Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Les Petites Histoires du Sport

Articles récents

Le retour de la Nba (partie 18) : Les Bucks de Milwaukee

16 Octobre 2010 , Rédigé par Pierre Ammiche Publié dans #Planète Nba

bucks.jpg

 

 

 

Les Bucks de Milwaukee :

 

En plus d’être une des franchises les moins sexy de Nba, en plus d’avoir un logo affreux (une tête de cerf), un maillot dégueu et représenter un état qui est loin d’être la « région phare » du nord de l’Amérique, le Bucks sont, pour couronner le tout l’une des franchises les moins performante des années 2000… Ils ont réussit l’exploit de passer à coté de Dirk Nowitzki, l’un des plus grand joueur de cette décennie, en l’échangeant contre Robert Taylor, de laisser partir Ray Allen, Marbury, Glen Robinson ou encore Sam Cassel sans avoir jamais passé un second tour de play-off et le tout dans la conférence la plus faible (Est). Autant dire qu’ils sont jusqu’en 2009 les ânes de la classe.

Et on pensait que ca n’allait pas s’arranger avec la draft d’un petit jeune, qui en plus d’avoir un gros égo etait totalement avare. Il décide l’année de ses 18 ans de partir en Italie pour gagner des pépettes, la draft n’étant ouverte qu’au joueur de 19 et plus, et ce dernier n’ayant pas les résultats académiques suffisant pour entrer à l'Université. Mais voilà que les Bucks ont eu le nez fin. Le jeune homme s’est aguerri, a pris du plomb dans la cervelle et s’est assagit après un séjour pas loin d’être cauchemardesque pour lui. Le voilà pris en 10ème position par une équipe qui se cherche. Et Brandon Jennings va les aider a retrouver leur chemin. Dès sa première apparition, il marque 19 pts, prend 9rebonds et délivre 9 passes décisives. La saison est lancée. Les bucks seront en PO et surtout cette réussite s’accompagnant de quelques économie budgétaires permettent aux joueurs de Skiles de présenter un effectif hyper complet et sans vrai point faible.

 

Le point tout de suite sur l’effectif dans lequel il y a encore 2 joueurs en trop…:

 

 

Staff :

 

 

Coach : Scott Skiles. Après une première saison poussive, il a frôlé le titre de meilleur entraineur de la saison 2009-2010 en passant à 12 victoires de plus que la saison précédente. Il aime jouer avec pas mal de joueurs différent et laisse sa chance à tout le monde. Il n’est pas ce qu’on appel un entraineur restrictif. Il laisse beaucoup de liberté à ses joueurs et notamment dans la gestion des temps forts. Son équipe est très bien préparée et peut aussi bien jouer à l’intérieur qu’à l’extérieur. Il est très complet et sais s’entourer. Son expérience en tant que coach a l’étranger lui permet de faire plus facilement confiance a des joueurs extra américain comme Delfino, Ilyasova, Bogut ou encore Mbah a Moute.   

 

 

GM : John Hammond. Très intelligent, si les Bucks ont fait l’un des meilleurs recrutements de l’année c’est largement grâce à lui. Couronné du titre honorifique de meilleur GM de NBA, il dépense peu mais là où il faut et il sait faire des coups pour faire venir des bons joueurs dans une équipe qui n’a pourtant rien a offrir en échange. Le meilleur exemple est Salmons. Le recrutement de cet été laisse penser qu’il sait où il va ce qui très appréciable pour une équipe et un coach qui n’ont pas une marge de manouvre démentielle.

 

 

Meneurs :

 

 

Brandon Jennings : Sans Tyreke Evans, il aurait été Rookie de l’année. Quand on score 55pts dans un match alors qu’on n’a pas 21ans, ca plante le bonhomme. Il a eu beaucoup de mal en PO où il a souvent cherché a faire la différence seul, avec des défenses plus compact alors que sa vitesse (c’est peut être le joueur le plus rapide de Nba) n’a pas été très utile. Espérons qu’avant de partir Luke Ridnour lui aura donné quelques conseils car cet année il est bien seul à son poste.

 

 

Earl Boykins : Le plus petit joueur en activité, spécialiste du 3pts et du vol de ballon est arrivé cet été en provenance de Washigton où il a pas mal joué. Il vient pour épauler Jennings et apporter un peu de vécu a cette équipe du haut de ses 600 matchs Nba.

 

 

Chris Kramer : L’un des joueur pressentis a un débarquement sans préavis, il s’accroche de toutes ses forces a son rêve mais parait franchement limité.

 

 

Arrières :

 

 

Michael Redd : L’un des joueurs les mieux payés de Nba (17M $/an) n’a plus foulé les parquets depuis presque 2ans. A 20 matchs par saisons, cela fait de lui l’un des joueurs les plus cher de l’histoire (800 000 dollars le match.). Son apport quand il est en forme est intéressant mais le leadership qu’il a du laisser en se blessant et dont s’est emparé Jennings le place dans une situation délicate : il joue dans le même registre mais est moins jeune, plus fragile, et plus cher. Inutile de dire qu’avec la saison qu’ils viennent de faire sans lui, les Bucks vont chercher a le lourder au plus vite contre un joueur plus utile à la rotation. En tout cas son retour au plus haut niveau semble presque impossible aux Bucks.

 

 

Chris Douglas-Roberts : Plutôt complet et capable de vraie « foudroyance », il a du mal a se montrer régulier au shoot et d’un match à l’autre. Il faut dire qu’il a du affronter la concurrence de Terence Williams l’année dernière.

 

 

Keyon Dooling : Joueur atypique évoluant 1 ou 2, il est un joueur explosif et carrément bon shooter. Son apport devra être important aussi bien a l’arrière qu’à la mène, lui qui espère plus de temps de jeu en venant a Milwaukee.

 

 

 

Ailiers :

 

 

John Salmons : L’un des vétérans de l’équipe, shooter lent mais efficace, et surtout en constante progression statistique depuis 10ans, il a signé un contrat assez chez cet été. Cela veut dire deux choses : pour la première fois de sa vie une franchise lui fait entièrement confiance. Mais aussi que pour la première fois de sa vie il a un impératif : celui de briller tous les soirs pour ne pas subir le courroux des fans.

 

 

Corey Maggette : L’un des joueurs les plus complets de la ligue ! Il défend, shoot, passe, prend des rebonds et met des points de partout. C’est sans conteste la meilleur recrue des Bucks. LE mieux ? Il sait être efficace en sortant du banc et n’a pas besoin de 2h pour avoir les mains chaudes. Un super joueur largement sous-estimé.

 

 

 

Carlos Delfino : Gros rebondeur pour un jouer si petit (« seulement » 1m98), il a été « la » bonne surprise de l’année passé avec le Turque Ilyasova. Auteur d’un mois de Janvier phénoménal, il se découvre une passion récente pour le shoot à trois points.

 

 

Ailiers forts :

 

 

 

Luc Mbah a Moute : L’un des plus gros défenseurs de la ligue, capable d’évoluer poste 3 ou 4, il est le parfait complément de Bogut. Très mobile, vif, et bon rebondeur, ses lacunes offensives prêtent parfois à sourire tant le voir shooter relève de l’événement. Mais il n’est pas là pour ca et dans une armée, il n’y a pas que des généraux. Lui en tout cas est un soldat de premier ordre. 

 

 

Ersan Ilyasova : C’est l’histoire d’un gamin qui voulait jouer en Nba. Il est pris puis envoyé en deuxième division. Il décide de partir pour rejoindre l’une des meilleures équipes d’Europe : le réal Madrid. Mais son rêve grattait trop fort à la porte et il retente sa chance. Bingo ! Il explose et fini sa première saison depuis son retour avec l’étiquette de joker de luxe, rebondeur d’appui et de « shooter-climatiseur salle ». Welcome usa ! 

 

 

Drew Gooden : Joueur quelque peu antipathique, abonné chez American Airlines tant il change d’équipe souvent (il en a sa 9ème en 7ans), il reste un bon joueur, solide et capable de mettre des points à l’intérieur. Cependant, ses performances suspectes chez les Clippers où il prenait 15shoots par matchs laissent penser qu’il a cherché a faire des stats pour signer le contrat le plus cher qu’il pouvait au détriment de l’équipe. Attention : couac probable.

 

 

Darigton Hobson : Un grand qui shoot de loin et qui lui aussi lutte pour ne pas être évincé à quelques jours du début de la saison.

 

 

Larry Sanders : Gros défenseur, assez athlétique, sa place n’est pas vraiment menacée mais quel va être son rôle dans une équipe qui regorge de monde poste 4 et 5 ? Là est la question

 

 

Pivots :

 

 

Andrew Bogut : Le numéro 1 de la draft 2005, devant Chris Paul et Deron Williams le deux meilleurs meneurs actuels, a mis du temps a confirmer. Et l’année dernière il a enfin explosé. Avec 16pts et surtout un peu plus de 2 contres par match, il a semblé passer un cap. Et puis là pas de bol : une cascade suite a un dunk (il dunk puis retombe très lourdement sur son bras) l’on privé de la fin de saison (PO comprise) et surtout vont l’handicaper toute cette saison. Son staff lui a déjà dit qu’il jouerait a 70% de ses moyens au mieux. Il faut dire que luxation du coude, entorse des ligaments du poignet et fracture de la main… Ca pique un peu…

 

 

Jon Brockman : Bon rebondeur, il vient jouer les utiles pour les Bucks et les pénibles pour les autres et faire oublier si il le peut Dan Gadzuric le géant de la raquette parti pour les Warriors.

 

 

Brian Skinner : Rebondeur défenseur, il vient apporter de l’expérience au poste 5. Il a 34 ans et 12 saisons Nba derrière lui. Pas mal.

 

 

 

Si nous étions GM :

 

 

PG : Jennings

SG : Salmons

SF : Maggette

PF : Mbah a Moute

C : Bogut

 

6ème homme : Ilyasova et/ou Delfino

 

 

Conclusion : une équipe qui a l’air de se renforcer n’est pourtant pas toujours sure de progresser au classement. Et c’est ce qui risque d’arriver aux Bucks. On sait maintenant comment ils jouent et les défenses qui vont être imposés à Jennings a savoir très près de l’homme et bloquant ses pénétrations vont largement handicaper cette équipe qui base son jeu sur les pénétrations de leur meneur. En plus, l’un des joueurs les plus sous-coté de Nba, Ridnour, a fait ses bagages. Et quand on sait que quand Jennings n’y arrivait pas, Luke était là pour faire respirer son équipe de part sa vision de jeu et son shoot, on va dire que les choses vont se compliquer un brin pour le petit jeune. Quand on ajoute a ça la grave blessure de Bogut qui ne sera pas au mieux et la probable arnaque Gooden, ca fait un peu lourd pour une équipe pas si solide que ça.

 

Notre pronostique : bien que leur présence en PO semble réaliste, le fait que la conférence est soit plus relévé que jamais nous fait hésiter… 9ème a l’est.  

 

 

Lire la suite

Le retour de la Nba (partie 17) : Les Thunders d'Oklahoma city

14 Octobre 2010 , Rédigé par Pierre Ammiche Publié dans #Planète Nba

                               okc2.jpg

 

Les Thunders d’Oklahoma city :

 

Une franchise toute neuve elle aussi, un passé récent bien vilain et un joueur en figure de proue (Gary « the glove » Payton). Voilà sur quoi les dirigeants ont du construire. Autant dire tout de suite qu’ils sont vraiment partis de rien. Construire sur du sable… Et quand ont les voit perdre leurs meilleurs joueurs (Ray Allen, Shawn Kemp, Rashard Lewis, Gary Payton…) années après années, on commence même à croire qu’ils se mettent à creuser. 

La draft 2007 arrive et les Sonics (futur Thunders) héritent du second choix. Ils « pickent » alors un petit prodige de 19ans, et le futur grand leader de cette formation : Kevin Durant. La première saison n’est pas une vraie réussite. On en vient à douter du bienfondé d’un futur déménagement, ont se met à dire que Durant est trop brouillon, trop gourmand, qu’il a le melon. On dit que le staff fait n’importe quoi, que les joueurs sont mauvais (ce qui n’est pas faux… Mais quand on a titulaire Petro et Swift…).

Le déménagement s’opère quand même. Et là : gros changement. On prend Westbrook pour épauler Durant. On construit jeune, durable mais surtout on construit ! Pour la première fois depuis presque 10ans le chantier laisse entrevoir des architectes de talents et des ouvriers de très haut niveau. L’équipe prend forme et la solidité de l’équipe semble être croissante.

