour nager devant vous, qu'il s'est entraîné pour vous présenter ce qu'il a appris en 8 mois dans sa modeste piscine d'hôtel, cela devrait susciter plus de l'admiration qu'autre chose.
Ce nageur, il n'avait jamais mis les pieds dans une piscine plus grande, il nageait pour la première fois un 100m et il a fièrement donné tout son possible. Quoi de plus honorable. Il faudrait offrir une médaille de l'esprit sportif aux gens comme lui.
Ce nageur est un brave homme, respectez-le un point c'est tout.

TheBat 09/02/2015 19:42

Ben non, désolé, mais ce spectacle était pitoyable. Les 2 autres participants ne connaissent pas les règles... Mais de qui se moque-t-on ? Ils ont été invités la veille ? Pays en voie de développement veut-il dire individus stupides ? Dans toute la Guinée équatoriale, petit pays, mais avec une large cote, ils n'ont trouvé personne sachant nager depuis plus de 8 mois ?

Toute cette impréparation était une insulte aux JO et pas une promotion des nations concernées. L'esprit antique des JO c'est une trêve guerrière pendant laquelle les Nations envoient leurs meilleurs représentant s'affronter dans des jeux pacifiques. Le contrat était-il rempli par ces athlètes et leurs délégations ?...
Je n'ai malgré tout que mépris pour ceux qui se sont moqués de lui bruyamment, même s'il le méritait, il est allé au bout et bon nombres de commentateurs sportifs feraient peine à voir sur un terrain sportif. Mon seul sentiment à l'époque fut la consternation...

09/02/2015 19:23

l

residency personal statement services 24/03/2014 10:37

Quand les jeunes athlètes commencent un nouveau sport, ils deviennent souvent découragés ou frustrés quand ils ne ramassent pas le jeu immédiatement. Même si les enfants sont très athlétique, qu'ils ne pourront jamais réaliser leur plein potentiel dans le sport sans motivation à la pratique.

high risk credit card processing 11/02/2014 08:03

The story of Eric Moussambani is really an inspiring one. He is considered as one of the best swimmers of Ecuador and one of the best in the history of Olympics. Thanks for sharing more details about him and his inspiring past.