A tel point que cette année, l’équipe semble être parmis les favoris pour le titre mais surtout pour les PO. Un petit point sur l’effectif s’impose pour prendre conscience de la qualité de l’équipe.

 

 

 

Staff :

 

 

Coach : Scott Brooks. Un coach qui aime la jeunesse et qui n’hésite pas a faire confiance aux petits nouveaux. Un coach avec de l’expérience après des passages aux Rockets, Mavs, Cavs, Knicks et aux Wolves. Il sait rassembler les énergies et utiliser des systèmes assez intelligents pour mettre en valeur les qualités de chacun. Un super coach pour ses deux premiers exercices.   

 

 

Staff : Sam Presti. On l’a d’abord pris pour un malade. Il Trade LA star de l’équipe, Ray Allen, puis dans la foulée l’arme de scorification massive Lewis. Et il le fait pour quoi ? Pour un joueur inconnu (Jeff Green), un vieillard (Kurt Thomas) et quelques broutilles. Et puis il choisit Durant. Et là le plan semble d’un coup moins dingue. Et les coups de génie se multiplient. Il récupère respectivement tour à tour Sefolosha, Westbrook, Harden, Maynor, Ibaka… Et tous au salaire minimum. Et la on applaudit : il a réussit à faire une équipe (qui a accroché les champions en titre et futur champion) composée de joueur de talent, capable de jouer les premiers rôles et le tout pour des clopinettes. Clap Clap Clap !  

 

 

Meneurs :

 

 

Russel Westbrook : Une boule de vitesse et d’énergie au service du collectif. Il sait que son rôle est celui du lieutenant c'est-à-dire la seconde option offensive, soulager la star au scoring et dans le leadership et pouvoir avoir beaucoup la balle. Et il adore ça, avoir la balle. Il a amélioré son shoot et est l’un des meilleurs arrière de Nba dans le registre combo-gard (joueur physique pouvant jouer poste 1 et 2).

 

 

Eric Maynor : Le parfait complément de Westbrook. Plutôt passeur-shooteur que joueur en pénétration, il sort d’une bonne saison. Son rôle devrait évoluer avec le temps vers celui d’un remplaçant de luxe ou d’une excellente monnaie d’échange pour un nouveau coup fumant de Presti.

 

 

Tweety Carter : Pas encore assuré d’avoir un contrat, il est capable de scorer et de mener le jeu. Cela va être dur pour lui de se faire une place dans la rotation.  

 

 

 

Arrières :

 

 

James Harden : Joueur plus ou moins complet, il a un bon shoot, une bonne défense, des bonnes mains et prend des rebonds. Son manque de régularité lui empêche pour le moment de postuler a un rôle de titulaire. Mais il a du talent.

 

 

Daequan Cook : Pur shooter a trois points, il sort d’une saison plutôt mauvaise. Assez jeune, son shoot extérieur vient ajouter une nouvelle arme dans la panoplie des Thunders.

 

 

Royal Ivey : Shooter lui aussi en provenance des Bucks, il sait aussi jouer meneur. Son jeu est un mix entre celui de Maynor et celui de Westbrook.

 

 

Morris Peterson : Dernier shooter et pas des moindres, Peterson sera l’un des papas de l’équipe du haut de ses 33as. Il va faire mal dans les corners.

 

 

Ailiers :

 

 

Kevin Durant : Mr Durant est de retour. Considéré par beaucoup comme le meilleur joueur du monde, il est un shooter d’une pureté extraordinaire et sa qualité de déplacement par rapport a sa taille est exceptionnelle. Il est la véritable star de son équipe et quand on sait qu’il ne fait pas de caprice, pas d’émissions de télé, pas de grandes déclarations fracassantes et pas de pétage de plomb dans les vestiaires, il n’est pas sans rappeler un certain Jordan. Il vient de marquer l’Histoire en devenant le plus jeune meilleur marqueur de Nba à l’âge de 21 ans et 197 jours.

 

 

Thabo Sefolosha : L’un des plus gros défenseurs de Nba, son profil atypique fait de lui un joueur imprévisible mais très important dans le système de jeu de Brooks.

 

 

Jeff Green : Titulaire à un poste contre nature pour lui (poste 4), il a fait une grosse saison et son apport est hyper important pour l’équipe. C’est l’un des cadres et ses stats plaident pour lui. Il est de plus en plus efficace à 3pts.

 

 

Ailiers Forts :

 

 

Serge Ibaka : Contreur né, il prend de l’importance aussi bien à ce poste qu’au poste 5, à tel point que l’équipe nationale d’Espagne où il a joué lui fait les yeux doux. Son activité est impressionnante et sa montée en puissance toute la saison dernière laisse présager d’une progression exponentielle.

 

 

Nick Collison : Gros physique et beaucoup d’expérience. Il apporte un peu a lui seul ce qui manque aux Thunders. Il prend pas mal de rebonds et ca va être l’un des gros tracteurs de son équipe.

 

 

 

D.J White : Après une première saison a ne presque pas jouer, l’année passé il n’a pas été plus utilisé. Il risque de jouer encore en D-ligue.

 

 

Pivots :

 

 

Nenad Krstic : On l’a vu cet été balancer une chaise dans la tronche d’un autre joueur. C’est bien le truc le plus spectaculaire de sa carrière tant le géant serbe est lent et classique dans son jeu. Si il tourne a près de 70% de réussite au shoot c’est avant tout parce qu’il ne shoot pas à plus de 3m de la planche. Sa grande carcasse ne pèse pas des masses dans les luttes de positions. Le poste de pivot est bien le plus faible…

 

 

Cole Aldrich : Gros rebondeur naturel, il est l’un des très bons potentiels de cette jeune équipe. Il pourrait briller et on lui souhaite.

 

 

Byron Mullens : Très peu utilisé l’année dernière, cette saison pourrait le voir plus jouer. Sinon, sa carrière est mal barrée…

 

 

 

 

Si nous étions GM :

PG : Westbrook 

SG : Sefolosha

SF : Durant

PF : Green

C : Aldrich

 

6ème homme : Harden.

 

 

Conclusion : chaque année ca progresse et chaque année le nombre de victoire augmente. Durant commence à donner la pleine mesure de son talent, Westbrook est pour l’instant le lieutenant idéal et Harden a du talent a revendre en sortant du banc. L’apport des nouveaux joueurs va être primordial pour franchir un cap mais moins déterminant que dans les autres équipes parce que la première « source de capital » c’est tout simplement l’expérience que les jeunes emmagasinent. L’équipe la plus jeune de la ligue (pour le 5 majeur) va faire très mal et on espère juste qu’une telle réussite ne va pas faire tourner les têtes et créer des jalousies a deux ronds.

 

Pronostic : 3ème a l’ouest.  

Lire la suite

Le retour de la Nba (partie 16) : Les Bobcats de Charlotte

14 Octobre 2010 , Rédigé par Pierre Ammiche Publié dans #Planète Nba

  Charlotte_Bobcats.jpg

 

 

 

 

Aujourd’hui, les Bobcats de Charlotte.

 

Alors disons le tout de suite, cette équipe n’a aucune histoire. Fondé en 2003 par le premier actionnaire majoritaire noir d’une franchise, elle a atteint pour la première fois de son histoire le stade des PO l’année dernière.  Mais son propriétaire lui a une histoire, et quelle histoire. Si je vous dis « sa majesté aérienne », si je vous parle d’un tirage de langue aussi célèbre que son dunk, si je vous parle d’un maillot rouge frappé d’un taureau, si je vous parle de 6 titres dont deux triplés, d’un joueur qui jouait avec son short de la faculté d’Etat de Caroline de Nord, d’un multiple MVP, Meilleur défenseur, All star et de la plus grande légende de ce sport vous me répondez : Michael Jordan ! Après quelques années en tant qu’actionnaire, il devient en 2010 le propriétaire de la franchise. Imaginez être sous les ordres du plus grand joueur de tout les temps… Ca calme quand on veut négocier une augmentation…

Mais au delà de la simple présence de MJ, dont on connait son passé horrible de manager (il pousse pour que l’on recrute K.Brown, l’une des pire catastrophe de la draft des années 2000, il laisse partir Hamilton contre Stackhouse et permet aux pistons d’être champion 2 ans plus tard, il multiplie les mauvaises inspirations…), cette franchise est bâtie autour d’une ville formidable. Elu ville la plus agréables des Etats-Unis, doté d’une salle de très grande qualité, d’une ambiance plus que correcte et d’un parquet parmi les plus beaux de la ligue, cette franchise a vraiment tout pour réussir.

 

Tout de suite, l’effectif :

 

Staff :

 

 

Coach : Larry Brown. L’un des Monsieur de la ligue. Véritable légende du coaching, il a tout connu, tout vécu. Champion en 2004 avec un gout prononcé pour la défense et rigueur, il est venu implanter des systèmes rigoureux et surtout un savoir faire. Il attaque sa 34ème année en tant que coach… Ouf ! Là où on peut trouver un peu a chipoter ? Et bien sa tendance a jouer avec des effectifs plutôt réduit, a très peu faire confiance aux jeunes ou aux nouveau et une tendance à s’entêter sur des détails ce qui amener quelques tensions. Mais bon, c’est un vieux monsieur à qui l’on doit le respect. 

 

 

GM : Rod Higgins. Bon en vrai c’est un homme de paille. Le vrai GM c’est Jordan et tout le monde le sait. Higgins est un pantin. Alors Jordan en tant que GM n’a pas laissé un souvenir impérissable aux Wizzards. Espérons que c’était pour lui une facon d’apprendre un peu le métier et qu’il sera plus doué ici.

 

 

Meneurs :

 

 

D.J Augustin : Pour sa troisème saison, le voici déjà avec dans les mains les rênes d’une franchises. Il a toute la confiance de son coach et il a surtout un talent certain. Après avoir rongé son frein, il a du attendre le départ de Felton pour enfin avoir sa chance. Son parcours rappel celui de Brooks. On lui souhaite la même réussite.  

 

 

Javaris Crittenton : Plus connus pour avoir fait joujou avec un pétard dans les vestiaires

Des Wizzards avec son « pote » Arenas que pour avoir briller sur les parquets, il reste une solution en tant que remplaçant correct. Il devrait plus jouer 1 que 2 cette année du fait de la faiblesse a ce poste.

 

Shaun Livingston : Le plus grand meneur par la taille de la Nba (2m01) souffre encore. Après un terrible accident au cours d’un match, il est handicapé depuis maintenant 2ans par des douleurs au genou récurrente. Le pire c’est qu’il est doué et que cette blessure ne lui laissera jamais devenir le joueur qu’il aurait du être. Il vient jouer les « utility player ».

 

 

Sherron Collins : Je ne le connais pas du tout. Internet non plus…

 

Arrières :

 

 

Stephen Jakson : Scoreur fou, il aime manipuler la balle pour se créer ses shoots parfois au détriment du collectif. Mais il est vraiment doué et sa présence dans toutes les catégories statistiques sont assez impressionnante. Un des leaders.

 

 

Gerald Henderson : Très peu utilisé l’année dernière mais capable de bonnes séquences par moment, il reste un bon espoir.

 

 

Matt Carroll : Profession ? Shooteur ! Il tourne a presque 40% en carrière et reste une des plus fines gâchettes de la ligue. Seulement a son poste, son profil n’est pas vraiment en adéquation avec les systèmes Brown.

 

 

Ailiers :

 

 

Gerald Wallace : L’âme de cette équipe. « Crash » sait tout faire mais surtout gober des rebonds. Il contre, dunk et défend comme un fou. L’un des meilleurs défenseurs a son poste. En attaque il fait parfois comme il peut mais c’est le vrai régulateur de cette équipe et celui qui incarne le mieux ce que Larry Brown attends de ses joueurs : défendre comme des tarés.

 

 

 

Derick Brown : Un talent certain mais qu’il se contente de montrer à l’entrainement… En même temps quand on est choisis 40ème avec Brown…

 

 

Darius Miles : Aussi sulfureux que talentueux, capable d’imposer un impact physique très important a ses adversaires, Darius reste le joueur qui a fait une pose de 3ans pour ne plus jouer avec son équipe, prétextant une blessure… Au delà de toute considération sportive l’ambiance et l’équilibre de l’équipe peuvent pâtir de son arrivée.

 

 

Dominic McGuire : C’est l’un des grands mystères de la Nba… Comment un mec qui tourne a 2pts et 3 rbds peut-il encore être désiré dans un club…

 

 

Ailiers Forts :

 

 

Tyrus Thomas : Une énergie de fou, des contres à la pelle, un jump impressionnant et des bonnes mains a 5-6 mètres. Que demande le peuple ? En plus il peut glisser poste 5. Il devrait être un candidat au trophée de MIP (joueur ayant le plus progressé).

 

 

Boris Diaw : Il a des mains en or et un coup d’œil digne d’un meneur. Il est l’un des chouchous de tout le staff et même le fils quasi spirituel de Brown. Il a pu jouer par le passé 1 2 3 4 ou 5. C’est un phénomène. Mais c’est aussi un joueur qui a pris presque 10 kilos en 2 ans, qui est loin de son meilleur niveau, qui semble moins a l’aise depuis l’arrivé de Jakson et qui surtout doit faire avec une concurrence de tous les instants avec Thomas, lui qui n’aime pas trop quand ca frotte. Allez Babac ! Fait-nous rêver de nouveau ! Le seule français a avoir 5 triple double en carrière.

 

 

Eduardo Najera : Le sculptural mexicain vient apporter du poids et de l’expérience a une équipe ou ce n’est pas du luxe.

 

 

Pivots :

 

 

Nazr Mohammed : Joueur expérimenté et capable de mettre des points poste 5, il reste un joueur correct sans pour autant être un très bon joueur.  

 

 

Kwame Brown : Pour une fois je vais essayer de ne pas être méchant. Au-delà de l’énorme déception qu’il a suscitée il reste un joueur correct, courageux qui a été marqué par l’omniprésence et l’omnipotence d’un joueur mythique dans un club ou l’on attendait énormément de lui. L’anecdote que je raconte souvent c’est que lors d’un entrainement, à la demande de MJ « himself », le jeu s’est durci sur Brown. Il est poussé au sol suite a une faute énorme sur lui. Et au lieu de s’énerver, se battre, quitter la salle de colère ou s’engueuler avec l’entraineur, ce gentil géant de 18 ans s’est mis a pleurer. Rien de plus. C’est un brave gars. Jordan essaye t-il d’expier un peu ses fautes en lui laissant une seconde chance ?

 

 

DeSagna Diop : Un bon vieux bucheron sénégalais qui déglingue a peu près tout ce qui passe a sa portée. A part ses contres/coups de hache, il a peu d’utilité… Il fait de la viande.  

 

 

 

 

 

Si nous étions GM :

 

PG : Augustin

SG : Jakson

SF : Wallace

PF : Thomas

C : Mohammed

 

6ème homme : Diaw

 

Conclusions : C’est une équipe avec un réel talent aux postes 2 3 et 4. Seulement la perte de Felton, parti aux Knicks, et surtout l’absence d’un pivot de talent est assez effrayante dans l’optique des PO. Pour la première fois depuis la création de la franchise, les Bobcats semblent ne pas s’être renforcés. Le banc a l’air famélique tant l’apport de Henderson et Brown ont été nul l’année dernière. A voir si l’expérience et le vécue commun de cette équipe va les aider…

 

Pronostique : 7ème a l’Est.  

 

Lire la suite

Les (petites) informations de la planète rugby

14 Octobre 2010 , Rédigé par Pierre Ammiche Publié dans #En route pour la coupe du monde 2011

 1708017018

 

Et c'est repartit pour un tour de la planête ovale !

 

Et on commence par nos amis de l'autre hémisphère:

 

En Afrique su Sud : la sélection n'en finit plus de s'affaiblir. Après Smit, Matfield, Steyn, Nokwe et Steenkamp, c'est au tour du centre Jacque Fourie de déclarer forfait pour les prochaines rencontre et ainsi remettre en question sa participation à la tournée d'automne, ultime préparation ou presque pour les équipes du Sud. 

 

En nouvelle-zélande, l'actualité a surtout été marquée par un fait divers bien triste: l'ancien coach des all blacks, John Mitchell, a été agressé à son domicile par un cambrioleur. Il a recu plusieurs coup de couteaux mais ses jours ne sont pas en danger.   

 

Enfin en Australie les choses se précises : une liste de 36 noms a été donné par le staff pour la tournée d'automne. 4 joueurs de 7 ont été inclus dans la liste. Ca sera la première coupe du monde depuis bien longtemps que l'Australie devra gérer l'absence des cadres de l'équipes : Gregan, Larkham, Smith, Latham, ou encore Baxter ne joueront pas la coupe du monde. Seul Mortlock a encore une chance de revenir au plus haut niveau.  

Ne pas faire partie de la liste est déjà un premier mauvais signe... 

 

Retour en Europe où la valse des premières sanctions est tombée après la première journée de H-cup. 

Au pays de Galles, le pénible mais indispensable Martyn Williams écoupe pour un coup de poing de 2 semaine de suspension. Il sera absent contre Castres en H-cup et contre Llanelli en ligue celte. 

Et en parlant de Llanelli (prononcer Klaneki), le puissant deuxième ligne Jonny Fa'amatuanu écope lui de 3 semaines pour un plaquage dangereux. 

 

En Irlande, Jerry Flanerry, l'un des joueurs les plus violents d'Irlande, est de retour pour le Munster face à Toulon. C'est lui qui avait marché sur le visage de Julien Bonnaire, mis un coup de pied volontaire a Palisson, et d'autres encore. 

A l'inverse, toujours au Munster, après un retour une suspension pour le centre Sam Tuipotou. Après Mafi, il écope d'une suspension pour plaquage haut d'une durée de 3 semaines. Les lignes arrières sont tout de même largement touché avant le choc contre le RCT, plus encore depuis le départ de Jean De Viliers.

 

Toujours en Irlande, Ferris, la prétendue victime de la fourchette fantôme de Attoub et de la vraie fausse fourchette de Dupuy est lui aussi de retour mais cette fois pas pour le Munster mais l'Uslter. La plus faible des provinces irlandaises se déplacera aussi au stade Aguiléra de Biarritz avec son pilier champion du monde BJ Botha

 

En Angleterre, on se prépare à un record : celui de battre le record d'affluence pour un match de poule de H-cup. On attends en effet plus de 88000 personnes pour la rencontre entre les Saracens et le Leinster. 

 

Enfin en France, où les suspensions sont souvent exemplaires, c'est Jamie Cudmore le Canadien qui écope de 10 semaines pour un coup de poing. Il a été jugé en tant que récidiviste... il joue depuis 5 ans en France donc sanction 5 fois plus lourde que pour Williams !

Coté bruit de couloir, on annoncerait des contacts entre Palisson et Estebanez et le RCT. Les deux internationnaux auraient été réçu au stade Mayol pour le match de H-cup et on annonce quelques négociations possible entre les Brivistes et les Toulonnais. 

 

Lire la suite

Le retour de la Nba (partie 15) : Les rockets de Houston

11 Octobre 2010 , Rédigé par Pierre Ammiche Publié dans #Planète Nba

561405Houston_Rockets_logo.jpg

 

 

 

Les Rockets de Houston :

 

 

Un collectif huilé, une franchise en plein renouveau depuis 3 ou 4 ans un recrutement malin et des retours de grandes stars. Voila en quelques mots ce qui nous vient à l’esprit quand on pense aux nouveaux Rockets. Car comment oublier cette franchise qui vivait dans les années 90 parmi les gros bras du gotha mondial. Hakeem « the dream » Olajuwon et Clyde  « the glide » Drexler conduisent l’équipe à deux titres consécutifs en écrasant au passage l’équipe d’un petit jeune qui ne pourra rien pour Orlando, Shaquille O’neal.

Seulement cette équipe a été longtemps sclérosée. Après les retraites logiques de Hakeem en 2001, Drexler en 1998, mais aussi le flop Steve Francis et dans une moindre mesure Scottie Pippen, la blessure de Barkley… Rien n’est fait dans le bon timing et la malchance s’en mêle comme souvent. Les stigmates de cette époque sont d’ailleurs encore visible : les couleurs rouges horribles et le logo affreux des rockets…

 

Mais on croit enfin voir le bout du tunnel quand le sort veut que le premier choix de draft soit la propriété des Rockets l’année où le géant chinois Ming se présente. Articulé autour du chinois, de l’un des meilleurs scoreur du monde Tracy McGrady mais aussi de Dikembe Mutumbo (dont le « Not in my house ! » clamé de sa voix de centaure aura été sa marque de fabrique pendant des années lorsque qu’il mettait un contre), les Rockets repartent de l’avant, articulé autour de leurs deux individualités.

 

Question : que faites-vous quand vos deux meilleurs joueurs sont respectivement un géant au pied d’argile et un scoreur fou qui ne joue plus depuis 2ans ? Réponse : vous faites comme vous pouvez. Le collectif s’enraye, crachote, et il faut trouver des nouveaux joueurs. Nous sommes en 2009, bienvenu à traquenard-ville ! Sans armes offensives, sans vraies stars, tout le monde est sur d’une chose : les Rockets vont se faire allumer. Et pourtant, voila que surgit un meneur shooter qui fait 70 kilos tout mouillé, Aaron Brooks, qui vient au départ pour remplir un trou laissé par Francis et Alston et il se met à gérer cette attaque de main de maitre. Il distribue les caviars et organise le jeu comme un vétéran. A l’intérieur l’absence de Yao Ming fait très mal. Mais elle laisse le champ libre a un argentin aux cheveux gras et au physique de boucher équarisseur se met a enfiler les paniers comme des perles et prendre des rebonds à la pelle, Luis Scola. Les rockets sont en PO mais Yao est très diminué et les Rockets sortent la tête haute face aux futurs champions. Rebelote l’année d’après où cette fois ils seront défaits en 7 matchs par les TrailBlazers cette fois sans même que Ming joue.

 

Qu’en est-il de cette équipe qui est à la fois en reconstruction mais tout de même éfficace ? Un point sur l’effectif tout de suite.

 

 

Staff :

 

 

Coach : Rick Adelman. L’un des très bon coach de Nba, il tourne a près de 60% de victoire en un peu plus de 20 ans. Il connait bien son effectif et les rouages des systèmes de jeu Nba. Il a un talent particulier pour éteindre la star d’en face et ne se cache pas de la production de dizaines et de dizaines d’heures de vidéos et d’analyse pour savoir comment réaliser un tel exploit sur des dizaines de matchs par ans. Il a à son actif la seconde plus longue série de victoires d’affilés avec 22 succès. Son expérience et son talent sont autant d’atout pour les Rockets.

 

 

GM : Daryl Morey. Mentalement équilibré (ce qui est rare il faut le rappeler), il est bardé de récompenses comme membre honorifique du top 10 des personnes les plus créatives dans le sport ou encore un article consacré par le très sérieux « yahoo sport us » s’interrogeant sur l’opportunité de le nomme meilleur dirigeant en 2009. Il est un excellent travailleur et fait tout pour le bien de son équipe. Les derniers joueurs qu’il a obtenus via les Trades ou les Draft sont tous de très bons éléments qui cadrent parfaitement avec le décor ce qui est déjà une performance en soi. 

 

 

Meneurs :

 

 

Aaron Brooks : Avec son physique de moineau anémié dans une Nba de plus en plus bodybuildée, avec son début de carrière moyen et emprunté, avec une vision de jeu loin d’être magique voilà que ce petit bout se fait une place en tant que titulaire ? Non…  Et bien si et c’est mérité ! Il a un shoot de dingue, une accélération terrible et surtout il sait driver une équipe. Il est titulaire cette saison malgré la pression (un peu malsaine) de Lowry.

 

 

Kyle Lowry : il gagne plus que le titulaire, a exercé un chantage plutôt odieux pour tenter de s’imposer comme titulaire et surtout il estime mériter de jouer plus quitte a demander le Trade d’un coéquipier. Ce n’est pas l’esprit d’équipe qui étouffe ce joueur, ni il faut le dire, l’humilité. Malgré tout, son talent défensif et la fragilité physique de Brooks lui permettent d’avoir une place importante dans la rotation notamment en cas de missmatchs (différence évidente de taille entre deux joueurs) notamment contre des meneurs plus solides comme Kidd, Baron Davis ou Tony Parker.

 

Ishmael Smith : inconnu au bataillon. Même sur Wikipédia il ne parle pas de lui…  

 

Arrières :

 

 

Kevin Martin : capable de jouer poste 2 ou 3, ce joueur pas élégant pour deux sous est l’incarnation de la maxime « il faut de tout pour faire un monde ». En effet, c’est le seul shooteur de cette qualité a avoir une gestuelle aussi horrible (un tir qui part de la hanche…). Il a trouvé petit a petit ses repères la saison dernière et son arrivée va faire du bien à l’extérieur de l’attaque des Rockets. Un des leaders offensif a n’en pas douter.

 

 

Courtney Lee : Un joueur qui du haut de ses 25 ans a déjà connu en deux saisons seulement le bonheur d’être en finale avec Orlando et la saison galère ultime chez les Kings. Bon défenseur, capable de shooter a 3pts mais surtout de mettre des énooooooooooorme dunks, ca va être show time au Toyota Center. 

 

 

Jermaine Taylor : Un remplaçant limité. Il n’a aucun vrai point fort et son temps de jeu est famélique.

 

 

Antonio Anderson : Joueur qui a eu sa chance aux Thunders (deux contrat de 10 jours non renouvelés), il reste un joueur utilisé pour faire le nombre. Il a un passé intéressant en collège.

 

 

Ailiers :

 

 

Shane Battier : On lui a mit le sois disant meilleur défenseur a son poste dans les pattes l’année dernière en la personne d’Ariza. Il l’a mangé tout cru et surtout son impact défensif a été 1miliard de fois supérieur. Ariza est parti et maintenant on le sait dans l’Arizona : Battier est le meilleur défenseur de la ligue a son poste. Point. 

 

 

Chase Budinger : une sorte de Lee blanc. Un petit rouquin de 2m01 qui claque des dunks avec la tête au dessus de la hauteur de l’arceau (3M05)… Mis a part cet ancien volleyeur est un très bon 6ème homme.

 

Mike Harris : 33 matchs de Nba en tout et pour tout depuis 2005. Un peu léger…

 

Ailiers Forts :

 

 

Luis Scola : Moitié mulet et moitié basketteur, ce couteau suisse de la raquette sait tout faire. Défendre, shooter mi distance, mooves dos au panier, poster, il se risque même parfois a 3pts. L’un des plus softs mais efficace à son poste. Son palmarès long comme le bras parle pour lui. Un des leaders de cette équipe.

 

 

Jordan Hill : encore une victime de l’anti jeunisme primaire de Mike d’Antoni. Comment peut-on être pris en 8ème position et ne pas jouer ? Heuresement, Morey a bien sentit le coup et a fait venir ce tout bon jeune pour presque rien. Il a une marge très importante de progression.

 

 

Jared Jeffries : Lui aussi en provenance de NYC, lui aussi il ne jouait pas des masses malgré de bonnes dispositions basket, ce géant (2M11) qui joue plutôt poste 3, a été utilisé poste 4 depuis quelques années. Il reste un joueur correct mais sans aucun génie.

 

 

Patrick Paterson : drafté cette année en 14ème position, il fait partie du « fab four » de Kentucky avec Wall, Bledsoe et Cousins. Son talent principal réside en un shoot a 3pts solide (prêt de 40% de réussite). Il semble en plus avoir la tête bien faite.  

 

 

Alexander Johnson : Un temps essayé a Miami et Memphis, il vient prendre une revanche. Enfin on va dire essayer. 

 

 

Pivots :

 

 

Yao Ming : La meilleure nouvelle du coté des rockets depuis bien longtemps c’est que Yao va rejouer ! On le pensait fini pour le basket et le voilà de retour. Seul bémol : il ne jouera pas plus de 24minutes par matchs en saison régulière jusqu'à nouvel ordre. On ne badine pas avec la santé d’un joueur. Encore plus quand ce joueur fait 2M30 et est le leader charismatique de toute une équipe.

 

 

Brad Miller : Après une bonne saison aux Bulls, il vient finir ses jours de joueurs aux Rockets. Il sait qu’il aura du temps de jeu et l’occasion de placer quelques shoots sans décoller les pieds dont il a le secret. Détente sèche mesuré à 17cm et demi, ca n’est pas ses qualités athlétiques qui seront demandés.

 

 

Chuck Hayes : Un bon « big man » qui va mettre des pains et prendre des rebonds. Titulaire toute la saison dernière, il risque de commencer les matchs sur la banc avec le retour de Yao.

 

 

Si nous étions GM :

 

PG : Brooks

SG : Martin

SF : Battier

PF : Scola

C : Ming

 

6ème Homme : Lowry ou Budinger

 

 

 

Conclusions : Il se trouve que cette équipe n’a pas beaucoup bougé, qu’elle semble solide et complète et que surtout son grand leader revient. Le collectif huilé et talentueux fait que le danger vient  de partout. Seulement, ils n’ont presque pas de banc et jouer une saison entière a 8 et demi, ca n’est pas assez. Ils vont devoir prier pour que la montagne Yao ne flanche pas et franchement, on en doute. C’est une saison pleine de promesse sur le papier mais bien compliqué dans les faits qui se profile.

 

 

Notre pronostique : 9ème à l’ouest 

Lire la suite

La bourse aux internationaux : les dotations du moment (partie 2 : les arrières)

11 Octobre 2010 , Rédigé par Pierre Ammiche Publié dans #En route pour la coupe du monde 2011

On passe en ce début de semaine aux arrières avec un point sur qui en est où ?



 
 

Demi de mélée :

 

Les favoris :

 

Parra : Une capacité dingue à être dans son élément dans tout ce qui relève du vice, des petites fourberies… Un vrai neuf quoi ! Et quand on sait qu’il bute, qu’il plaque et qu’il a une vision de jeu de premier ordre, que dire de plus sinon qu’il est l’un des meilleurs joueurs français.

 

 

Yachvili : Un retour au premier plan pour celui qui enquille les pénalités le drop et les passes au pied. Il est le meilleur 9 français a ce poste, mais son âge dans la de sélectionneur prônant  le jeunisme est quand même un frein pour lui. 

 

 

Tillous-Bordes : On le sait, c’est l’un des chouchous du staff. Il a un profil alliant vitesse et surtout puissance qui le rend unique et surtout capable de débloquer des situations que nul autre n’aura pu résoudre.

 

 

Dupuy : A deux doigts d’être intronisé meilleur 9 de France il y a de cela a peine 12 mois,  il faut être honnête : sa suspension mais plus encore le fait qu’il tarde a retrouver un niveau décent le fait perdre du terrain dans la lutte pour être en NZ dans quelques mois.  

 

 

Les « pas si loin » :

 

 

Thomas : Son association avec Trinh-duc joue pour lui, comme sa capacité à défendre et à bien animer sa ligne. On le sait proche mais être 5ème dans le classement a ce moment de la saison est moins cofortable que d’être sur le podium… Lapalisse quand tu nous tiens.

 

 

Durand : Intelligent, capable d’orienter et de commander des gros pack, avec des appuis et un culot monstre, son profil est hélas un peu rédhibitoire : il ne butte pas, il n’est pas hyper puissant et son jeu au pied dans le jeu courant est nul… Dommage pour ce joueur pétri de talent.

 

 

Cazenave : Grand espoirs au poste, son temps de jeu en nette augmentation et le fait qu’il reste un joueur plein de qualités (animation, vitesse) font de lui un candidat plausible.

 

 

Les lâchés :

 

 

Albouy : Sa qualité de passe et sa vitesse retrouvée derrière la mêlée castraise font de lui un très bon joueur qui méritait de se tester un peu plus au niveau supérieur.

 

 

Mélé : Sa blessure lui coupe un peu les ailes mais si il continue a progresser à la vitesse qui est la sienne depuis 2ans, il devrait pourquoi pas avoir une petite chance.

 

 

Ferrou : Le meilleur joueur de pro D2 et l’un des rares rochelais a gagner systématiquement ses duels. Son animation est sans faille ou presque et il incarne en partie la qualité principale des maritimes : le jeu.

 

 

Courant : Sa polyvalence et son jeu au pied ainsi qu’une expérience du plus haut niveau (BO, ST) font de lui l’un des meilleurs joueurs à la charnière en France. Problème : il a un profil similaire à un joueur plus talentueux : Michalak. 

 

 

Mignoni : Sa ténacité son physique et sa défense font le bonheur des habitants de la rade. Seulement Lievremont l’a dit, il ne compte plus sur lui. Un vrai bon joueur.

 

 

Les blessés :

 

 

Michalak : En phase de reprise, on sait que son talent et le fait que ce mec pue le rugby plaide largement pour lui. Quand on sait qu’il peut glissé 10, il permet plus d’option sur des bancs de plus en plus fournis devant.

 

 

Cibray : Encore un que le staff a connu plus jeune et à qui il a fait une confiance presque aveugle. Quand on est 9, Français, plutôt inconnu du grand public et des publicitaire et qu’on est titulaire à la mêlée avant de se blesser, ca dénote d’un niveau excellent tout de même. Il est absent 5 mois encore si tout se passe au mieux.

 

 

Demi d’ouverture :

 

 

Les favoris :

 

 

Trinh-duc : Incontournable en bleu depuis 3ans, il reste le 10 le plus complet de France. Il sait jouer avant et après contact, plaque et défend debout comme un fou et en plus il travaille énormément son jeu au pied a tel point qu’il bute avec 70% de réussite depuis le début de saison.

 

 

Boyet : Il est parti du CSBJ, son club de cœur, dit-il, pour jouer des grandes compétitions. Mais il ne veut pas se polluer la tête avec la plus grande de toute… Comment  le croire quand on sait qu’il n’a probablement jamais été aussi fort et surtout autant en pleine lumière ? Une très bonne options pour le staff.

 

 

Beauxis : On le disait en pleine progression, qu’il avait boulversé son jeu pour attaquer plus la ligne. Qu’il parlait plus et qu’il savait se faire entendre lui qu’on connaissait presque autiste. Seulement il n’est pas à un niveau de performance qu’on attendrait du meilleur espoir du monde 2003. Son jeu au pied très très long est son argument ultime… Mais pour combien de temps encore ?

 

 

Wizniesvki : Un joueur qu’on attend de voir au plus haut niveau. Quand on est titulaire en 10 depuis 3ans dans un des plus gros effectifs du monde (à son poste sont passés ou restés Hernandez, Steyn, Merthens, Fillol…) on aspire à quelque chose de plus grand… Comme une coupe du monde.   

 

 

Les « pas si loin » :

 

 

Skréla : Alors on va le dire. Attention on vous a mentis ! Skréla n’est pas et n’a jamais été un 10 ! Vous en connaissez vous des 10 qui ne font pas de passes ? Alors oui, c’est un défenseur parmi les meilleurs du monde. Son jeu au pied et sa capacité à franchir est très impressionnante. Mais les  10 avec une animation si faible ne peuvent pas postuler à mieux qu’a un niveau européen. En témoigne le dernier naufrage du Skréla il y a deux ans face aux Wallabies. Il ne sera pas à la coupe du monde sauf en cas de blessures.     

 

 

Barraque : Il est peut être un peu tot pour classer cet espoir du poste si haut. Mais c’est simple, son placement, son courage, sa vitesse, son animation, et la qualité de son jeu au pied font déjà de lui l’un des meilleurs a son poste. Peyrelongue en fait les frais tous les week-end.

 

 

Les lâchés :

 

James : Voilà un cas bien délicat… Un joueur génial, avec une des plus belles passe du monde, un jeu au pied « pied droit/pied gauche » très puissant et précis et une vitesse de dingue pour un 10. Mais a l’inverse, une défense qui reste son gros défaut et qui oblige a articuler un système de défense uniquement pour lui, ainsi qu’une tendance a louper les grands matchs… Enfin s’il avait été français de naissance, cela aurait été une bénédiction. Ca n’est pas le cas et cela complique encore un peu plus les choses. Il n’y sera ni avec les bleus, ni avec l’Australie son pays natal. Et pourtant il est le 10 titulaire d’un des plus grands clubs européens… La vie est cruelle avec les artistes.

 

 

Bernard : Un jeune joueur, remplaçant en club mais d’un talent certain. Il a porté l’équipe de France des moins de 21ans à bout de bras avec Lapandry ses 2 dernières saisons. Si il n’est pas encore dans les plans de N’tamack, c’est une question de temps.

 

N. Laharrague : Un bon sens du jeu au pied tactique, une qualité d’animation certaine mais une fragilité extrême qui l’empêche de jouer plus de 5 matchs de suite depuis 3 ou 4 ans.

 

 

Talés : Lui aussi incarne l’esprit Rochelais. Quand en plus on est formé a l’école montoise où l’on apprends a relancer du parking dès l’école de rugby… Bon sang ne saurait mentir. Il n’a pas encore le niveau des plus grands mais on parle de plus en plus de lui.

 

 

Palliaugues : Capable de jouer 9 ou 10, la petite puce du MHRC est en pleine construction. Il a du talent mais manque de physique. On disait la même chose d’Ellisalde. On lui souhaite de connaitre ne serait-ce que la moitié de ce qu’a connu JBE.

 

 

Peyrelongue : Des problèmes en club pour garder sa place depuis quelques mois (Bosh, Bond, Barraque) mais il est toujours là. Il sait tout faire de façon correcte mais il ne casse jamais la baraque (pas de mauvais jeu de mots.) Sa présence au mondial relèverait de l’exploit.

 

 

 

 

 

 

Centre :

 

Les favoris :

 

Jauzion : Le taulier des arrières français. Rien de plus a dire que : « Mr Jauzion est incontournable ».

 

 

Mermoz : Si le talent avait un visage, il aurait les traits de Mermoz. Il sait tout faire, il dispose d’une capacité a prendre le meilleur sur son adversaire hors du commun et en plus il retrouve peu a peu la confiance et des sensations. Il doit y être, au moins pour le plaisir des yeux et pour rappeler au monde entier que nous sommes les inventeurs du plus beau courant de ce sport, de la plus belle facon de l’appréhender : le French Flair où le rugby redevient un jeu ! 

 

 

Bastaraud : Les blacks ont Nonu et ont eu Umaga, les Gallois ont Roberts, les Anglais ont eu Tindall, les Irlandais Maggs, les Ecossais Henderson… Mais nous avons probablement le centre le plus puissant de l’histoire du rugby moderne en la personne de Bastareaud. Il déglingue a grand coup d’épaule ses adversaires comme les autres font des passes et l’intervention de 3 ou 4 défenseurs est nécessaire quand il arrive comme un buffle exploser ses vis-à-vis. C’est le genre de joueur dont on attend a chaque fois l’inattendu. Il y sera sauf blessure et son retour sera une forme de purge pour celui qui fut pris dans un scandale d’Etat en NZ.  

 

 

David : Dans un registre pas beaucoup plus fin que Bastareaud, ses adversaires sont toujours tendu en attendant le premier choc. Ils le sont pas moins une fois que c’est arrivé : ils savent qu’il auront a subir cela pendant 80 minutes… Sa blessure fait très mal a Toulouse mais plus encore au joueur qui voulait se servir de cette saison pour exploser.

 

 

Marty : A un poste où la concurrence est énorme, il y aura des joueurs de talent qui resteront à quai. Nous ne le souhaitons pas à David Marty même si il faut être honnête, il y a 4 joueurs devant lui. Seul éléments qui plaide beaucoup pour lui : son profil basé sur la vitesse est unique.

 

 

Estebagnez : Le staff l’a dit. Ils ont un œil sur lui. Seulement ils voulaient le voir jouer 10 en club pour offrir une chance pour l’équipe de France d’avoir deux 10 dans un registre identique. Seulement Brive aligne Estebanez au centre. Cela nuit gravement a ses chances de faire le mondial.

 

 

Traille : Le meilleur 10 de France selon Lièvremont et compagnie, il reste un centre dans l’ame, capable d’animer et de jouer comme un second 10. Sa polyvalence 10 12 13 15 fait de lui un joueur précieux que les fées du rugby ont bien gâté. Son expérience des plus grandes compétitions n’a pas de prix non plus. Il pourrait aller à la coupe du monde mais un doute demeure sur son niveau réel lui qui n’a plus jouer depuis 4mois. 

 

 

Les « pas si loin » :

 

 

Fritz : Le pragmatisme nous pousse a dire qu’il a eu sa chance et qu’objectivement, il ne l’a pas saisie. Il a été l’auteur de performances en blues bien loin de ce qu’il fait en rouge et noir. Pas de chance pour lui a un poste ou la concurrence est terrible. 

 

Cabannes : Le meilleur défenseur de France a ce poste. Il a eu une chance en bleus a l’époque de son passage au BO. Il n’aura peut être plus jamais sa chance. C’est vraiment dommage pour un joueur qui mériterait au moins une sélection. 

 

 

Audrin : Il plait beacoup et depuis quelques temps déjà au staff. Il peut jouer à l’aile ou au centre. Il plait aussi beaucoup a Cabanne et Travers qui l’ont apporter avec eux de Montauban a Castres.

 

 

Chavancy : Pur et dur espoir du poste ! Il multiplie les matchs de haut niveau et on en oublie presque qu’il est un jeune homme d’a peine 21 ans. Sa défense sur l’homme est assez phénoménale.

 

Mesinna : Sa très grande force pure (125kilos au développé couché), sa  puissance et sa vitesse lui permettrait de postuler. Mais il faut commencer a jouer en club.  

 

 

Mignardi : Gros défenseur, doté d’un placement inné et d’une bonne gestuelle, il reste l’un des « possibles ».

 

Grandclaude : Unidimensionnel, à savoir un centre physico-physique, mais avec de nombreuses lacunes notamment techniques, il reste un joueur de devoir qu’il vaut mieux avoir que contre soi.

 

 

Les lâchés :

 

Gimenez : Un temps annoncé comme l’un des gros espoirs toulousains, il tarde a confirmer a Biarritz.

 

Lacroix : A l’instar de Grandclaude, son jeu très axé autour de sa puissance naturelle fait de lui un joueur rugueux. Il a, un temps, plu au staff. Ce temps semble malgré tout révolu.

 

Baby : Lui aussi tenu en haute éstime par N’tamack, il reste un joueur de talent mais très fragile. Il peut jouer 10, 12, 13 et 15.

 

 

Lamerat : Grand espoir toulousain où l’on dit le plus grand bien de ce cadre chez les espoirs, sa marge de progression est importante et la blessure de son coéquipier David peut lui permettre de gagner du temps de jeu.

 

Liebenberg : L’un des cadre de l’ère Laporte, il semble plus emprunté que jamais. Il revient de blessure mais ses performances au stade français sont assez rares et creuses. La coupe du monde semble être un doux rêve qui reste dur a atteindre.

 

 

 

Ailiers :

 

Les favoris :

 

 

Clerc : L’un des meilleurs du monde a son poste depuis très longtemps. Si il retrouvait un petit rythme de croisière a  12 – 13 essais par saison ca serait une juste récompense pour lui. La coupe du monde lui tend les bras et il pourra y améliorer ses 117 essais (Grenoble, Toulouse et en Equipe de France) au plus haut niveau.

 

 

Andreu : On ne peut pas penser a Andreu sans appeler le souvenir d’un ailier de poche venu du sud pour marcher sur tout les grands du monde. Dominici doit voir en lui un cousin germain. Il a le talent pour faire aussi bien a savoir 3 coupe du monde. C’est tout ce qu’on lui souhaite. 

 

 

Malzieu : « Zen » est juste un joueur au profil atypique mais qui est presque incontournable en bleu. Une gros physique mais des crochets hérités de son passé de joueur de 7, une bonne défense mais surtout une capacité a gagner ses duels aussi bien en puissance qu’en vitesse bluffante pour un joueur de son poids. Il est l’un des meilleurs a un poste où il n’y a pas de place pour les joueurs moyens.

 

 

Palisson : Lancé dans le grand bain par Magne, il est l’un des ailiers/arrières les plus rapides et techniques de France. Et il n’a que 21 ans. 

 

 

Rougerie : Légèrement en retrait dans l’esprit des sélectionneurs, il est simplement l’un des plus grands ailiers de l’histoire du XV de France avec ses 58 sélections et ses 22 essais. Une valeur sure.

 

 

Fall : Présenté comme l’un des  les plus complets du top 14 (golf, rugby, basket), sa vitesse et son sens du duel le place haut dans la hiérarchie. Sa défense est a juste titre considérée comme la meilleure de France a ce poste.  

 

 

Les « pas si loin » :

 

Arias : Très rapide, actif, il est toujours en mouvement. Son duel face a Heymans durant la saison 2003 reste l’un des plus grands moment de l’histoire des derbys parisano-toulousains. Il aura peut être sa chance si le poste est aussi maudit qu’en 2009 où 6 ailiers ont joués durant le tournoi.

 

 

Donguy : Une grave blessure pour ce joueur aussi talentueux qu’attachant et aussi bon finisseur qu’excellent défenseur. La coupe du monde ne serait pas, loin de là, une injustice si jamais il retrouvait le niveau qui était le sien en 2009.

 

 

Les lâchés :

 

 

Heymans : Ses crochets de rêve n’illumineront probablement les stades néo-zélandais. Il laissera le souvenir d’un international non seulement de talent mais parfois de génie en témoigne son essai face aux All-blacks où il élimine 4 adversaires. Seulement toutes les bonnes choses ont une fin, la carrière d’un sportif 4 fois champion d’Europe y compris.

 

 

Candelon : Doté d’un gabarit atypique comme Andreu, sa capacité a gagner des duels est spectaculaire. Il reste lui aussi l’un des joueurs à surveiller a ce poste.

 

 

Fofana : Il explose cette saison et fait voir au grand jour ses qualités de dynamisme, de vitesse et de puissance. La concurrence est très rude à Clermont mais sil y fait son trou, il postulera logiquement en EDF.

 

 

Saubade : Une grande vitesse naturelle qui le place parmi les terreurs de défense. Il reste un bon joueur de club. Quand on pense que l’entraineur parisien d’un temps, Ewan MacKenzie a réussit a convaincre le président Guazzini que Saubade était un mauvais joueur… La stupidité n’a décidemment pas de limites. 

 

 

Thiery : polyvalent, puissant et doté d’un vitesse intéressante, il renait peu a peu a Montpellier. De là a faire la coupe du monde c’est un peu tot pour le dire mais il était déjà dans les petits papiers des sélectionneurs en 2008.

 

 

Planté : Performant sur les ballons hauts,  alliant puissance vitesse et sens du placement, ce super joueur revient d’une série de blessure plus ou moins grave et met du temps a briller de nouveau. Mais c’est un super jouer soyez en certain.

 

 

 

Arrière :

 

Les favoris :

 

Poitrenaud : Largement devant dans la hiérarchie des 15, il est pour le moment l’arrière le plus complet de France et n’est pas loin d’être l’un des meilleur du monde avec Muliaina, Kearney et Hernandez quand il y joue.

 

 

Médard : Du talent brut. Voilà ce qui défini le mieux Médard. Il était tout en haut il y a de cela a peine 9 mois. Le staff a perçu sa baisse de régime tout comme le staff toulousain, et depuis il joue des bouts de matchs. Il reste le meilleur remplaçant a ce poste d’arrière mais il aspire a mieux, a n’en pas douter. 

 



Les « pas si loin » :

 

 

Porical : Son jeu au pied précieux et son placement souvent juste auxquels vient se greffer une sorte de valeure ajoutée : il ne rate presque jamais les grands matchs. Un bon joueur qui peut encore nous surprendre.

 

 

Floch : Le Staff lui a dit : « Anthony, on ne compte pas sur toi ». C’est pourtant l’un des meilleurs a son poste depuis 2 ans. Quelle injustice…

 

 

Peyras : Puissant, rapide, finisseur et capable d’évoluer partout du 11 au 15, il paye cette polyvalence car il peut jouer partout mais ne brille nulle part. Un joueur prometteur qui promet depuis trop longtemps sans avoir sa chance.

                                                   

 

Les lâchés :

 

 

Teulet : Son jeu au pied et sa défense ne peuvent pas faire oublier un « petit » détail : il mesure 1m64… Trop petit pour un arrière a un tel niveau d’excellence.

 

 

Elhorga : Un joueur vieillissant mais au talent intact. Sa présence serait une énorme surprise mais pas une énorme injustice.

 

 

 

 

 

Lire la suite

La bourse aux internationaux : les dotations du moment (partie 1 : les avants)

8 Octobre 2010 , Rédigé par Pierre Ammiche Publié dans #En route pour la coupe du monde 2011

logoFFR

 

Voici comme tous les mois une petit point sur les cotes des joueurs a moins d'un an de la coupe du monde. Sont pris en considération la forme du moment, les blessures mais plus que tout, la place des joueurs dans l'esprit du sélectionneur national. 

Le système est simple : plus un joueur est haut et plus ses chances de participer son élevés. Les noms encadrés : les joueurs ayant déjà été sélectionnés au cours du mendat-Lievremont. 

 

Il s'agit d'une liste non exhaustive de sélectionnables et toutes vos contributions sont les bienvenues. 

 

 

  

Pilier Gauche : 



 

Les favoris :  

 

Domingo : Meme s'il ne semble pas encore dans le forme de sa vie, son tournoi 2010 plaide largement pour lui 

 

Faure : Sa force et sa volonté en mélée fermée font de lui l'un des premiers choix du Staff. 

 

Poux : L'expérience et la polyvalence du toulousain le font régulièrement figurer dans cette fameuse liste de 30

 

Les "pas si loin" :  

 

Iguiniz : Une grande qualité de déplacement et de vraies qualités en mêlée. Un bon joueur de club qui peut espérer plus. 

 

Montés : Une certaine polyvalence, de la puissance et un bon sens du placement qui s'accompagnent en plus d'une relation particulière le liant au staff. Une petite surprise pourrait l'attendre si jamais il percait en club... 

 

Boyoud : Son expérience bayonnaise a l'air de plutôt bien se passé et sa tenue en mêlée plaide pour lui. Pas son expérience en équipe de France qui fut catastrophique.  

 

Les lachés :  

 

Emmanuelli : Une grosse expérience et une tenue en mêlée exemplaire pour un joueur qui est maintenant loin au classement du fait de son age avancé. 

 

Milloud: Même qualité et même défaut que Emmanuelli. Il reste l'un des plus grand pilier de l'ère moderne. 

Weber : jeune, sa polyvalence et son talent revelés par Galthié il y a 3ans, il tarde a percer. Il semble beaucoup trop loin en club pour espérer. 

 

Les blessés : 

 

Barcella : Gravement blessé au pire moment, il aura le temps pour espérer revenir mais un retour au premier plan pour un pilier en si peu de temps releverait de l'exploit. 

 

 

Talonneurs : 

 

Les favoris : 

 

Servat : Element incontournable du pack toulousain et français, il l'est l'un des cadres. Sa présence est aussi souhaitable que certaine. 

 

Swarsewsky : Son explosivité et sa défense rugueuse font de lui un remplaçant de qualité. Son lancer en touche est lui aussi en cours de réparation.



 

Guirado: A égalité avec le talonneur parisiens, Guirado a de son coté la jeunesse. Il présente un profil similaire à Swarsewsky.

 

Les "pas si loin" : 

Lacombe : Sa qualité première, l'explosivité et le fait qu'il laisse entrevoir de grande qualité à Toulouse font de lui un candidat sérieux pour le staff. 

 

Kayser: Un temps considéré comme l'un des tout meilleurs, il n'a pas su s'imposer à Paris. Il ne brille pas vraiment plus à Castres où Bonello est devant lui. Il est dans les plans du staff mais reste sur deux saisons très moyennes.



 

 Genevois: Blessé a son arrivée au RCT, son courage, sa puissance, et ses qualités de déplacement font de lui un des plus grands espoirs du poste. 

 

Bonello : Ses lancés, son dynamisme et surtout la confiance qu'il accumule au CO commencent à payer. Il remonte dans le classement. 

 

Sempéré : Lui aussi champion du monde des moins de 21ans, il prend peu à peu une place de choix dans les rotations de son club. Son explosivité et son énergie font de cette pile électrique une solution envisageable. 

 

Les lachés :  

 

Cabello: Sa puissance et son courage ne suffisent pas pour l'instant et son passage raté à Clermont lui à fait du mal.

 

Noirot: Sa force, son physique et ses lancés sont des éléments que le BO a peu utilisé. Le racing voit en lui l'un des meilleurs du club et même le meilleur. Il commence peu à peu a grimper dans la hierarchie. 

 

Roumieu : Une force et une puissance a toute épreuve. Il a, un temps, parlé de représenter l'Italie... C'est l'un de ses seuls espoirs de disputer une coupe du monde.

 

Bruno : Une grosse expérience et une bonne tenue en mêlée. Seulement l'age et le poids des matchs font de lui un choix très hypothétique. 

 

August: Le meilleur lanceur du championnat, un sens du placement souvent juste et une facilité a conclure les actions. Autant de qualité qui ne suffisent pas quand on a passé les 32ans. Il ne rentre pas vraiment dans les plans. 

 

 

Pilier Droit : 

 

Les favoris  

 

Mas : L'une des référence mondiale du poste. Rien de moins que l'un des plus formidable pilier droit du monde.



 

Marconnet : Son expérience, son envie, ses qualités et son envie de ne pas passer encore a coté d'une coupe du monde font de lui l'un des favoris légitime de cette course.



 

Ducalcon : Un talent sans équivalence en france et une capacité à détruire tous les pilier gauche du championnat. Un vrai bon pilier droit.



 

Baïocco : Une grosse tenue en mélée, et une capacité a éditer des vrais performances dans les grands matchs. Il a tapé dans l'oeil du staff en 2010 au meilleur moment. 

 

Les "pas si loin" 

 

Forrestier : Le Castrais, champion du monde des moins de 21ans est l'un des tous meilleurs lui aussi. Longtemps freiné par une grave blessure, il revient a un niveau digne d'un très bon joueur du championnat. Si au CO la mêlée est très forte, c'est en partie grace à lui. 

 

Attoub : Son retour de suspension approche et son retour devrait être long et difficile. Il lui reste une bonne carte a jouer, lui qui faisait son retour au premier plan après d'innombrables galères. Il a le niveau international. 

 

Sa : Sa tenue en mêlée et sa puissance naturelle le rendent incontournable en club. Seulement il s'est assez gravement blessé et son retour demeure lointain. Le franco-néo zed reste un vrai monstre. 

 

Les lachés  

 

Joly : Vrai espoir au poste, on le découvre un peu plus chaque week-end sous les couleurs du stade Français. Sa tenu en mêlée et sa puissance compense un petit manque de déplacement. Il est très solide et mérite d'avoir sa chance. Il entre directement en 8ème place de ce classement.  

 

Brugnaut : Fort de son expérience au Munster, il revient en France pour accrocher le bon wagon de la coupe du monde. Il reste en retrait mais son rêve demeure dans le domaine du possible. 

 

Avril : Sa grande expérience et sa puissance défensive font de lui un bon papa pour les piliers. Mais certainement plus un international en puissance. 

 

Lafond : coéquipier a bayonne de Denis Avril, il reste un bon joueur de club qui pourrait aller plus haut. 

 

Slimani : Dans la veine d'un Domingo, ce pilier petit model, explosif et gratteur est lui aussi un espoir au poste de pilier. 

 

Barozzi : Sous l'aile de Marconnet, ce jeune pilier est a bonne école et ses prédispositions naturelles font de lui un espoir pour l'avenir. 

 

Lecouls : Sa tenue en mélée exemplaire et sa puissance faisait de lui l'un des favoris. Mais un différent opposant le staff médical de l'equipe de France et de Toulouse lui fait tirer un trait sur ses espoirs de coupe du monde. 

 

 

 

 

 

 

2ème ligne Gauche  :

 

Les favoris :  

 

Nallet : Le vice capitaine, il court comme un troisième ligne, plaque comme un dingue et pousse comme un ane. un joueur incontournable. 



 

Chabal : Doté d'une puissance hors du commun, l'avantage psychologique qu'il tire de sa médiatisation extrème et des images qui ont fait le tour de la Terre de ses plaquages déstructueurs sont a double tranchant. Ses capacite d'arrachage dans les bras sont précieuses.



Pierre : Auteur d'un très bon tournoi 2010 où il bénéficié des absences des grands leaders, il reste une vraie révélation pour le staff. 

 

Les "pas si loin":

 

Jaquet : La place particulière qu'il occupe dans les coeurs du staff, son talent et ses qualités qui sont connues de tous et son age font de lui un joueur qui, sans jouer beaucoup en club, reste une vraie option pour Lievremont et Reutière. 

 

Lamboley : Une grande polyvalence, un sens du déplacement aiguisé et des qualités de sauteur et technique rare pour un joueur de son gabarit le rendent sélectionnables pour le tournoi voir plus. 

 

Les lachés 

 

Méla : Un temps essayé, il est trop limité pour vriller au niveau international mais n'en demeure pas moins l'un des essais de M.L. 

 

Ledevedec : Après des saisons pourris par les blessures, il explose enfin à Brive. Il est trop court pour etre du voyage au pays du long nuage blanc mais pourquoi pas en faire un cadre du club. 

 

Olibeau : Exemplaire dans le combat, dans les rucks, dans l'envie, son age et ses blessures le condamnent d'avance. Dommage pour celui qui, sans faire de bruit, a remis l'Usap dans le sens du combat. 

 

Marchois : Assez technique et capable de bien se déplacer, ses chances sont plus que minces. 

 

Suta : Une très grande puissance et une qualité de déplacement non sans rappeler Nallet, ses chances sont elles aussi limitées.

 

 

2ème ligne Droit :  

 

Les favoris 

 

Millo-chlusky : Ses 120kilos pèsent lourd au moment de faire une liste des meilleurs 2nd ligne droitier. Il est d'une force pachidermique et sa tenue en mêlée est d'une rare solidité. Un "gros" plus pour les bleus.



Papé : Il court bien, met la tronche là où ne met pas le pied, distribue cartouches et tampons, il lui arrive même de rendre l'appoint quand on lui chauffe un peu les oreilles. Un vrai guerrier qui ne serait pas trop en NZ.



 

Les "pas si loin":

 

Maestri : Pur gamin de la rade, son coté un peu "haaa!" se calme de plus en plus au Stade Toulousain. L'un des meilleurs espoirs du poste selon un certain Pelous... 



Vilaceca : Une grande force et un esprit de guerrier pour celui qui gratte de plus en plus à la porte des bleus. On ferait mieux de lui ouvrir avant qu'il défonce la porte d'un grand coup de casque comme il défonce les rucks... 

 

 

Les lachés 

 

Thion : Sa force et sa tenue en mêlée presque légendaire le rendrait incontournable si seulement le poids des années ne l'avait pas rattrapé. Il reste de l'ordre du possible pour lui de rejoindre la coupe du monde. 



Levast : Cadre de son club, son sens du déplacement et son courage le rendent à la fois dangereux mais sympathique à tous les supporter du CSBJ. Le niveau international est loin. 

 

Privat : Trop vieux, il ne rentre plus dans les plans. Dommage car quel combattant. 

 

 

3ème ligne Ouvert:

 

Les favoris : 

 

Bonnaire : Une science du placement et du saut en touche, des qualités de gratteur de puissance au service d'une vraie polyvalence, Bonnaire c'est le 3ème ligne moderne.



Ouédraougo : Décrié il y a de cela quelques mois pour sa relative fragilité, il reste l'un des meilleurs 3ème ligne Français avec sa qualité de déplacement et de plaquage non sans rappeler un certain O. Magne. 



Lapandry : Il est jeune et il sait tout faire, notamment taper dans l'oeil du staff. La coupe du monde n'est pas si loin.



Lauret : Un véritable espoirs du poste, ses qualités de Plaqueur/Gratteur et son sens de déplacements le rendent éligible pour le mondial.

 

Les "pas si loin" : 

 

Vosloo : Si il avait été français de naissance, nul doute qu'il aurait deja été pris. Mais quand on est si doué, si puissant, si rapide et surtout si talentueux, on espère légitimement faire le mondial, même avec son pays d'adoption.

 

Puricelli : Grosse technique individuelle et bonne qualité physique pour ce joueur qui plait, on le sait, à Lievremont. 



Nyanga : Alliance parfaite entre le technique et le physique, polyvalent et mobile, son retour se fait au meilleur moment. Il peut espérer faire partie du voyage. 

 

Nicolas : Encore un espoir ! Du talent, de la vitesse, des gros plaquages et des qualités de sauteur. Que demander de plus ? 

 

Les lachés : 

 

Battut : Il commence a peine a se faire un nom au racing et déjà ses qualités son évidentes. Il part de très loin.

 

Boulhiou : Lui qui n'a jamais su séduire aucune sélectionneur alors qu'il est le capitaine d'un des plus grand club de France, on ne voit pas pourquoi cela changerait alors qu'il fait comme les copains, il prend de l'age. 

 

Perez : Gros combattant et très généreux, sa tendance a aller trop loin et la concurrence font de lui un candidat qui ne ressort pas vraiment du lot. 

 

 

3ème ligne Fermé :

 

Les favoris 

 

Dusautoir : MR Dusautoir va faire la coupe du monde. Le Black destroyer est en rodage. Il devrait être fin prêt. 



Burban : On le voit à l'oeuvre presque tous les week-end ou sa puissance et son talent le rendent presque incontournable. On sait que Lievremont l'aime beaucoup.  

 

Les "pas si loin" : 

 

Diarra : Une force et une puissance au service d'une défense dure et d'un appétit de ballon boulimique. Il reste un des tous meilleurs a ce poste. 



Caballero : Tout l'opposé de son camarade Diarra, Caballero c'est la finesse incarnée. Toujours très juste, on le sait tout proche de ses premiers gallons. Si seulement une fracture de la jambe n'avait pas tout gachée.

 

Les lachés : 

 

Audebert : Plaqueur/gratteur, sa tendance a faire des fautes est trop pénalisante, et cela meme en club. 

 

Malonga : Il revient d'une série de bléssure longue comme le bras mais sa puissance et sa polyvalence font de lui un très bon joueur. 

 

Martin : Vrai combattant, capitaine par l'exemple, son profil d'âne un peu frustre ne séduit pas le staff adepte d'un jeu plus basé sur le mouvement. Remi semble ne pas faire parti des plans. 

 

Frier : Un bon joueur de club parmis les meilleurs à son poste. Il reste comme Goutta à son époque, trop juste pour le très haut niveau. 

 

Vaquin : L'ancien Rochelais s'éclate depuis 2ans. Il n'a pas le niveau pour en etre mais s'en rapproche petit à petit.

 

3ème ligne centre :

 

Les favoris : 

 

Harinordoquy : L'un des meilleurs du monde a son poste, le déloger reste difficile. 



Chouly : Excellent sauteur, sa puissance et plus encore son sens instinctif du jeu et du placement le rendent largement éligible pour le mondial où ses franchissements pourraient faire du bien. 



Picamoles : Un des rares avant français doté d'une telle combinaison puissance/vitesse, son match contre les bocks à l'automne 2009 reste dans toutes les mémoires. Il est pour le staff un joueur de talent mais à qui il manque un petit truc pour etre titulaire. 

 

Les pas si loin : 

 

Faure : Une grande puissance et un capacité à percuter intéressante pour l'un des trop rare 8 français. 

 

Les lachés : 

 

Vermuelen : Très puissant, difficile a stopper, il est un peu trop vieux pour aller jouer de l'autre coté du monde. 

 

Clement : Toujours un peu trop loin mais un temps en contact avec le Stade toulousain, le capitaine albigeois a decidé de rester fidèle à son club en dépit de quelques chances de devenir un international en puissance. Dommage pour lui et pour nous. 

 

 

 Voilà pour les avants. Demain les arrières ! 

 

 

Lire la suite

Le retour de la Nba (partie 14) : Les Bulls de Chicago

7 Octobre 2010 , Rédigé par Pierre Ammiche Publié dans #Planète Nba

      bulls.jpg

 

 

Les Bulls de Chicago :

 

Quand on pense aux Bulls, on pense aux années 90, au couleurs criardes, aux joggings bouffants marron et orange et aux bandes sons de Grandmaster Flash, aux micros shorts, à Michael Jordan en larme enlaçant le trophée de champion Nba, aux délires capillaires et stupéfiants (allons pas de mauvais jeu de mots SVP) de Denis « the worm » Rodman, aux taureaux rouges sang qui éclatèrent tous sur leur passage avec en point d’orgue une saison à seulement 10 défaites (dont deux contre le shooter fou Reggie Miller), à maitre Zen alias Phil Jakson et son attaque en triangle, à la salle du United center surnommée "The House That Jordan Built" (littéralement : « la maison que Jordan à construite »), à la Windy City qui fut a peine plus marquée par l’élection d’Obama lui-même que les triplés de M.J ! En bref, quand on pense aux Bulls c’est comme la machine à remonter le temps… Et d’un coup on se dit : Putain, 20 ans !

 

Et oui, si la Nba est une religion, alors les Bulls en ont été, un temps, le pape, Chicago a été un lieu de pèlerinage, l’United Center un lieu de culte. Seulement, un départ de Jordan, une franchise qui se reconstruit sur des fondations maladroites, des Trades franchement honteux et des choix peu judicieux, la franchise sombre années après années dans les horribles places du milieu de tableau : trop bon pour avoir un tour de draft les assurant de remonter la pente mais trop faible pour faire quelque chose en Play-off… Et quand ils draftent un gars haut, Jay Williams, il se bousille en moto 1an après sa draft et ne jouera plus jamais au basket. Quand le sort s’acharne.

 

Et puis, en 2008, les Bulls obtiennent le premier choix de draft avec seulement 1,7% de chance de l’avoir. Un miracle ! Avec, ils ont le choix du roi et ils choisissent un petit gars né ici, à Chicago. Un petit mec qui va changer le visage de la franchise et, peut-être, apporter de nouveau le sourire aux fans. Ce petit mec, c’est le néo All star Derrick Rose. Il redonne espoir à toute une ville : l’espoir de voir leur équipe monter a nouveau tout en haut.

 

Les saisons malgré lui sont dures et les play-off se jouent souvent à 2 matchs. Une fois cela sourit, une fois non… Mais que dire de leur présence en 2009 ? Et Bien qu’ils ont joués la plus belle série de play-off de l’histoire des matchs au meilleur des 7 matchs.

 

Et voilà qu’en cette saison, après avoir annoncé Lebron James, Dwayne Wade (qui est né a Chicago et qui rêvait plus jeune de jouer aux bulls) ou encore Chris Bosh ou Joe Johnson, c’est finalement un recrutement tout autre qui fait apparaitre les Bulls comme les favoris de leur division devant Cleveland, Indiana, Milwaukee et Detroit. 

Tout de suite un point sur l’effectif renforcé des Bulls de Chicago :

 

Staff :

 

 

Coach : Tom Thibodeau. Longtemps entraineur adjoint et spécialiste ès défense de « LA » référence défensive à savoir les Celtics, il vient de prendre son envol en tant que coach numéro 1. Il existe sur lui une forme de pression : faire aussi bien que Del Negro (aller en PO) avec un effectif franchement plus fort. Si il n’y arrive pas, le GM Forman, a l’origine du départ de Del Negro devra probablement s’expliquer…

 

 

GM : Gar Forman. Il a viré Del negro alors que celui avait réussit à se qualifier malgré les départs de Gordon, Tyrus Thomas, et Salmons, malgré les blessures de Hinrich, Rose et Noah, et surtout malgré des rumeurs qui le disait déjà mort dès le mois de Novembre. Cette décision, qu’il a prise avec l’aide du très remuant John Paxson (qui est allé jusqu'à violenter Del Negro) reste pour l’instant l’une des ses rares bétises. Il a en effet réussit à tout mettre en œuvre pour revenir sur le devant de la scène depuis 2008 et les recrutements via la Draft de Rose, Noah et Gibson et via le jeu des échanges et des agents libres, Boozer, Brewer et Watson, soit 6 joueurs leaders ou remplaçant de luxe. Espérons que sa décision a long terme soit la bonne.

 

 

Meneurs :

 

 

Derrick Rose : Rookie de l’année pour sa première saison, All star pour sa seconde. Rien de plus a dire que : du talent de la vitesse et de la défense. L’un des meilleurs a son poste et il n’a que 22ans.

 

 

CJ Watson : Efficace, complet et jeune, il est l’une des solutions en cas de problème. Il peut jouer un ou deux mais surtout est un très bon shooter.

 

 

John Lucas : Il est en provenance de Shangai ou il jouait. Il est passé par Houston, Tulsa, Trevise et Snaidero. On sait peu de choses sur lui. Il devrait peu jouer en tout état de cause.

 

 

Arrières :

 

 

Ronnie Brewer : L’un des vrai renfort de la saison a venir. Après quelques bouts de matchs a Memphis en fin de saison et après 4ans aux Jazz, il vient combler un trou dans la rotation des bulls au poste le plus faible pour eux. Il devrait s’épanouir ici. Son shoot rigolo devrait nous faire sourire. Ses adversaires moins.

 

 

Keith Bogans : Recruté pour son impact défensif qu’il a cultivé a San Antonio (ou il a été titulaire 50 fois !) il vient lui aussi pour apporter des solutions poste 2.

 

 

Kyle Weaver : En provenance de l’équipe surprise de l’année dernière, Oklahoma, Weaver vient pour avoir du temps de jeu. Si les paniers rentrent il en aura.

 

 

Ailiers :

 

 

Luol Deng : Gros défenseur sur l’homme, joueur dur au mal et vraiment complet, son jeu en pénétration et mi distance fait souvent mal. En grosse progression au dela de la ligne de 3pts, il est l’un des rares cadres de la franchise depuis plus de 5ans, en témoigne ses 400 matchs NBA sous le maillot des Bulls.

 

 

Kyle Korver : Machine a 3pts, il vient pour étirer les défenses et laisser de l’espace pour les intérieurs de talent que sont Boozer et Gibson.

 

 

Roger Powell : Comme John Lucas, il a accumulé beaucoup d’expériences plus ou moins bonnes et revient en Nba pour cette fois y réussir. On va bien voir…

 

 

Ailiers Forts :

 

 

Carlos Boozer : C’est la grosse recrue estivale. Gros physique (plus de 120kilos) il est l’un des ailiers forts les plus puissants de la grande ligue. Son association avec Noah pourrait être intelligente et son talent offensif est indéniable. Il cherche a redevenir All-star et pour ça il faudra mener le club vers les sommets. Il vient de se brise la main en tombant a cause d’une valise (il venait d’arriver a Chicago…). Cette blessure le tient éloigné des terrain pour 2mois.

 

 

Taj Gibson : Il a remplit un rôle difficile pour un Rookie l’année dernière : être le leader offensif d’une formation sans solutions à l’intérieur. Bon rebondeur, bon shooter et un bon QI basket pour un « steal » de la draft (un joueur sous-coté qui a été recruté plus loin que ce qu’il aurait du être.) qui devrait remplir le rôle de 6ème homme. Il doit améliorer son lancer franc.

 

 

James Johnson : Un poste 4 qui peut jouer 3, qui dunk comme un âne et qui pète des 3pts sur la tête des défenseurs trop lent c’est plutôt une bonne pioche. Son temps de jeu pourrait croitre si son investissement défensif est jugé suffisant par Thibodeau.

 

 

Kurt Thomas : Le papa des intérieurs vient pour palier les blessures et les pépins diverses au poste 4 et 5. Mais attention : il ne vient pas en préretraite. Il sort d’une saison à 87 matchs, si il en fait seulement la moitié, il passera la symbolique barre des 1000 matchs de saison régulière en Nba.

 

 

Pivots :

 

 

Joachim Noah : l’énergie incarnée. Parfois trop nerveux (son altercation avec Ben Wallace ou Lebron James en témoignent) mais souvent d’une volonté communicative, son objectif est de devenir All-star. C’est dans ses cordes : quand on tourne a 15rbds de moyenne c’est de l’ordre du faisable.

 

 

Omer Asik : un des européens prometteurs au poste de pivot, il sort d’une compétition au championnat du monde où il a compilé presque 2 contre par match ainsi que 9pts et 7rbds. Un bon joueur bien costaud.

 

 

Brian Scalabrine : Le rouquin le plus célèbre de Nba ! A part ça son niveau de basket est très loin des standards et un poste 5 qui ne prend pas de rebonds mais balance des bombes dans les corners c’est plutôt fendard. Mis à part ça c’est un homme généreux, bon camarade, prêts a toujours tout donné le temps qu’il est sur le parquet et d’un état d’esprit irréprochable. Des joueurs comme ça sont aussi précieux que d’autres bon joueurs. C’est probablement son dernier club.

 

Si nous étions GM :

 

PG : Rose

SG : Brewer

SF : Deng

PF : Boozer

C : Noah

 

6ème homme : Gibson.  

 

Conclusion : Les bulls remontent la pente, refont un effectif qui semble solide équilibré et plutôt cohérent et où les égos ne sont pas trop exacerbés. Le travail du coach va être comme toujours primordial et la question est de savoir si Thibodeau à les épaules pour conduire une franchise aussi loin que l’effectif le permet.

 

Notre pronostic : 4ème à l’Est

Lire la suite

Les (petites) informations de la planète rugby

6 Octobre 2010 , Rédigé par Pierre Ammiche Publié dans #En route pour la coupe du monde 2011

                                             1708017018

 

Alors attention, semaine très chargée ! Cette semaine nous allons voir les groupes, les infos et les dernières information de la coupe d'europe, de la tournée d'automne, des récompenses individuelle et des petits soucis disciplinaires. 

 

Et on commence comme toujours pas l'autre hémisphère et avec plus précisement les Bocks. Après que François Steyn ait dit son désamour de la sélection (il a effet déclaré qu'il pouvait vivre sans le maillot frappé du springbock et même qu'il se sentait mieux au Racing) mais plus encore de son sélectionneur De Viliers, après l'absence pour 3 à 6 mois du capitaine John Smit voilà que la nation arc-en-ciel doit gérer une nouvelle vague de petits ou gros soucis.  

Jongi Nokwe, ailier de talent des Cheetas vient en effet de déclarer forfait pour une évantuelle tournée (entorse grave du genou). Autre forfait, Guthro Steenkamp, le pilier aux 31 capes vient lui aussi de dire au revoir à la tournée en se fracturant le bras. Dans le même temps on annonce Victor Matfield  au repos après une saison où il a beaucoup joué.  

Enfin, et peut etre plus grave, des bruits de couloirs laissent entendre qu'en cas de mauvaise tournée, l'entraineur des bocks pourrait être débarqué à seulement 6 mois de la coupe du monde et les contacts pour assurer la succession auraient déjà commencé avec Rassie Erasmus, que l'on annonçait entraineur des moins de 20 ans ou conseiller de De Viliers. Rassie Erasmus a bien entendu nié tous contacts entre lui et la fédération d'AFS.  

 

En Nouvelle-Zelande, les forfaits commencent eux aussi a tomber. Luke McAllister a ainsi été le premier contraint de déclarer forfait pour la tournée de novembre après avoir aggravé sa blessure à la machoire. Son année 2010 est pliée. 

 

Enfin coté Australien, Stirling Mortlock a annoncé vouloir se préparer pour la coupe du monde. Pour rappel il revient a peine a la compétition après avoir été opéré du dos. Du haut de ses 34ans, il reste une valeur sure et d'expérience pour des Wallabies un peu tendre. 

 

En europe, on commence par l'un des favori au titre européen, le Munster ! Au munster, le monstre à 16 pattes de la red army vient de confirmer le forfait de leur leader, Paul O'connell. Absent depuis presque 5mois, ses adducteurs sont encore douloureux. Il doit attendre et est forfait pour les 2 prochains mois. 

Toujours au Munster, le centre destructeur Lifeimi Mafi vient d'être sanctionné d'une suspension logique de 7 semaines pour un plaquage dangereux sur la personne de Gordon D'Arcy. 

 

Après l'Irlande, l'Angleterre ! A Bath, ville thermale et ville de rugby, le capitaine du 15 de la rose et nouveau joueur de bath Lewis Moody vient de déclarer forfait pour cause d'un gros hématome a l'oeil. On craindrait une fracture du plancher orbital. Il est absent pour 4 semaines. 

Au Wasps, le délicat pilier de sa majesté, Tim Payne vient d'être condamné pour avoir piétiné un joueur au sol et avoir frappé un autre à... 2 semaines de suspensions. Et, parait-il, la commission de discipline anglaise a ajouté :"Ouh le vilain pas beau"... Encore est-il qu'il est suspendu et ne jouera pas contre Toulouse. 

 

 

Enfin en France, l'actualité est chargée. On commence par cette nouvelle importante pour les joueurs : le nouveau président de provale, le syndicat des joueurs, a été élu. Il s'agit de Matthieu Blin, ancien talonneur du Stade Français.

 

Ensuite un point important sur la coupe d'Europe. Le Stade toulousain, l'un des favori et tenant du titre de la grande H-cup a  confirmé le forfait très probable de Patricio Albacete toujours mal remis d'une blessure à l'épaule. Un autre joueur fait lui son entrée au ST, Falefa Johnston, cousin de Census, est présent dans la liste. 

Coté RCT, on notera l'absence de Felipe Contepomi, blessé au nez contre Castres. 

A l'USAP une première : pas de forfait de dernière minutes. Mais une recrue pour la saison prochaine en approche: on annonce les contacts avancés entre les catalans et James Hook, le polyvalent arrière gallois. 

 

On fini par une cérémonie très médiatique, celle des récompenses de la saison précédente. Morgan Parra est ainsi considéré comme le meilleur joueur de Top 14, Benjamin Ferrou de Pro D2, le staff Clermontois est considéré comme le meilleur staff, Marc Andreu révélation de l'année  et enfin le public du Stade Français meilleur public. 

Lire la suite

Le retour de la Nba (partie 13) : Les Hornets de la Nouvelle Orléans

4 Octobre 2010 , Rédigé par Pierre Ammiche Publié dans #Planète Nba

     new_orleans_hornets_alternate.gif

 

 

Les Hornets de la Nouvelle Orléans :

 

S’il y avait une ville qui n’a pas d’équivalence aux USA... S’il y avait une ville construite sur une histoire si lointaine et si proche à la fois que s’y mêle le blues, le français, le carnaval et la violence des villes typique aux lieux qui dansent plus qu’ils ne vivent... S’il y avait une ville où le mixage des cultures existait... S’il y avait une ville où, au coin de la rue, un vieux noir se balançant sur un rocking-chair de fortune peut vous raconter les légendes de la vielle ville comme Louis Armstrong, ou des nouveaux quartiers comme Lil’ Wayne... Si il y a une ville marquée par un passé récent douloureux, où le monde a basculé dans l’horreur, et qui a été oublié par le gouvernement et délaissé à son sort tragique… Alors cette ville serait New Orléans !

Voici une ville qui respire et mieux, qui inspire. Une ville où la créativité et l’énergie est contagieuse. C’est pour ces raisons (et aussi pour ne pas entrer en concurrence avec les Bobcats) que les Hornets ont voulus s’y installer pour redynamiser une franchise qui, il faut le dire, n’avait jamais vraiment décollé à Charlotte.

Depuis 2002 en effet, les Hornets ont investis la bien nommée « New Orleans Arena » et essayent de devenir une équipe régulièrement présente en PO. Un temps présenté comme la terreur de l’ouest, ils se sont peu a peu délité et fissuré pour finir avec un bilan très moyen en 2009-2010 de  Avec à la baguette l’un des meilleurs meneur de la ligue (si ce n’est LE meilleur), et en comptant dans ses rangs des joueurs de qualités, malgré tout, les Hornets plongent dans l’inconnu et pire encore, dans une période de leur propre histoire qui s’annonce houleuse voir plus… Tout de suite : l’effectif et le staff.

 

Staff :

 

Coach : Monty Williams.  L’un des meilleurs travailleur de l’ombre de la Nba, son ascension est assez fulgurante. Lui qu’il y a à peine 5ans commençait son travail s’assistant chez les TrailBlazers, a franchit les échelons qui mènent au coaching pur et dur avec appétit. Il a été, selon les propres dires de l’intéressé, l’un des acteurs majeurs de la progression de Batum. Il a été l’un des dépositaire du jeu fluide des joueurs de Portland. Et le voilà a présent le patron. C’est sa première saison et son rôle est, déjà, d’une importance capitale pour insuffler la confiance qui a fait défaut l’année dernière. Un poids conséquent pour le coach le plus jeune de la ligue (38ans ! Soit 5 ans de plus que Stojakovic et 7 mois de moins que Shaquille O’neal…) 

 

GM : Dell Demps. Si vous le chercher, il est en cure de repos… Après un été mouvementé ou le départ de son joueur vedette a été évoqué à plusieurs reprises, inutile de dire que le GM a cherché tous les moyens de le garder. Seulement Paul est en fin de contrat et s’il le souhaite, il peut partir pour rien en fin de saison. On imagine que cette pensée doit franchement faire travailler de la cafetière notre vieux Dell. Imaginer perdre votre franchise Player, celui qui incarne le projet collectif et le dépositaire de votre jeu contre…rien. Il va se payer une bonne vielle dépression d’autant qu’il a déjà transféré le jeune Colisson aux Pacers pour conforter Paul dans son rôle de leader. Un boulot titanesque pour celui qui doit être, lui aussi l’un des GM les plus jeunes de la ligue (40ans).

 

Meneurs :

 

 

Chris Paul : probablement le meilleur meneur de la Nba, encore faut-il qu’il joue… une saison ou presque loin des terrains pour diverses blessures, une concurrence de qualité et voilà que notre All-star nous fait sa diva… Et que je reste, et que je pars et que je sais plus… On le voit déjà tous à New-York pour accompagner Stoudemire et Anthony dans quelques mois, espérons qu’il puisse retrouver le niveau qui était le sien et puisse surtout conduire son équipe le plus haut possible. Mais il faudrait éviter les pépins et surtout rester professionnel jusqu’au bout. Il tourne a une hallucinante moyenne de 19pts et 10 passes en carrière.

 

 

Jenero Pargo : Un bon backup venu tout droit de Chicago, ce natif de l’Illinois vient pour mettre de la pression extérieure. Sa petite expérience des PO peuvent à un moment être utile.

 

 

Mustapha Shakur : Un rookie avec un nom pareil a intérêt à assurer. Aucun rapport avec Tupac…  On sait peu de choses sur lui sinon qu’il a déjà eu une petite chance avec OKC.

 

 

Arrières :

 

 

Marcus Thronton : deuxième année pour l’une des révélations de l’année dernière. Pris à la 43ème place de la draft,  il fini la saison comme deuxième meilleur rookie a son poste derrière Evans, le Rookie de l’année. Il est a ce jour capable de scorer comme un dingue (23pts en un ¼ temps) et de mener le jeu. Il reste le titulaire en puissance au poste 2.

 

 

Willie Green : Une très bonne solution de replis quand rien ne marche. Il reste un bon remplaçant et un joueur dynamique. Il devrait jouer 15bonnes minutes par match.

 

 

Marco Belinelli : l’éternel espoir, jamais à la hauteur de ce qu’on attend de lui. Capable de scorer, son jeu ne s’adapte absolument pas au jeu Nba et son temps de jeu n’est pas en adéquation avec son talent. Il va errer encore un peu en Nba avant de peut être revenir en Europe. Le pire c’est qu’il est doué.

 

 

Ailiers :

 

 

Trevor Ariza : Présenté comme un gros défenseur, hyper athlétique, il est le prochain titulaire a ce poste. Après Posey qui se trainait, la transition risque d’être violente. Il a eu du mal a convaincre à Houston. Espérons que les Hornets lui conviennent mieux.

 

 

Peja Stojakovic : Mme, Mr, attention monument. L’un des plus beaux shooter du monde, l’un des membres de l’équipe de Sac-town des grandes années, l’un des joueurs sans bague de champion qui le mériterait le plus et surtout un joueur au talent naturel hors norme. Seulement depuis 3ans il traine un mal de dos récurrent, il n’a plus de jambe et il semble dans une gentille préretraite a un tarif scandaleux pour son apport à New Orleans. La retraite n’est plus loin et c’est peut être sa dernière chance d’être champion. Mais inutile de dire que pas grand monde y croit.

 

 

Joe Alexander : Encore un gros espoir, N°8 de la draft 2008 calé entre Brook Lopez (l’une des meilleurs pivots) et O.J Mayo. Il peine terriblement à confirmer les espoirs placés en lui. Il est en pleine crise de confiance depuis des mois voir des années et son passage éclair à Chicago ne lui a pas servis à grand-chose. Présenté comme le meilleur athlète de sa classe de draft, il reste un joueur qui peut exploser un jour et crever l’écran. Encore faudrait-il qu’on lui laisse sa chance.

 

 

Ailiers Forts :

 

 

David West : Ailiers fort d’une grande force offensive, il n’est pas spectaculaire, pas vraiment puissant, pas explosif mais c’est un joueur capable de très bien défendre, d’imposer une vraie présence dans la raquette et de scorer a mi distance de façon très régulière. Un des cadres de l’équipe, il en est même le capitaine.

 

 

Pops Mensah-Bonsu : Le contraire absolu de David West. Il saute partout, prend des rebonds et n’est pas hyper bon en attaque. Il n’a jamais vraiment eu sa chance. L’un des cadres de l’équipe d’Angleterre notamment en vue de Londres 2012.

 

 

Quincy Pondexter : Un petit peu inconnu au bataillon. On va voir ce qu’il vaut.

 


Pivots :

 

 

Emeka Okafor : Le Mr rebond de l’équipe, sa défense et son physique sont un vrai plus. Seulement le bas blesse : il est quand même très moyen en attaque. Une sorte de bon complément pour West.

 

 

Aaron Gray : Remplaçant correct sans être époustouflant, il reste un gros gabarit qui prend de la place sous le cercle.

 

 

Jason Smith : Un joueur qui apporte sur des phases courtes, son passé récent au 76’ers n’a pas été inoubliable.

 

 

Daryll Watkins : il n’a jamais réussit à percer malgré quelques piges aux Clippers ou aux Spurs… Il vient pour faire le nombre

 

 

Si nous étions GM :

 

PG : Paul

SG : Thronton

SF : Ariza

PF : West

C : Okafor

 

6ème homme : Stojakovic.

 

 

Conclusion : Alors on va être aussi honnête que l’on peut. Cette équipe manque cruellement de profondeur. Paul aussi fort et pro qu’il est ne peut pas régler tous les soucis de la famille Hornets et surtout, cette équipe est toute neuve. Nouveau coach, nouveau GM, pas mal de joueurs qui n’ont jamais rien fait en Nba et un gros manque d’expérience… Stojakovic a fait plus de matchs de PO que tout le reste de l’effectif. Enfin, cette équipe est en perte de vitesse et rien ne semble vraiment avoir changé depuis l’année dernière.

 

Notre pronostic : 11ème a l’ouest. C’est peut être sévère mais il y a 10 équipes plus prometteuses et/ou solide. 

Lire la suite
<< < 10 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 > >>